Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bolivie : 11 ans de révolution sous la conduite d’Evo Morales

Publié le par Bolivar Infos

Bolivie : 11 ans de révolution sous la conduite d’Evo Morales

 

La Bolivie s’apprête à commémorer le 11e anniversaire de l’avènement à la tête du pays d’Evo Morales, en sa qualité de premier président amérindien de ce pays, et du début de la révolution démocratique et culturelle

 

Auteur: Prensa Latina | internet@granma.cu

19 janvier 2017 17:01:22

 

Environ 20% de la population bolivienne a été tirée de la pauvreté ces dix dernières années sous le gouvernement du président Evo Morales. Photo: Prensa Latina

La Bolivie s’apprête à commémorer le 11e anniversaire de l’avènement à la tête du pays d’Evo Morales, en sa qualité de premier président amérindien de ce pays, et du début de la révolution démocratique et culturelle.

 

En prenant ses fonctions le 22 janvier 2006, Evo Morales et son parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS), ont amorcé une série de transformations structurelles connues sous le nom de « processus de changement », qui ont donné un nouveau visage à ce pays jadis considéré comme le deuxième le plus pauvre du continent.

 

Morales en personne a souligné à maintes reprises l’importance des transformations politiques, économiques et sociales introduites par son gouvernement au cours de la dernière décennie, qui ont hissé la Bolivie au rang de pays en voie de développement plus juste et plus équitable.

 

Ainsi, grâce à la nationalisation des hydrocarbures en mai 2006, non seulement le gouvernement a permis au pays d’exercer sa pleine souveraineté sur ses richesses minières nationales – jadis aux mains des transnationales –, mais il a entamé une politique de distribution équitable des revenus et impulsé l’industrialisation.

 

Selon les sources officielles, les richesses ont été distribuées d’une manière plus équitable afin de réduire les inégalités sociales. D’importants programmes sociaux, sous forme d’allocations, ont été mis en œuvre pour élargir le champ d’action pour la protection de groupes vulnérables comme les enfants (El bono Jacinto Pinto), les femmes enceintes (El Bono Juana Azurduy) et les vieillards (la Rente dignité).

 

Les autorités ont également souligné que les luttes et les sacrifices des paysans et des indigènes ont été des piliers dans le processus de changement, et que leur courage et leur capacité à surmonter les crises ont renforcé la prise de conscience des mouvements sociaux dans la défense de la souveraineté et des revendications historiques des secteurs les plus opprimés.

 

La Bolivie est l’un des pays d’Amérique du Sud ayant enregistré la plus forte croissance du Produit intérieur brut, et le vaste programme d’investissements prévu par le gouvernement est appelé à en faire le cœur énergétique de la région.

 

Le gouvernement bolivien accorde une importance prioritaire à l’Agenda patriotique à l’horizon 2015, qui prévoit plusieurs programmes politiques, économiques, sociaux et culturels à l’approche de la commémoration du bicentenaire de l’indépendance.

 

Dans le cadre de cet effort, une attention particulière est donnée à la construction d’ouvrages à fort impact social dans les communautés.

 

La croissance économique enregistrée ces dix dernières années, ajoutée aux nombreux projets sociaux approuvés par l’organe exécutif, ont favorisé la croissance de villes et de villages, permis à de nombreux citoyens de sortir de la pauvreté et d’améliorer la qualité de vie de la population en général.

 

Selon l’Institut national des statistiques (INE), environ 20% de la population bolivienne a été sortie de la pauvreté ces dix dernières années sous le gouvernement du président Evo Morales.

 

En 2005, 59,6% des citoyens vivaient sous le seuil de pauvreté, alors que 39% étaient dans cette situation en 2015, précise un rapport de cet organisme.

 

Cependant, les efforts gouvernementaux visent à éradiquer la pauvreté en 2025, à l’occasion des 200 ans de la fondation de la République.

 

Les 11 dernières années se sont également caractérisées par l’exercice d’une diplomatie active à l’échelle mondiale qui vise à renforcer la coopération avec les pays et les blocs économiques ou politiques sur la base du respect de la souveraineté et de l’autodétermination.

 

Ainsi, aujourd’hui non seulement la Bolivie est plus connue, mais elle est plus respectée dans le monde, selon le président Morales.

 

Preuve en est le soutien majoritaire apporté à ce pays pour occuper un siège en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, depuis le 1er janvier dernier.

 

Selon des sources diplomatiques, La Paz s’est engagée sur un agenda visant à promouvoir la paix mondiale et le respect des droits des personnes et les droits de la Pachamama (Terre mère).

 

Le 18 décembre, à l’occasion de la Journée de la Révolution démocratique et culturelle – date anniversaire de la victoire électorale d’Evo Morales en 2005 –, le chef d’État bolivien a accusé les dirigeants de l’opposition de droite de manquer d’un programme à long terme pour la Bolivie.

 

« La droite ne propose rien, elle n’a pas de programme pour la période 2020-2025 (…) et elle ne fait que critiquer et mentir », a déclaré Morales lors d’un rassemblement tenu à Irvigarzama, dans la région du Chapare, dans le Département de Cochabamba.

 

Morales en a également profité pour rappeler l’histoire de violences et de pillages auxquels a été soumis le pays pendant plus de 180 ans de vie républicaine, et il a souligné les efforts consentis pendant plus de 10 ans par le MAS pour transformer le pays.

 

« Nous, les humiliés, les méprisés, les marginalisés et les discriminés, nous nous sommes organisés avec raison en un mouvement politique pour dire halte à la domination et au pillage », a souligné le président Evo Morales.

 

http://fr.granma.cu/mundo/2017-01-19/la-bolivie-sapprete-a-feter-11-ans-de-revolution-sous-la-conduite-devo-morales