Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brésil : Message de Dilma Rousseff au Sénat Fédéral et au peuple brésilien.

19 Août 2016, 16:46pm

Publié par Bolivar Infos

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Je m'adresse à la population brésilienne et à mesdames et messieurs les sénateurs pour manifester encore une fois mon engagement envers la démocratie et les mesures nécessaires pour sortir de cette impasse politique qui cause tant de dommages au pays. Mon retour à la Présidence, sur décision du Sénat fédéral, signifierait la réaffirmation de l'Etat de droit démocratique et contribuerait de façon décisive à la naissance d'une nouvelle et prometteuse réalité politique.

Ma responsabilité est grande. Sur le chemin que j'ai suivi pour me défendre de la destitution, je me suis plus rapprochée du peuple, j'ai eu l'occasion d'entendre ses remerciements et de recevoir son affection. J'ai aussi entendu de dures critiques envers mon gouvernement, les erreurs commises, les mesures qui n'ont pas été prises et les politiques qui n'ont pas été adoptées. J'ai reçu ces critiques avec humilité et détermination pour que nous puissions construire un nouveau chemin.

Nous avons besoin de renforcer la démocratie dans notre pays et, pour cela, il faut que le Sénat ferme définitivement le processus de destitution en marche en reconnaissant, devant des preuves irréfutables, que je n'ai commis aucun délit, que je suis innocente.

Dans le système présidentiel prévu dans notre Constitution, l'absence de confiance politique n'est pas suffisante pour destituer un Président. Il faut apporter la preuve d'un délit. Et il est évident que je n'ai pas commis ce délit. Ils n'est pas légitime, comme le veulent mes accusateurs, d'éloigner un chef d'Etat et de gouvernement pour « l'ensemble de son œuvre. »

Celui qui éloigne le Président pour « l'ensemble de son œuvre, c'est le peuple, seulement le peuple, lors d'élections. Pour cette raison, nous réaffirmons que si on confirmait la destitution sans délit, nous serons face à un coup d'Etat. Le collège électoral de 110 millions d'électeurs serait remplacé, sans la base constitutionnelle requise, par un collège électoral de 81 sénateurs. Ce serait un coup d'Etat manifeste suivi d'élections indirectes.

Au contraire, je pense que la résolution de la crise politique et économique que nous affrontons passe par un vote populaire dans des élections directesdirectes. La démocratie est le seul chemin pour construire un Pacte d'Unité Nationale, pour le Développement et la Justice Sociale. C'est le seul chemin pour sortir de la crise.

Pour cela, il est important d'assumer un engagement clair envers le Plébiscité et la Réforme Politique. Nous savons tous que nous sommes dans un moment d'impasse provoqué par l'épuisement du système politique, que ce soit à cause du nombre excessif de partis ou à cause des politiques discutables, que cela exige une transformation profonde des règles en vigueur.

Je suis convaincue de la nécessité et je donnerai mon soutien inconditionnel à la mise en place d'un Plébiscité dont le but sera de consulter la population sur l'organisation d’élections anticipées et aussi sur la réforme politique et électorale. Nous devons concentrer nos efforts sur une réforme politique large et profonde en établissant un nouveau cadre institutionnel qui dépasse la fragmentation des partis, moralise le financement des campagnes électorales, renforce la fidélité des partis et donne plus de pouvoir aux électeurs.

La complète restauration de la démocratie demande que la population décide du meilleur chemin pour élargir la gouvernabilité et perfectionner le système politique et électoral brésilien. Nous devons construire, par conséquent, un large Pacte National basé sur des élections libres et directes qui regroupe tous les citoyens et les citoyennes brésiliens.

Un Pacte qui renforce les valeurs de l'Etat Démocratique de Droit, la souveraineté nationale, le développement économique et les conquêtes sociales. Ce Pacte pour l'Unité Nationale, le Développement et la Justice sociale permettra la pacification du pays.

L'apaisement des esprits et des passions doit surpasser tout sentiment de désunion. La transition vers ce nouveau moment démocratique exige l'ouverture d'un large dialogue entre toutes les forces vives de la Nation brésilienne dans la claire conviction que ce qui nous unit, c'est le Brésil.

Dialogue avec le Congrès National pour que, ensemble et de façon responsable, nous trouvions les meilleures solutions pour les problèmes qu'affronte le pays, dialogue avec la société et avec les mouvements sociaux pour que les demandes de notre population soient totalement satisfaites par des politiques consistantes et efficaces.

Les forces de production, les chefs d'entreprises et les travailleurs doivent participer activement à la construction de propositions pour rétablir la croissance et pour améliorer la compétitivité de notre économie.

Je réaffirme on engagement envers le total respect de la Constitution citoyenne de 1988, principalement envers les droits et les garanties individuels et collectifs qu'elle reconnaît. Notre slogan continuer à être « aucune coupe dans les droits. »

Les politiques sociales qui ont transformé la vie de notre population en garantissant des possibilités à toute le monde et en stimulant l'égalité et a diversité devront être maintenues et renouvelées. La richesse et la force de notre culture doivent être mises en valeur en tant qu'éléments fondateurs de notre nationalité.

