Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cuba : La formation des enseignants des écoles rurales

Publié le par Bolivar Infos

Cuba : La formation des enseignants des écoles rurales

 

L’une des régions de l’est du pays partage son expérience des classes à plusieurs niveaux

 

Auteur: Yenia Silva Correa | informacion@granma.cu

9 février 2017 18:02:30

 

ÉCRIRE sur les réussites de l'éducation dans tout le pays sans se déplacer de la capitale n’est pas toujours facile et pourrait se convertir en une suite de discours cohérents. C’est pourquoi nous devons saisir toutes les occasions à notre portée pour avoir des informations de première main sur le travail des enseignants dans les autres provinces et sur les particularités de leur région.

 

Dans cette perspective, nous nous sommes entretenus avec Obdulia Maria Vistorte Pupo, master en science, responsable du Département de l'enseignement primaire à Las Tunas, dans l'est du pays.

 

Avant de l’interroger, elle nous a donné quelques renseignements. Ainsi avons-nous appris que certains enseignants travaillent dans des classes à plusieurs niveaux dans cette province qui compte 489 écoles primaires, dont 375 en milieu rural ; le nombre d’enfants scolarisés est de 35 633, dont 14 621 en écoles rurales.

 

S’agit-il d’une scolarisation en internat ou en semi-internat

 

Tous les élèves sont externes. Nous conditions d’enseignement sont les mêmes que dans les écoles urbaines. Nos élèves participent aux concours nationaux de connaissances en langue espagnole, mathématiques, sciences et Histoire de Cuba, où ils ont gagné des médailles d'or, d'argent et de bronze. Depuis trois ans, la province remporte la première place.

 

Vos méthodes de coordination pour assurer la prise en charge en milieu rural ?

 

D’abord, nous organisons la formation méthodologique avec les directeurs de zone, que nous rencontrons au niveau municipal. Ensuite, nous travaillons avec les responsables de cycle scolaire, de manière différenciée, selon la composition des écoles. Puis, nous réunissons les enseignants en fonction de la complexité des classes à plusieurs niveaux.

 

Nous travaillons avec les enseignants qui ont les regroupements de niveaux les plus simples (CP- CE1, CE2 - CM1-CM2- 6e de primaire), puis avec ceux qui ont des groupes plus complexes : de la première à la sixième année.

 

De plus, nous approfondissons les contenus avec des conseillers pédagogiques qui se chargent de la partie méthodologique. Cela signifie la présence dans les écoles rurales de spécialistes de l'éducation physique, de bibliothécaires, d’instructeurs d'art, de professeurs d'informatique, d’un groupe de personnels qui participent à la formation des enseignants sur le plan méthodologique.

 

 

Dans les écoles rurales, les enfants reçoivent les mêmes savoirs et développent les mêmes compétences que dans les écoles urbaines. / Jorge Luis Terence Cautín

Les élèves qui ont des besoins éducatifs spécialisés sont pris en charge à travers une pédagogie différenciée, par des orthophonistes et des psychologues, entre autres spécialités."

 

Quelle formation pour ces élèves en vue de répondre aux besoins de la province ? Comment sont-ils orientés pour qu’ils connaissent les possibilités d'emploi qui se présenteront plus tard?

 

Nous avons mis sur pied, dans toutes les écoles rurales, des cercles d'intérêt qui répondent aux besoins réels de la région où se trouve l'école. Ces élèves sont pris en charge aussi bien par des instructeurs du secteur agricole, industriel, ou mécanique, ainsi que du secteur de l'éducation. Nous devons aussi travailler en vue de former de nouveaux enseignants. Dès leur plus jeune âge, nous encourageons les enfants à participer à ce cercle d'intérêt pour les aider dans leurs choix d’orientation et de profession.

 

Quels sont les principaux défis à relever par les enseignants en milieu rural dans les classes à plusieurs niveaux ?

 

Le principal défi est une formation pédagogique spécialement conçue pour des classes à plusieurs niveaux. C’est assez complexe, mais maintenant nous disposons de livres, de manuels, etc. Par ailleurs, nous travaillons avec les événements du secteur rural. Ce qui est d’une grande aide pour les enseignants. Il y a aussi le Congrès pédagogie, qui rassemble des enseignants plus expérimentés, qui communiquent des informations sur des programmations complètes.

 

Nous disposons également d’un outil très utile : l'évaluation systématique, qui est un défi très important. Comment évaluer nos élèves dans une même épreuve, mais avec des contenus différents ?

 

La couverture enseignante ?

 

À Las Tunas, nous n’avons aucun problème avec la couverture enseignante : nous avons 24 écoles avec deux enseignants jusqu’à 25 élèves, ce qui est un objectif de l'enseignement primaire et 123 écoles rurales ont deux instituteurs

 

Quel est le secret pour atteindre les mêmes niveaux de connaissances que l'enseignement primaire en milieu urbain ?

 

La base réside dans la formation pédagogique de nos enseignants et comment ils vont organiser leur travail pour gérer leur classe. En vérité, nous sommes au même niveau. Lorsque l’on étudie les évaluations, les résultats du secteur rural sont identiques à ceux des villes, avec les mêmes connaissances et les mêmes compétences.

 

La méthodologie est ce dont nous avons besoin, parce que nous savons ce nous avons à faire. Par ailleurs, nous avons d'autres possibilités : les feuilles de devoirs à la maison, qui renforcent les apprentissages de l'enfant et qui permettent aux parents d’aider à la systématisation des acquis par des activités variés. Comment faire par niveaux de connaissance pour que l'enfant continue d’avancer dans ses apprentissages ?

 

Nous disposons d’un support important : Pa 'que te éduques, un produit numérique de l’entreprise Cinesoft, placée sous la tutelle du ministère de l’Éducation et contenant des informations, des documentaires, des films et de la musique, destiné aux enseignants et aux familles.

 

Si l'enfant ne peut pas aller au musée, il peut faire une visite virtuelle. Il peut voir par exemple le yacht Granma grâce à un musée virtuel. C'est un outil qui permet d’approfondir ses connaissances. Ainsi, même si l’élève n’a pas de musée dans sa région, il peut le visiter à travers la télévision. Nous avons de nombreuses façons d’aider l’enfant à construire ses apprentissages.

 

http://fr.granma.cu/cuba/2017-02-09/le-secret-la-formation-des-enseignants