Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cuba : Les éditeurs proposent un éventail de genres et de thèmes

Publié le par Bolivar Infos

Cuba : Les éditeurs proposent un éventail de genres et de thèmes

 

LES foires du livre qui se multiplient dans le monde ne sont pas seulement un objectif pour les écrivains, elles le sont aussi pour le public

 

Auteur: Mireya Castañeda | internet@granma.cu

9 février 2017 16:02:27

 

Nancy Morejon, prix national de Littérature a présenté l’anthologie poétique de Margaret Atwood, grande dame des Lettres canadiennes.

 

LES foires du livre qui se multiplient dans le monde ne sont pas seulement un objectif pour les écrivains, elles le sont aussi pour le public. Alors que les librairies sont des lieux qui reçoivent des visites quotidiennes sporadiques, à l’exception des lecteurs impénitents, ces événements attirent, notamment à La Havane, des dizaines de milliers de visiteurs.

 

La Forteresse coloniale de San Carlos de La Havane, un site magnifique édifié au 18e siècle, est le siège de la 26e Foire internationale du livre, du 9 au 19 février, avec 11 autres lieux qui accueilleront les lecteurs dans le quartier havanais du Vedado, dont le Pavillon Cuba, l’Union des écrivains et des artistes de Cuba, la Casa de las Américas, le Centre Dulce Maria Loynaz.

 

Pour cette véritable fête du livre et de la littérature, les éditeurs cubains ont préparé un vaste éventail de titres de genres divers, ainsi que des colloques et des forums, dont un spécial qui rendra hommage au leader historique de la Révolution Fidel Castro, récemment décédé, avec la présentation de 26 livres de la collection 90e anniversaire.

 

Un ouvrage préparé en hommage à Fidel Castro par SurEditores. Une sélection de textes d’auteurs ibéro-américains.

Au cours des premières journées de la Foire, auront lieu à la salle Nicolas Guillen de la Cabaña le colloque Fidel, politique et culture, sur la pensée politique, la culture et l’humanisme de ce grand révolutionnaire, et deux conférences : Conception de Fidel sur le rôle de la culture dans la Révolution cubaine, par le ministre de la Culture, Abel Prieto et L’Humanisme chez Fidel et son héritage, par l’Historien de la Ville, Eusebio Leal.

 

Deux titres importants seront présentés par les éditions Capitan San Luis : Fidel Castro et les États-Unis. 90 discours, interventions et réflexions, d’Abel Enrique Gonzalez Santamaria, et Fidel Castro. Que trouva-t-il au triomphe de la Révolution ?, de Juan Carlos Rodriguez Cruz.

 

AUX ÉDITIONS UNION

 

La maison d’édition de l’Union des écrivains et des artistes de Cuba (Uneac) mettra en vente à son siège du Vedado, 17 titres d’auteurs cubains et étrangers, dont une réédition de l’anthologie Desde el invierno (Depuis l’Hiver), 23 contes canadiens (certains de la prix Nobel Alice Munro), préparée en 1997 par les écrivains Margaret Atwood et Graeme Gibson, tous deux de nouveaux présents à la Foire.

 

De Margaret Atwood, sans doute la plus importante écrivaine canadienne du moment, sera présentée au Pavillon du Canada, le pays invité d’honneur, Anthologie poétique, l’une des facettes de sa magnifique œuvre littéraire, – recueils de poèmes comme Expeditions (1965) ; Le Journal de Susanna Moodie (1970) ; Selected Poems (1976) ; Matin dans la maison incendiée (1996) et The Door (2007) –, qui inclut également des romans, des contes et des articles de critique.

 

Les Éditions La Memoria du Centre Pablo publient les articles écrits par Pablo de la Torriente Brau pour le journal Ahora, entre 1933 et 1935.

Les éditions Union offrent aux lecteurs le quatrième roman d’Eliseo Altunaga, Lagrimas negras, dans lequel, selon l’opinion de l’éditeur, il fait une fresque des premières années de la République, en y associant un langage poétique dans les vignettes qui accompagnent les chapitres.

 

Un livre sera sans doute très recherché : Sombras nada mas (Des ombres, rien de plus), une compilation de textes par Laidi Fernandez de 36 auteures cubaines qui abordent la violence contre la femme, une thématique pertinente et récurrente dans le monde d’aujourd’hui. Les éditions Union n’oublient pas la littérature de jeunesse. Elles reviennent au Pavillon Trésor de papier, installé à La Cabaña, avec quatre livres : El amor es una lucecita maravillosa (L’amour est une petite lumière merveilleuse), de Marcia Jiménez ; Un circo en el dibujo (Un cirque dans le dessin), de Nestor Fernandez ; La familia Boleke (La famille Boleke), de Luis Alberto Vaillant, et Jugar con las estrellas (Jouer avec les étoiles), une anthologie rassemblant des récits de six écrivains dominicains, portoricains et cubains. Un autre genre peut attirer le lecteur : l’essai, avec un livre de l’Italien Italo Calvino: Six propositions pour le nouveau millénaire, d’une actualité remarquable, coédité par Union et les éditions italiennes ARCI, conçu sans but lucratif, qui sera distribué aux bibliothèques cubaines.

