Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amérique Latine : Le départ du Venezuela pourrait être le début de la désintégration de l'OEA

Publié le par Bolivar Infos

La récente annonce par le Venezuela de son départ de l'OEA est l'un des moments importants qui pourraient être le début de sa désintégration, affirme le journaliste Eleazar Díaz Rangel dans sa rubrique : « Les dimanches de Díaz Rangel » publiée par le journal Últimas Noticias.

 

« Le Venezuela est le premier pays, depuis 69 ans que cette organisation existe, à la quitter et ce pourrait être le point de départ de sa désintégration, » souligne le journaliste qui évoque cet événement comme l'un des 3 plus importants concernant le Venezuela à l'OEA.

 

Le premier, explique-t-il, c'était en 1960 quand le dictateur de la République Dominicaine Rafael Leonidas Trujillo a organisé des actions d'ingérence au Venezuela et attaqué le président de l'époque, Rómulo Betancourt (AD). La République Dominicaine a été sanctionnée.

 

Deux ans plus tard, en 1962, c'est Cuba qui a été accusée d'ingérence pour avoir soutenu les insurgés vénézuéliens, ce qui a provoqué son exclusion. Seuls le Mexique, la Bolivie, l'Uruguay et le Chili ont voté contre l'exclusion.

 

Bien que Díaz Rangel considère également cette organisation comme le « ministère des colonies de Washington » où les décisions prises correspondent aux intérêts des États-Unis, l'OEA a aussi été la scène de ses défaites comme le dédommagement accordé à la République Dominicaine pour avoir été envahie par des soldats états-uniens.

 

Actuellement, le Venezuela est le premier pays qui se retire de l’organisation à cause des actions d'ingérence soutenues par le secrétaire général Luis Almagro qui potent atteinte à l'ordre constitutionnel du pays. Cependant, avertit Díaz Rangel, ce chapitre n'est pas clos et si les positions contre le Venezuela encouragées depuis Washington se radicalisent, ils pourraient prétendre « rompre les relations diplomatiques et cesser toute relation commerciale. »

 

Il signale également que dans les 24 prochains mois, le panorama de l'OEA pourrait changer si des candidats progressistes sont élus en Argentine, au Brésil, en Uruguay, au Honduras « et même en Colombie. » Il existe des forces capables de révoquer Almagro, les pays membres de l'ALBA peuvent se retirer et la Communauté des Etats Latino-américains et Caribéens (CELAC) serait renforcée.

 

Texte/AVN

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.correodelorinoco.gob.ve/diaz-rangel-retiro-de-venezuela-podria-iniciar-desintegracion-de-la-oea/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/amerique-latine-le-depart-du-venezuela-pourrait-etre-le-debut-de-la-desintegration-de-l-oea.html