Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amérique Latine :Discours de Raul Castro Ruz au 5e Sommet de la CELAC

Publié le par Bolivar Infos

 

 à Punta Cana, République dominicaine, le 25 janvier 2017, « Année 59 de la Révolution »

 

Auteur: Raul Castro Ruz | internet@granma.cu

25 janvier 2017 17:01:33

 

Photo: Estudio Revolución

(Traduction de la version sténographique du Conseil d’État)

 

Cher président Medina,

 

Chers chefs d’État ou de gouvernement d’Amérique latine et de la Caraïbe,

 

Illustres chefs de délégations et invités,

 

Au Sommet qui a donné vie à cette Communauté, à Caracas, en 2011, nous avons exprimé la conviction que « l’unité et l’intégration politique, économique, sociale et culturelle de l’Amérique latine et de la Caraïbe constituent (…) une nécessité pour affronter avec succès les dangers qui se posent à nous en tant que région ».

 

Jamais il n’a été plus nécessaire de nous engager réellement dans la voie de l’unité, en reconnaissant que nous avons de nombreux intérêts en commun. Travailler en faveur de « l’unité dans la diversité » est un besoin impératif.

 

Pour atteindre cet objectif, il s’impose un respect absolu de la Proclamation de l’Amérique latine et de la Caraïbe comme Zone de paix, signée par les chefs d’État et de gouvernement en janvier 2014, dans laquelle nous nous sommes engagés « envers le strict respect de l’obligation de ne pas intervenir, directement ou indirectement, dans les affaires intérieures de tout autre État », et à régler les différends par la voie pacifique, ainsi qu’à « respecter pleinement le droit inaliénable de tout État d’adopter le système politique, économique, social et culturel de son choix ».

 

Pour ce faire, il est indispensable que tous les membres de la communauté internationale respectent pleinement les postulats de la Proclamation dans leurs relations avec les pays de la CELAC.

 

Il serait souhaitable que le nouveau gouvernement des États-Unis opte pour le respect de la région, bien qu’il soit préoccupant qu’il ait annoncé certaines intentions qui mettent en danger nos intérêts dans les sphères du commerce, de l’emploi, de la migration et de l’environnement, entre autres.

 

Par conséquent, il est indispensable de lancer des plans d’actions communs et de rendre plus efficace la gestion de la CELAC.

 

Par ailleurs, un retour au néolibéralisme provoquerait une recrudescence de la pauvreté et du chômage, aggravant ainsi les conditions sociales en Amérique latine et la Caraïbe.

 

Monsieur le Président,

 

Nous réaffirmons notre soutien au peuple et au gouvernement vénézuéliens dans la défense de leur souveraineté et de leur autodétermination face aux actions menées contre la Révolution bolivarienne.

 

Nous continuerons, dans la mesure de nos possibilités, de contribuer à la mise en œuvre de l’Accord final de paix entre le gouvernement de Colombie et les FARC-EP, et d’appuyer les conversations de paix avec l’ELN.

 

Nous réaffirmons que le peuple de Porto Rico doit être libre et indépendant ; nous continuerons d’appuyer les revendications de l’Équateur face au refus des transnationales de réparer les graves dommages environnementaux causés en Amazonie ; nous rejetons la manipulation politique contre le gouvernement bolivien et les tentatives de déstabilisation contre ce pays ; nous félicitons le président Daniel Ortega pour sa récente réélection à la tête du Nicaragua, et également la vice-présidente Rosario Murillo. Nous réaffirmons notre rejet du coup d’État parlementaire perpétré au Brésil contre la présidente Dilma Rousseff, à qui nous exprimons notre solidarité, de même qu’à l’ancien président Luis Inacio Lula da Silva.

 

Nous confirmons le soutien de Cuba aux nations sœurs des Caraïbes face aux tentatives de les priver de l’accès aux ressources financières, dans leur lutte contre le changement climatique, et dans leurs revendications légitimes pour la réparation des dommages provoqués par le colonialisme et l’esclavage.

 

Nous renouvelons nos encouragements aux efforts de la République argentine pour récupérer les Îles Malouines, Georgie-du-Sud et Sandwich-du-Sud.

 

Cher président, je souhaite exprimer la volonté de Cuba de continuer de discuter des affaires bilatérales en suspens avec les États-Unis, sur la base de l’égalité, la réciprocité et le respect de la souveraineté et de l’indépendance de notre pays, et de poursuivre le dialogue respectueux et la coopération sur des sujets d’intérêt commun avec le nouveau gouvernement du président Donald Trump.

 

Cuba et les États-Unis peuvent coopérer et coexister de manière civilisée, en respectant leurs différences et en favorisant tout ce qui peut s’avérer positif pour les deux pays et les deux peuples, mais il ne faut pas attendre pour autant que Cuba fasse des concessions inhérentes à sa souveraineté et à son indépendance.

 

Le blocus économique, commercial et financier persiste, et entraîne des privations et des dommages humains importants qui affectent gravement notre économie et entrave notre développement.

 

Cependant, nous continuons de centrer nos efforts sur la mise à jour de notre modèle économique et social, et de lutter pour construire une Nation souveraine, indépendante, socialiste, démocratique, prospère et durable.

 

Je tiens à exprimer ma profonde gratitude au président Danilo Medina pour son émouvant hommage à la mémoire du Commandant en chef de la Révolution cubaine, Fidel Castro Ruz, à la cérémonie d’ouverture de ce Sommet, ainsi qu’à toutes les personnes qui nous ont transmis leurs condoléances et leurs messages de solidarité.

 

Permettez-moi, pour conclure, de vous remercier, ainsi que le peuple dominicain, pour votre hospitalité et pour votre chaleureux accueil, et vous féliciter pour le travail réalisé durant votre mandat à la présidence tournante de la CELAC, et aussi de réitérer notre engagement de soutien et de solidarité au Salvador et à son président Salvador Sanchez Cerén, dans sa gestion à la tête de la Celac en 2017.

 

Je vous remercie. (Applaudissements)

 

http://fr.granma.cu/mundo/2017-01-25/jamais-il-na-ete-plus-necessaire-de-nous-engager-reellement-dans-la-voie-de-lunite