Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : Des morts pour intensifier le conflit

Publié le par Bolivar Infos

Les violences que provoquent la droite vénézuélienne cherchent à justifier une intervention étrangère, a dénoncé le Gouvernement.

 

Le Ministère Public vénézuélien a enregistré 5 morts pendant les manifestations anti-gouvernementales de ces derniers jours bien que 2 des victimes n'aient participé à aucune manifestation. L'une a reçu une balle d'un policier de passage qui ne réalisait aucun travail anti-émeute.

 

Qu'il y ait du sang a été une stratégie répétée par ceux qui organisent le conflit au Venezuela, des morts amplement médiatisées pour aiguiser le chaos par la violence de rue.

 

Il y a eu un précédent avec le plan La Sortie de 2014 qui cherchait à renverser le Gouvernement constitutionnel de Nicolás Maduro. Les principaux dirigeants d'extrême droite ont lancé des appels à la violence pour détruire des biens publics, incendier des organismes d'Etat, placer des fils de fer barbelés sur les rues pour « décapiter » les motards et favoriser le choc entre les manifestants du parti au Gouvernement et les opposants. Il y eut aussi des morts : 43 et plus de 800 blessés.

 

Les assassins du plan La Sortie ont un canal de financement et un soutien logistique pour les groupes violents et irréguliers qui doivent exécuter des actions sélectives et sur le terrain.

 

Le premier mort des protestations de cette semaine a été le jeune Jairo Ortiz, 19 ans, assassiné par une balle dans la poitrine par l'officier de la Police Nationale Bolivarienne (PNB), Rohenluis Leonel Mata Rojas. Ce jeune ne participait pas aux protestations de l'opposition comme la droite l'a dit sur les médias locaux et internationaux.

 

Le ministre de l'Intérieur, de la Justice et de la Paix, Néstor Reverol, a précisé que le fonctionnaire Rohenluis Leonel Mata Rojas « a agi pour son propre compte puisque la nature de ses fonctions (service de circulation) n'étaient pas des fonctions concernant l'ordre public, il n'était pas formé à l’utilisation progressive et différenciée de la force. »

 

Mata Rojas a été arrêté pour ce crime. Sur ce fait, 2 procureurs désignés par le Ministère Public et des fonctionnaires du Corps d'Investigations Scientifiques, Pénales et Criminelles (CICPC) enquêtent toujours.

 

Jairo Ortiz, le père du jeune assassiné, a souligné que son fils ne protestait pas mais rentrait chez lui quand il a croisé des groupes violents et qu'il a été assassiné par un policier de la circulation qui n'était pas en service. « Mon fils n'était pas un guarimbero. C'était un pacifiste, » a-t-il souligné.

 

« L'image de mon fils a été utilisée pour provoquer la violence. C’était un gamin qui avait de bonnes intentions, qui haïssait la violence, qui condamnait la violence pour n'importe quelle manifestation, » a déclaré Ortiz dans une interview sur la chaîne VTV.

 

Daniel Queliz, 20 ans, étudiant en droit, a été assassiné par une balle dans le cou pendant les manifestations violentes du 10 avril devant à l'ensemble résidentiel Los Parques à Valencia. Le gouverneur de cet état, Francisco Ameliach, a informé que l'arme appartenait à un policier de Carabobo qui a été remis à la Justice.

 

Une autre des victimes, Bryan Principal, 14 ans, a été assassiné mercredi de 2 balles lors des violences organisées par des porte-paroles de la droite devant le quartier Ville Socialiste Alí Primera, situé sur la route Barquisimeto-Duaca, dans l'état de Lara.

 

On a tiré sur ce jeune depuis un véhicule en marche lors des violences qui ont eu lieu dans ce secteur. L'enquête montre que le bandit connaissait le maniement des armes et le véhicule depuis lequel on a tiré sur le jeune a été identifié.

 

La mère de Bryan, Marbelis Jiménez, a dénoncé le fait que des groupes terroristes ont attaqué le quartier et cherché à incendier le système de gaz.

 

Des fonctionnaires du Corps d'Investigations Scientifiques, Pénales et Criminelles (CICPC) enquêtent toujours sur la mort de Miguel Ángel Colmenarez, 36 ans, dans l'état de Lara, pour déterminer ce qui s'est réellement passé. Sa sœur assure qu'il « ne protestait pas et n'appartenait à aucun groupe politique. »

 

La dernière mort rapportée a été celle, ce jeudi, de Gruseny Canelón, 32 ans, mort à cause de multiples blessures dans un hôpital de l'état de Lara après avoir participé à une protestation le 11 avril dernier à Cabudare, Barquisimeto ( état de Lara ).

 

Cette stratégie vise à amener le Venezuela à un point critique de chaos extrême étant donné que pour l'instant, le siège international destiné à appliquer la Charte Démocratique n'a aucun effet par lui-même. Médiatiquement, la « répression du Gouvernement » contre des protestations qui ne sont en rien pacifiques, avec des morts hautement médiatisés est plus efficace.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.telesurtv.net/news/Muertos-formato-de-ultraderecha-para-intensificar-el-conflicto-20170413-0036.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/04/venezuela-des-morts-pour-intensifier-le-conflit