 

Le stand J-9 à La Cabaña appartient à la Collection SurEditores et on pourra y trouver des titres comme Presencia negra en la cultura cubana (Présence noire dans la culture cubaine), des Éditions Sensemaya, de la Fondation Nicolas Guillén ; Les vers simples et Les vers libres, de José Marti, et Le cimetière marin, du Français Paul Valery, à l’occasion su 100e anniversaire de cette œuvre et qui sera accompagné d’un forum organisé par l’Association des écrivains.

 

SurEditores se joint aux hommages éditoriaux à Fidel avec les livres Cantar de Alejandro (le Chant d’Alejandro), un recueil de textes d’auteurs ibéro-américains ; Fidel señala el camino (Fidel montre le chemin), une compilation d’Hildebrando Pérez, et, Buenos dias, Fidel, de Nicolas Guillén (Éditions Sensemaya).

 

LE CENTRE PABLO À LA FOIRE

 

Publiés à New York en 1891, José Marti les dédie à A Manuel Mercado, du Mexique et à Enrique Estrazulas, d’Uruguay. Le prologue commence ainsi : Mes amis savent que ces vers sont sortis de mon cœur.

Le Pavillon C-5B est le point de rencontre du Centre Pablo de la Torriente Brau avec ses lecteurs. Il présente plus d’une vingtaine de ses publications, dont cinq nouveaux titres et trois autres récemment publiés en 2016 aux Éditions La Memoria.

 

Signalons un livre consacré à l’œuvre journalistique de Pablo de la Torriente Brau, intéressant pour la richesse de ses articles, Pablo en Ahora (Pablo dans Ahora). Une sélection de ses textes publiés dans le journal Ahora entre octobre 1933 et mars 1935, dont les séries les plus brillantes, et aujourd’hui anthologiques : La isla de los 500 asesinatos (L’île des 500 assassinats) et Realengo 18.

 

La musique et le cinéma ont un espace réservé aux Éditions La Memoria : Sara Gonzalez, une sélection d’entretiens, de témoignages d’amis et compagnons de tournées et de concerts, qui nous parlent de l’être humain qui a trouvé dans le chant une manière d’exister, d’être et de durer. Le second, Los dias de Manuel Octavio Gomez, de Jorge Calderon, qui aborde non seulement de la carrière de ce cinéaste, mais aussi de l’homme derrière la caméra : ses origines sociales, ses inquiétudes, ses études, ses intérêts, sa formation et ses raisons de devenir réalisateur.

 

D’autres livres présentés par les Éditions Icaic au Centre Dulce Maria Loynaz viennent s’ajouter au livre sur le cinéaste Manuel Octavio Gomez : El espejo roto. Morfologias del cuerpo gay-lesbiano/querer en el cine (Le miroir brisé. Morphologie du corps gay-lesbien/aimer au cinema), de Alberto Garrandés ; La edad de la ilusiones. El cine de Fernando Pérez (L’âge des illusions. Le cinema de Fernando Pérez), de Joel del Rio ; Vivir bajo la lluvia. Julio Garcia Espinosa (Vivre sous la pluie. Julio Garcia Espinosa), de Dolores Calviño ; Cronología del cine cubano IV (Chronologie du cinema cubain IV), d’Arturo Agramante et Luciano Castillo ; Alejo Carpentier : la facultad mayor de la cultura (Alejo Carpentier: la plus grande faculté de la culture), de Luis Alvarez, et Memorias de un director de arte (Mémoires d’un directeur d’art), de Pedro Garcia Espinosa.

 

LES ÉDITIONS BOLOÑA

 

Discours, conférences et articles de l’Historien de la Ville de La Havane.

Les Éditions Boloña du Bureau de l’Historien de La Havane prévoient des présentations à leur espace traditionnel, la Calle de Madera, sur la Place d’Armes, dans le Centre historique.

 

À ne pas manquer : quatre titres du Dr Eusebio Leal : Hijo de mi tiempo (Fils de mon temps), des réflexions sur une série de discours et de conférences sur la cubanité, et Aeterna Sapientia, auxquels s’ajoutent Fundada Esperanza (Esperance fondée) et La luz sobre el espejo (La lumière sur le miroir), des rééditions aux éditions José Marti et Nuevo Milenio, respectivement.

 

Un ouvrage particulier: Devocionario nuevo y completísimo en prosa y verso, de l’écrivaine Gertrudis Gomez de Avellaneda, paru à l’occasion du 144e anniversaire de sa mort.

 

Autres publications des Éditions Boloña : Sitio (Lieu), de Fina Garcia Marruz, une anthologie poétique réalisée par l’auteure, et Centenario de Miramar : Reparto habanera (Centenaire de Miramar : quartier havanais, de plusieurs auteurs et qui sera présenté dans la Maison aux tuiles vertes, à l’angle de la 5e Avenue et de la rue 2, de ce quartier.

 

La 26e Foire internationale du livre 2017 nous réserve encore bien des surprises, avec des présentations, des forums, des colloques, des dialogues avec certains des 162 auteurs invités de 36 pays, dont l’Irlande, l’Australie, l’Argentine, le Mexique, le Venezuela, l’Équateur, l’Espagne, la France et bien sûr le Canada, pays invité d’honneur.

 

http://fr.granma.cu/cultura/2017-02-09/les-editeurs-cubains-proposent-un-eventail-de-genres-et-de-themes