Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : La femme d'un dirigeant de droite admet qu'il y a une dérive vers le vandalisme

Publié le par Bolivar Infos

 

« S'ils pouvaient brûler le Venezuela, ils le feraient, » a déclaré Diana D'Agostino à propos du parti d'extrême droite Volonté Populaire (VP).

 

Les manifestations organisées par des secteurs de droite au Venezuela sont devenues des actes anarchiques et des actes de vandalisme, a reconnu samedi Diana D'Agostino, la femme du député d'Action Démocratique (AD), Henry Ramos Allup.

 

Lors d'une conversation téléphonique avec son père Franco, D'Agostino a manifesté son inquiétude à cause des violences récentes qui se sont produites dans le pays où les opposants ont causé des dégâts à des locaux, des écoles et des systèmes de transport.

 

« Non seulement nous sommes déjà tombés dans l'anarchie mais nous sommes en plus tombés dans le vandalisme. Ecoute, s'ils voient un poste, ils le jettent par terre, s'ils doivent casser les vitres d'un local, ils les cassent, » a regretté Diana D'Agostino dans sa discussion diffusée dans l'émission La Hojilla sur Venezolana de Televisión.

 

La femme de celui qui est aussi secrétaire général d'AD a critiqué la division qui existe entre les partis de la Table de l'Unité Démocratique (MUD) en particulier celle des groupes dénoncés par le gouvernement pour leur tendance d'extrême droite comme Volonté Populaire (VP).

 

A VP, tu vois qu'il y a un côté qui est le côté conservateur, ils sont totalement d'accord avec le calendrier des élections régionales : c'est (Luis) Florido, (Roberto) Marrero, (Juan) Guaidó mais il y a l'aile de (Lilian) Tintori, de Freddy Guevara, tu sais que ce sont les radicaux et que c'est un rouleau compresseur. S'ils pouvaient brûler le Venezuela, ils le feraient, » a-t-elle déclaré.

 

Elle a évoqué ainsi les divergences à l'intérieur de la MUD représentées par le secteur de VP qui cherche à organiser des « élections générales » qui ne sont pas prévues dans la Constitution.

 

« Nous, nous avons toujours dit que d'abord, il faut faire des élections régionales qui sont les prochaines, ensuite celle des maires et ensuite les présidentielles. »

 

Elle a aussi déclaré qu'il y a des divisions dans le parti Primero Justicia (PJ) et que le gouverneur de Miranda, Henrique Capriles, représente l'aile radicale de cette organisation.

 

« Capriles n'a plus rien à perdre et ce qu'il veut, c'est mettre le feu à la rue. Il n'a rien à perdre. A cause de cela, je te dis que tout ça est divisé, » a-t-elle déclaré en faisant allusion à l'inéligibilité de Capriles pour 15 ans.

 

(…)

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

source en espagnol :

http://www.telesurtv.net/news/Venezuela-Dirigente-de-derecha-admite-desviacion-vandalica-20170429-0038.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/04/venezuela-la-femme-d-un-dirigeant-de-droite-admet-qu-il-y-a-une-derive-vers-le-vandalisme.html