Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : La condamnation d'Almagro pour son agression contre le Venezuela augmente

Publié le par Bolivar Infos

 

Par Hector Bernardo

Des représentants politiques et des organisations sociales ont condamné l'attitude du secrétaire général de l'OEA qui continue à vouloir sanctionner le Gouvernement de Maduro. L'ex chancelier de l'Uruguay qui ignore les milliers de crimes commis au Mexique, les assassinats de journalistes au Honduras et en Colombie, se dit préoccupé par les institutions au Venezuela, une excuse avec laquelle il cherche à préparer le terrain pour une intervention étrangère.

 

Le mardi 14 mars dernier, le secrétaire général de l'Organisation des Etats Américains (OEA), Luis Almagro, a remis un rapport au Conseil Permanent de cet organisme dans lequel il demande, encore une fois, de sanctionner le Venezuela.

 

Dans ce document, Almagro assure que « s'il n'y a pas d'élections générales sous les conditions stipulées, ce serait le moment d'appliquer la suspension du Venezuela des activités de l'Organisation » et exige des élections anticipées, en violant de façon flagrante les institutions vénézuéliennes.

 

Comme c'était logique, l'attitude d'Almagro a provoqué le rejet du Gouvernement bolivarien qui, dans un communiqué, a exprimé son «plus profond rejet du soi-disant rapport illégitime et illicite présenté par monsieur Luis Almagro, Secrétaire Général de l'Organisation des Etats Américains (OEA), qui ne respecte pas les processus des institutions et des principes de cette organisation. »

 

« Luis Almagro, ennemi notoire du peuple du Venezuela, a forgé de fausses hypothèses contre la République dans le seul but de promouvoir l'intervention internationale dans notre pays et d'accentuer la guerre économique contre la société vénézuélienne », ajoute-t-il.

 

Le communiqué remarque aussi qu' Almagro « dirige le concert de la droite fasciste de l'hémisphère qui harcèle, agresse et attaque avec rage le Venezuela sans scrupules et sans aucune éthique et se caractérise par l'invention anti juridique et frauduleuse de faux positifs contre notre Patrie sacrée. »

 

 

L'attitude d'Almagro a aussi provoqué le rejet de personnalités politiques et de mouvements sociaux qui ont condamné cette nouvelle agression du Secrétaire Général de l'OEA.

 

La Conférence Permanente des Partis Politiques d'Amérique Latine et des Caraïbes (COPPPAL) a condamné l'attitude de l'ex chancelier de l'Uruguay et déclaré dans un communiqué que « les déclarations et les silences d'Almagro mettent en évidence que son ordre du jour répond aux intérêts de ceux qui ont toujours eu l' OEA à leur service en tant qu'instrument pour justifier et légitimer pendant des années leurs politiques interventionnistes en Amérique Latine et dans les Caraïbes. »

 

Le Front Farabundo Martí pour la Libération Nationale (FMLN) du Salvador a signalé dans un communiqué que l'attitude de l' ex chancelier de l'Uruguay « constitue une attaque envers la souveraineté nationale du Venezuela, une violation de l'ordre légal et constitutionnel et une violation flagrante des traités internationaux qui stipulent le respect et la coopération entre les peuples. »

 

Le document assure aussi que « l'attitude agressive du Secrétaire Général de l'OEA envers le Venezuela reflète sa complicité et son soutien d'une intervention internationale encouragée par l'extrême droite vénézuélienne. »

 

Le Gouvernement de l'Etat Plurinational de Bolivie a aussi condamné la tentative d'agression du Venezuela et produit un document dans lequel il affirme qu'Almagro, « en marge de toutes les règles de l'OEA, sans aucun mandat des Etats Membres et sans aucune raison ni pratique diplomatique, avec une traîtrise absolue et une superbe absolue cherche l'affrontement de l'organisation avec un pays membre. »

 

Le communiqué signale aussi que le Secrétaire Général de l'OEA a « des attitudes interventionnistes et serviles envers les intérêts hégémoniques. »

 

Almagro dit qu'il est préoccupé par l'institutionnalité au Venezuela mais n'a pas condamné le coup d'Etat au Brésil contre Dilma Rousseff qui a porté au pouvoir le politicien de droite Michel Temer, garde le silence devant les milliers de morts et de disparitions au Mexique de Peña Nieto, regarde ailleurs face aux constants assassinats de dirigeants sociaux dans la Colombie de Juan Manuel Santos et ignore aussi tous les assassinats de journalistes et de responsables sociaux qui surviennent sans cesse au Honduras depuis le coup d'Etat contre Manuel Zelaya. Il ne menace pas non plus d’appliquer des sanctions au Gouvernement argentin de Mauricio Macri qui garde arbitrairement en prison la dirigeante sociale Milagro Sala bien que plusieurs organismes internationaux parmi lesquels l'OEA elle-même aient demandé au président argentin la libération immédiate de la dirigeante de la Tupac Amaru.

 

Almagro a démontré que la démocratie et les institutions lui importent peu, la seule chose qui l'intéresse, c'est de remplir le mandat que lui a donné Washington, insister dans son agression permanente et préparer le terrain pour favoriser une intervention étrangère au Venezuela. L'histoire a réservé un triste rôle à cet obscur et néfaste personnage.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/03/21/crece-el-repudio-a-almagro-por-su-agresion-a-venezuela/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/03/venezuela-la-condamnation-d-almagro-pour-son-agression-contre-le-venezuela-augmente.html