Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: L'opposition définit sa stratégie

29 Mai 2016, 14:14pm

Publié par Bolivar Infos

Telesur, 28 mai 2016

Par: Alejandro Fierro/CELAG

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Six mois sont passés depuis que la droite a gagné les élections législatives au Venezuela, un délai suffisant pour identifier assez exactement ses objectifs et les stratégies qu'elle met en œuvre pour les atteindre.

Son seul but continue à être la destruction du chavisme en tant qu'option politique et en cela, son action en cette année 2016 concorde avec celle qu'elle a constamment menée depuis qu'Hugo Chávez a gagné les élections en 1998. Il est important de bien préciser ce point. Il ne s'agit pas de renverser le Gouvernement de Nicolás Maduro. Le but principal est la disparition complète d'un système qui a démontré être une alternative valable au néo-libéralisme et, par conséquent, une menace réelle à l'accumulation du capital. Ce bue s'étend au reste de l'Amérique Latine et c'est avec cette clef qu'il faut interpréter des faits comme le coup d'Etat contre Dilma Rousseff. On permet que plusieurs partis se disputent le système mais on ne tolère pas un autre système.

Il est évident que le message principal avec lequel l'opposition s'est présentée aux dernières élections législatives était une ruse pour attirer les votes. La Table de l'Unité Démocratique (MUD) a demandé le soutien de la population pour améliorer la situation économique. Son slogan de campagne était la promesse que la queue pour aller voter serait la dernière que les Vénézuéliens auraient à faire, une référence aux queues pour acheter des produits de base.

Six mois plus tard, il n'y a aucun indice que la droite utilise son pouvoir politique récemment acquis pour aider à résoudre la crise. Les appels de Maduro à travailler ensemble au bénéfice de la majorité du peuple ont été rejetés avec dédain. La majorité de droite de l'Assemblée Nationale a mis son veto au décret d'Urgence Economique proposé par l'Exécutif pour pouvoir prendre des mesures rapides et urgentes et seule l'intervention du Tribunal Suprême de Justice a permis d'aller de l'avant. On n'a même pas entrevu la collaboration du grand patronat, proche de la droite ou directement contrôlé par l'opposition. C'est la tactique du « quand c'est pire, c'est mieux ».

Mais cette stratégie a un point faible. Beaucoup de ceux qui ont voté pour l'opposition dans l'espoir qu'elle se consacrerait à essayer d'améliorer l'économie se sentent floués. C'est un vote prêté, volatil, qui est arrivé à la MUD pressé par la crise mais qui, à tout moment, peut varier si leurs attentes ne sont pas satisfaites.

La droite est consciente de cette hémorragie de soutiens. A cause de cela, ces derniers jours, elle a intensifié ses tentatives de pression sur le Gouvernement de Maduro avec l'organisation, pratiquement, hebdomadaire, de manifestations. Le but n'est pas de faire sortir dans la rue des millions de personnes mécontentes, une chose, du reste, impossible étant donné que ces derniers temps, elle a démontré que sa capacité de mobilisation était nulle. Les images parlent d'elles-mêmes. Les médias, dans une tentative vaine pour donner de la crédibilité à de soi-disant manifestations de masse, diffusent des photos et des vidéos de premier plan et de plan moyen en accordant une attention particulière à tout début d'affrontement entre la police et les manifestants. On ne verra aucun plan éloigné ni aucun grand angle. On cache le fait que ces marches réunissent à peine quelques centaines de personnes.

Le véritable but de cet ordre du jour est de créer un climat de déstabilisation et de chauffer l'ambiance à l'extrême face à la crainte que les soutiens dans les urnes, lors d'un éventuel referendum révocatoire ou d'éventuelles élections présidentielles ne soient pas aussi majoritaires qu'ils le claironnent, surtout alors qu'ils ont été incapables de rétablir tant soit peu la situation économique comme ils l'avaient promis lors de la dernière campagne. Face à cette incertitude, l'opposition a absolument besoin d'une autre sortie que des élections.

Dans la construction de ce scénario de soi-disant peuple entier opposé à un Gouvernement qui se cantonne dans l'autoritarisme, le concours de l'énorme puissance de feu médiatique du capitalisme non seulement est essentiel mais il faut aussi la collaboration de gouvernements, de leaders politiques étrangers et d'institutions de gouvernance du capital, ce qui met par là même en évidence le but partagé d'en finir avec n'importe quelle sorte de proposition politique alternative.

En ce moment, l'Espagne se charge de la pression étrangère. Cela arrange son système déjà agonisant construit après la mort de Franco. La principale menace s'appelle Podemos, surtout après son alliance avec la Gauche Unie et d'autres forces progressistes. Tous les sondages placent cette coalition à la seconde place aux élections générales du 26 juin prochain, dépassant le Parti Socialiste (PSOE), un des piliers du bipartisme auquel la vie politique espagnole a donné l'hégémonie pendant ces 40 dernières années.

Podemos est l'ennemi à abattre et pour cela, rien de plus efficace que de mettre en relations sa direction avec le chavisme qu'on a tout d'abord diabolisé par une campagne de diffamation rarement vue. Le Venezuela occupe un espace démesuré dans les médias espagnols, toujours en présentant négativement le gouvernement avec des informations qui constituent un amalgame de demi-vérités, de demi-mensonges et d'absolues faussetés.

C'est dans ce contexte qu'a eu lieu le voyage d'Albert Rivera, le président de Ciudadanos, un parti néolibéral récent dans le but non dissimulé d'accaparer l'attention des médias et d’insuffler de l'air à des attentes électorales qui semblaient baisser. Mais au-delà des ordres du jour personnels, ce qui est sûr, c'est que des 2 côtés de l'Atlantique, on partage le même objectif qui est de détruire toute alternative au système.

Source : CELAG

Source en espagnol:

http://www.telesurtv.net/opinion/Venezuela-la-oposicion-define-su-estrategia-20160528-0010.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/05/venezuela-l-opposition-definit-sa-strategie.html