Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Argentine: Plainte contre Macri pour les sociétés offshore

6 Avril 2016, 17:06pm

Publié par Bolivar Infos

Resumen Latinoamericano/ 05 avril 2016.-

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Le scandale des sociétés offshore de Maurcio Macri parviendra sous peu à la justice argentine. C'est ce qu'a annoncé à ámbito.com l'avocat Eduardo Barcesat qui attend qu'un procureur fédéral élabore un écrit et fasse son devoir. "Je vais attendre lundi pour voir si un procureur commis d'office ne le fait pas, il y est obligé", a dit l'avocat constitutionnaliste.

L'enquête réalisée par des journalistes de différents pays connue comme "Papiers de Panamá" signale que le président a fait partie, avec son père Franco et son frère Mariano, de la direction d'une entreprise enregistrée dans les îles Bahamas depuis 1998, identifiée comme Fleg Trading Ltd. Mais le président est lié à une seconde société offshore, intitulée Kagemusha SA, au Panamá, et dont la fiche, extraite de la page web du registre public panaméen, dit qu'elle a été créée le 11 mai 1981, quand le président argentin avait 22 ans. Dans le chapitre "statuts" de l'entreprise, elle est dite "en vigueur" et comme capital, figurent 10 000 dollars états-uniens. Kagemusha S.A. serait une entreprise familiale puisque Franco Macri en est président, Mauricio vice-président et son frère Gianfranco secrétaire et elle ne figurait pas dans les "Papiers de Panamá" où apparaît seulement Fleg Trading, des Bahamas.

Avec ces informations sur le bureau, Barcesat prépare sa propre plainte. "Il y a un délit de base qui est l'évasion fiscale aggravée, qui est assez important et ensuite vient le blanchiment d'argent provenant d'actes illicites. Il faudra voir quels sont les actes illicites, si c'est de la contrebande, de la vente d'armes, du trafic de drogues, tout dépendra de l'enquête" a-t-il commenté à ce média. "Je vais joindre les informations journalistiques et les documents publiés dans les "Papiers de Panamá", a-t-il ajouté.

Dans sa présentation, Barcesat demandera, en outre, de rechercher l'éventuelle existence d'autres sociétés offshore dans lesquelles le président figurerait comme titulaire ou comme membre de la direction. "Ca a été demandé dans une autre action d'il y a 3 ans au tribunal de Luis Rodríguez et on n'a rien fait. Maintenant, avec ces nouvelles informations, on pourrait agir," a-t-il signalé.

L'avocat a rappelé une plainte réalisée dans le domaine Criminel et Correctionnel par l'ex présidente d'un bloc de Députés du Front pour la Victoire Juliana Di Tullio pour qu'on enquête sur la fuite des capitaux argentins vers des paradis fiscaux ou des refuges fiscaux.

Cette enquête a débuté en 2013 avec les révélations par des journalistes de Tiempo Argentino sur 11 sociétés offshore que des membres de la direction du Groupe Clarín ont créées à Panama ; L'intention de Di Tullio et de Barcesat qui ont patronné la législatrice, était d'ajouter les compagnies du multi-média aux 469 firmes déjà dénoncées par le repenti de JP Morgan, Hernán Arbizu. Cependant, le dossier, dans les mains du juge fédéral Luis Rodríguez, ne bouge pas.

"Cette affaire est virtuellement paralysée et le changement de titulaire de l'Unité d'Investigation financière (UIF) est une part importante de cette paralysie ou de cette stagnation de l'enquête", s'est plaint récemment l'avocat et ex conseiller juridique des Mères de la Place de Mai.

Les liens et l'accumulation de plaintes s'explique par la nécessité de la justice de demander à l'extérieur toute la documentation indispensable pour éclaircir les faits en une seule fois. C'est que le but de Di Tullio il y a des années était "de stimuler une large enquête sur le blanchiment d'argent (selon les lois 25.246 et 26.683) et des aspects juridiques connexes" pour "qu'on enquête et qu'on applique des sanctions" contre toute personne juridique ou physique qui a son activité permanente dans le pays et 'aurait constitué une société ou placé des fonds dans ce qu'ona ppelle les paradis fiscaux". Et là, on trouve aujourd'hui le Président.

Extrait du journal Ámbito Financiero web

Source en espagnol:

http://www.resumenlatinoamericano.org/2016/04/05/argentina-preparan-denuncia-penal-contra-macri-por-las-sociedades-offshore/

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/04/argentine-plainte-contre-macri-pour-les-societes-offshore.html