Créer plus d'emplois et de meilleurs emplois, renforcer la santé publique, élargir l'accès à l'éducation et améliorer sa qualité, assurer le droit au logement et étendre la mobilité urbaine sont des investissements prioritaires pour le Brésil. Toutes les variables de l'économie et tous les instruments de la politique ont besoin d'être reconduits pour que le pays et génère à nouveau de la croissance et des emplois.

C'est nécessaire parce que, dès le début de mon second mandat, les mesures, les actions et les réformes nécessaires pour que le pays affronte la grave crise économique ont été bloquées et ce qu'on appelle les « pautas-bombai » ont été imposées sous la logique irresponsable du « quand c'est pire, c'est mieux. »

On a fait des efforts de façon obsessionnelle pour affaiblir le gouvernement sans se préoccuper des dommages causés à la population. Nous pouvons surmonter ce moment et ensemble, chercher la croissance économique et la stabilité, le renforcement de la souveraineté nationale et de la défense de la couche pré-selii et de nos richesses naturelles et minières.

La poursuite de la lutte contre la corruption est essentielle. C'est un engagement non négociable. Nous n'accepterons aucun pacte en faveur de l'impunité de ceux dont on prouve, après l'exercice de la légitime défense, qu'ils se sont livrés à des pratiques illégales ou à des actes malhonnêtes.

Peuple brésilien, sénatrices et sénateurs,

Le Brésil vit l'un des moments les plus dramatiques de son histoire. Un moment qui demande du courage et de la clarté de vue de notre part à tous. Un moment qui ne tolère pas d'omissions, de tromperies ou d'absence d'engagement envers le pays.

Nous ne devons pas permettre qu'une éventuelle rupture de l'ordre démocratique basée sur la destitution sans délit affaiblisse notre démocratie en sacrifiant les droits garantis dans la Constitution de 1988. Unissons nos forces et nos propositions pour la défense de la démocratie, le bon côté de l'Histoire.

Je suis fière d'être la première femme élue présidente du Je suis fière d Je suis fière de pouvoir dire que, pendant ces années, j'ai exercé mon mandat dignement et honnêtement. J'ai fait honneur aux voix que j'ai reçues. Au nom de ces voix et au nom de tout le peuple du Brésil, je combattrai avec tous les outils légaux à ma disposition pour garantir la démocratie au Brésil. En ce moment, tout le monde sait déjà que je n'ai commis aucun délit, qu'il n'y a pas de base juridique à la destitution car il n'y a pas de délit.

Les actions que l'ai accomplies étaient des actions légales, des actions de gouvernement, des actions nécessaires. Des actes identiques ont été commis par les présidents qui m'ont précédée. Ce n'était pas un délit à leur époque et ça ne l'est pas non plus aujourd'hui.

On ne trouvera jamais dans ma vie un acte déshonorant, de couardise ou de trahison. Au contraire de ceux qui ont engagé ce processus injuste et illégal, je n'ai pas de comptes secrets à l'étranger, je n'ai jamais détourné un seul centime du trésor public pour m'enrichir personnellement ou enrichir des tiers et je n'ai jamais reçu de pots-de-vin de qui que ce soit.

Ce processus de destitution est faible, juridiquement sans fondement, c'est un processus injuste déchaîné contre une personne honnête et innocente.

La seule chose que je vous demande, mesdames les sénatrices et messieurs les sénateurs, c'est de ne pas commettre l'injustice de me condamner pour un délit que je n'ai pas commis. Il n'existe pas de justice plus dévastatrice que celle qui condamne un innocent. La vie m'a enseigné le sens le plus profond de l'espoir. J'ai résisté à la prison et à la torture. J'aimerais ne pas avoir à résister à la fraude ni à la plus infâme injustice. J'ai de l'espoir parce que c'est aussi l'espoir de démocratie du peuple brésilien qui m'a élue Présidente 2 fois.

Celui qui doit décider de l'avenir du pays, c'est notre peuple. La démocratie doit triompher.

Source en portugais : http://dilma.com.br/mensagem-ao-povo-brasileiro-e-ao-senado-federal-democracia-ha-de-vencer/

NOTE du traducteur en espagnol:

i « pauta-bomba » : terme employé au Brésil pour désigner les projets de loi qui provoquent des dépenses publiques et par conséquent, vont contre les mesures d'ajustement fiscal. Au milieu de 2015, la Chambre des Députés a approuvé une série de « pautas-bombas » qui ont eu un impact négatif sur les caisses publiques et ont causé encore plus de difficultés au gouvernement de la présidente Dilma Rousseff.

iiNote de la traductrice en français :

Les champs (pétrolifères ou gaziers) dits pré-sel se situent dans la croûte terrestre, sous des couches de sel, à environ 7 000 m de profondeur, et sont très difficiles à exploiter.

Au large des côtes brésiliennes, ces gisements contiendraient 50 milliards de barils, soit un peu plus de trois fois les réserves actuelles du Brésil. http://www.alternatives-economiques.fr/les-gisements-pre-sel-au-bresil_fr_art_1131_57076.html

source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2016/08/18/brasil-mensaje-de-dilma-rousseff-al-senado-federal-y-al-pueblo-brasileno-la-democracia-tiene-que-triunfar/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/08/bresil-message-de-dilma-rousseff-au-senat-federal-et-au-peuple-bresilien.html