Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Brésil : Un procureur présente la véritable liste d'Odebrecht

Publié le par Bolivar Infos

 

Après des années d'accusations contre les ex présidents Lula et Dilma et le signalement du Parti des Travailleurs (PT) comme le parti qui a créé la corruption à Petrobras, ce qu'on pouvait imaginer est arrivé : la plus haute autorité du Bureau du Procureur a présenté officiellement les dénonciations contre toute la direction de la droite du pays. Ont été dénoncés 5 ministres de Temer, les présidents de la Chambre ses Députés et du Sénat, 4 sénateurs du parti de Temer et 1 du Parti de la Social-Démocratie Brésilienne (PSDB) er 211 personnes qui n'ont pas de rôle particulier. L'histoire est tombée des sites à la presse privée et aux grands secteurs de la société brésilienne qui soutenaient agressivement que la seule issue possible pour éradiquer la corruption était de destituer Dilma et de mettre Lula en prison.

 

Ce que les 2 présidents ont fait, c'est d'approfondir les investigations en exposant dangereusement les structures de la corruption centenaire qui naît et coexiste dans les entrailles de la très puissante élite brésilienne en conduisant en prison d'importants ministres et dirigeants du PT. A partir de l'ouverture de cette boîte de Pandore par le PT au Brésil, la droite du continent a dû réagir immédiatement en rendant responsables de la corruption dans les médias les décennies progressistes. De cette façon, la gauche subirait l'impact de ce qui allait être découvert. Le mérite de la volonté politique de réduire personnellement la corruption est devenu un péché capital.

 

Le discours construit par les partis de droite et largement diffusé par les entreprises de communication ont protégé jusqu'à ce jour les alliés politiques qui n'avaient pas encore été dénoncés officiellement. Dans le cas du Brésil, le président putschiste Michel Temer a été nomme 43 fois par les corrupteurs d'Odebrecht, accusé d'avoir reçu 3 millions de dollars en liquide. L'ex candidat à la présidence pour le PSDB associé du Réseau Globo, Aécio Neves, a été nommé d'innombrables fois par presque tous les délateurs. Eduardo Cunha, ex président du Congrès, responsable du coup d'Etat contre Dilma, a été cité 35 fois. Cunha est en prison pour avoir géré illégalement plus de 150 millions de dollars sur ses comptes en suisse, des sommes qu'il n'a pas pu justifier.

 

Le corruption dénoncée dans l'affaire Lava-Jato existe de façon prouvée depuis plus de 30 ans et tous les hommes politiques de droite accusés dans cette nouvelle étape de l'enquête ont été des membres actifs des Gouvernements de José Sarney, Fernando Collor, Itamar Franco et Fernando Henrique Cardoso. Tous antérieurs à Lula et Dilma.

 

Il est important de tenir compte du fait que l'affaire Lava-Jato a permis de commencer la privatisation de Petrobras et des plus d'1 trillion de dollars de réserves pétrolières brésiliennes que le néolibéralisme de Cardoso n'avait pas réussi à mettre en place. Dans le domaine politique, la gestion juridique et médiatique de l'affaire a créé les conditions pour liquider le PT, la seule force capable de freiner les assauts contre le patrimoine du peuple brésilien. Dans l'opinion publique ont été installés des schémas pour que le peuple se convainque que seule la privatisation de la sixième plus grande entreprise du monde soignerait le cancer appelé corruption.

 

Après les tragiques 8 ans de gouvernement de Fernando Henrique Cardoso, le PT nationalisa les réserves et destina 75% des royalties au développement de l'éducation et au développement scientifique du Brésil. Cette décision menaçait directement l'hégémonie nord-américaine et européenne dans certains secteurs stratégiques. Le Brésil est un concurrent direct dans l'industrie de la construction civile, navale, aérospatiale, militaire, agro-industriel et même dans l'enrichissement de l'uranium en produisant sa propre technologie. Tout cela à la disposition d'un Gouvernement qui a intensément travaillé pour l'intégration de l'Amérique Latine, de l'Afrique et de l'Asie. Lula est devenu un gros et difficile problème commercial et géopolitique pour l'expansion hégémonique des Etats-Unis et de l'Europe dans ces régions-là.

 

Et de quoi est accusé Lula dans l'affaire Lava-Jato ? D'avoir soi-disant un appartement illégal sur une plage de São Paulo bien que cet immeuble soit la propriété d'une dame qui affirme que Lula n'a jamais été là. De son côté, Fernando Henrique Cardoso, l'ex Président néolibéral, est propriétaire de 2 appartements, 1 sur l'avenue Foch à Paris et l'autre dans la Trump Tower à New York, tous 2 incompatibles avec ses revenus de professeur d'université et d'ex Président de la République. Cela a été dénoncé il y a quelques années et confirmé par son ex compagne en 2016 qui a même indiqué les noms des prête-noms utilisés par Fernando. Ni le Ministère Public fédéral ni la Cour Suprême, encore moins la Police Fédérale ne l'ont inquiété à cause de cela. En fait, Cardoso fait partie de l’élite blanche de Sao Paulo, c'est un lettré, professeur à la prestigieuse Faculté de Sociologie de l'Université de São Paulo.

 

Par contre, Lula est un semi analphabète, selon ses propres mots et c'est celui qui a construit le plus d'universités au Brésil. N' dans la région à population afro-descendante la plus misérable, il a mangé de la viande pour la première fois à 13 ans quand il est allé à São Paulo pour chercher une vie meilleure. Il a été nommé près de 30 fois « professeur honoris causa » parce que c'est une référence mondiale en matière de lutte contre la pauvreté et la faim. Tandis que sous le Gouvernement de Cardoso, 300 enfants mouraient de faim par jour, Lula a éradiqué l'extrême pauvreté au Brésil en en faisant sortir 27 000 000 de personnes.

 

L'affaire Lava-Jato est très complexe et ne peut être comprise seulement sous l'angle légal : elle touche les profondeurs de la structure politique créée par les élites créoles esclavagistes qui subsistent jusqu'à aujourd'hui sous forme de banques, de plantations, de monopoles des médias et de fraudeurs du fisc. Ceux-là même qui ont vendu l'avenir de leurs nations pour garantir leurs privilèges et maintenir sous le fouet ceux qui ont décidé d'élever la voix. Il a toujours été évident que cette élite créole n'a jamais accepté d’appeler Monsieur le Président quelqu'un de la « racaille » qui exposera à l'opinion publique clairement les origines de ses privilèges mal acquis.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://lajunta.ec/2017/03/22/fiscal-brasileno-presenta-verdadera-lista-odebrecht/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/03/bresil-un-procureur-presente-la-veritable-liste-d-odebrecht.html