Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Colombie : L'assassinat de Cecilia Coicue et ses auteurs intellectuels présumés

19 Septembre 2016, 16:59pm

Publié par Bolivar Infos

Par Dick Emanuelsson, Resumen Latinoamericano, 11 septembre 2016.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Tegucigalpa, Bogota – La paysanne indigène Cecilia Coicue, 65 ans, voulait participer au processus de paix et a offert à l'Etat et aux FARC ses 70 hectares dans la municipalité de Corinto, département de Cauca, pour faciliter le processus. Quelques jours après, elle fut lâchement assassinée à 200 mètres de sa propriété. Qui a intérêt à torpiller le processus dans cette zone de Colombie?

Les instituts de sondage donnent une écrasante victoire au Bloc du « OUI » et une humiliante défaite aux secteurs qui parient sur le « NON », dirigés par Uribe-Pastrana-l'ex Procureur Ordóñez au plébiscite qui va avoir lieu le 2 octobre de cette année.

Toute personne qui connaît un peu l'histoire de la Colombie sait que les puissants secteurs du pays ont toujours cherché à poser des pièges dans tous les processus politiques qui touchent leur pouvoir dans le pays. Il n'y a aucun doute que le OUI gagnera au referendum. La question logique est : quelle sera la transformation de l' insurrection des FARC en mouvement nettement politique, comment se réalisera-t-elle et comment réagiront les différents territoires sur lesquels ils ont toujours agi après que les fusils aient été empaquetés et expédiés par les représentants de l'ONU ?

La région où se trouve la municipalité de Corinto a été un bastion historique du 6° Front des FARC, un Front « Mère », fondateur d'autres fronts. Cette zone est très militarisée avec plusieurs bataillons, des forces Spéciales et Bataillons de Haute Montagne, tous appuyés par l'Aviation Colombienne.

Dans la région de la municipalité de Corinto, Cauca, il y a une forte militarisation des FFMM. Et là, inexplicablement, opère le para-miltarisme des Águilas Negras.

Pour en savoir plus sur cet assassinat, sur les différents acteurs qui peuvent être derrière et quelles implications peut avoir sur le succès du processus de paix ce regrettable assassinat, Resumen Latinoamericano a parlé avec Érika Gómez, avocate du Comité Permanent de Défense des Droits de l'Homme.

Érika Gómez, CPPDH.

  • Nous, aussi bien en tant que défenseurs des droits de l'homme qu'en tant que leaders sociaux, politiques et populaires, nous voyons cela comme un message fort précisément pour provoquer la peur, l'angoisse et l'incertitude en ce moment historique que nous vivons.

  • Je crois qu'il est inquiétant de souligner que la camarade Cecilia Coicué était al propriétaire du champ sur lequel allait être l'une des zones vicinales (où sera concentrée une partie des troupes de la guérilla). Je crois que c'est un message très fort destiné aux secteurs qui soutenons l'actuel processus.

La situation actuelle sur la protection des défenseurs des droits de l'homme en Colombie est terrifiante. Selon l'ONG “Somos defensores” pendant le premier semestre de 2016, quelques 35 défenseurs des Droits de l'Home ont été assassinés. 279 autres ont été victimes d'autres sortes d'agressions. Sur les 232 menaces de mort, l'organisation paramilitaire Águilas Negras est signataire de 119 alors que l'Escadron de la Mort AGC (Autodéfenses Gaïtanistes de Colombie) est responsable de 51.

La guérilla des FARC, préoccupée par l'assassinat de Coicué et de 3 autres leaders paysans de la même région assassinés le 29 août, a émis un dur communiqué signé par sa plus haute instance, le Secrétariat de l'Etat Major Central, le 8 septembre. Le point de l'ordre du jour concernant la protection des guérilleros démobilisés est l'un des points qui a le plus suscité le débat, je crois, entre les 2 délégations, à La Havane.

500 leaders paysans assassinés

Cecilia Coicué était membre de Fensuagro, la plus importante organisation paysanne de Colombie avec des milliers de membres dans le département de Cauca, secoué pendant de longues années par une lutte pour une réforme agraire. Nous parlons avec Eberto Díaz Montes, président de Fensuagro, qui, juste au moment où nous l'avons appelé, était en train de négocier avec le gouvernement sur la façon d'appliquer l'Accord Final en Colombie.

Eberto Díaz Montes, Fensuagro.

  • L'assassinat de Cecilia est un assassinat qui a lieu à la fin du processus de paix entre les FARC et le gouvernement. Nous savons que le processus a de nombreux ennemis grands propriétaires terriens, éleveurs, agro-commerçants et des secteurs militaristes qui s'opposent à la solution politique négociée. Ils cherchent comment, dans la dernière étape de ce processus, poser des pièges qui puisse détruire toute possibilité de paix dans le pays. Cependant, nous savons que ces secteurs sont de plus en plus isolés.

  • Cauca est l'une des zones les plus riches et qui possède le plus de biodiversité de Colombie. Le « Macizo Colombiano » est connu pour ses grandes richesses hydriques et derrière les richesses hydriques viennent les richesses hydro-électriques, l'entreprise privée qui négocie l'eau, les grandes transnationales qui mettent en bouteilles l'eau gazeuse (Coca- et Pepsi Cola et leurs alliées colombiennes) et les brasseries. Mais c'est aussi une région où la monoculture de la canne à sucre, l'élevage et l'extraction minière avancent. La région est très riche en or et en différents minerais.

Pour le dire mieux, c'est une zone très chaude pour le Grand Capital ?

  • 0ui, en plus, c'est une zone à forte présence de communautés indigènes. La population de Cauca est à 80% indigène et il y a aussi beaucoup de paysans. Cela signifie que c'est une région qui, à certains endroits, a une sur-population d'indigènes qui est de plus en plus mise de côté et les affaires agricoles, les affaires minières, les grandes propriétés progressent. Tout cela est un combustible pour accélérer le conflit (social) qui pendant de nombreuses années s'est développé dans cette région du Macizo Colombiano.

Le gouvernement de Juan Manuel Santos souligne depuis le début des négociations à La Havane que les millions d'hectares des propriétaires terriens, des mineurs ou d'autres industriels des champs ne seraient pas touchés d'un millimètre carré, ce que le chef de la délégation des FARC réclamait dans son intervention au début des négociations à La Havane.

  • Nous sommes au Sommet Agraire pendant 2 jours et précisément, ils finissent de dire cela. « L'Accord avec les FARC n'est pas un achat de terres ou une expropriation de terrains. » C'est plus l'officialisation des terres que possèdent les paysans et pour lesquelles ils n'ont pas eu de titre de propriété pendant longtemps. Nous (Fensuagro), nous sommes pour une résolution politique du conflit armé parce qu'en effet, le 2 octobre, on approuve on non l'Accord de Paix. Mais nous avons aussi une contradiction parce que le gouvernement et la bourgeoisie ne veulent pas accepter que pour qu'il y ait la paix, il doit y avoir une distribution des richesses et des terres. Le Modèle du Libre Commerce doit être revu. En général, la politique en Colombie doit se faire en concertation avec la population colombienne.

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2016/09/11/honduras-el-asesinato-de-cecilia-coicue-y-los-presuntos-autores-intelectuales-habla-el-presidente-de-fensuagro-y-abogada-del-comite-permanente-por-la-defensa-de-derechos-humanos/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/09/colombie-l-assassinat-de-cecilia-coicue-et-ses-auteurs-intellectuels-presumes.html