Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : Go home, Trump! Tire tes pattes du Venezuela !

Publié le par Bolivar Infos

 

Le président du Venezuela, Nicolás Maduro a répondu fermement vendredi à son homologue états-unien Donald Trump qui a assuré la veille qu'il fera « ce qu'il faut » avec d'autres pays du continent pour « régler » la situation du pays. « Tire tes pattes de là, Donald Trump! Go home, Donald Trump! Dehors du Venezuela, Donald Trump! » s'est exclamé le chef de l'Etat pendant un événement au Palais de Miraflores diffusé par la radio et la télévision.

 

« Ils sont devenus les moutons de Donald Trump. Ce sont les petits moutons, les pantins, du Gouvernement néfaste des Etats-Unis. Le Gouvernement xénophobe qui méprise l'Amérique Latine. Le président Donald Trump s'est laissé imposer les politiques du Département d'Etat qui ont échoué pour attaquer le Venezuela. Je condamne et je rejette les déclarations de Donald Trump contre la dignité de la Patrie vénézuélienne ! Tire tes pattes de là, Donald Trump! Go home, Donald Trump! Dehors du Venezuela, Donald Trump! Assez d'interventionnisme ! Le Venezuela doit être respecté, merde !»

 

« Le Venezuela, nous le défendons nous-mêmes ! Donald Trump agresse le Mexique et il n'y a pas au Mexique de Gouvernement qui défende les Mexicains ! Donald Trump humilie le Président Santos hier dans une conférence de presse et expulse des milliers de Colombiens toutes les semaines. Et il n'y a pas un gouvernement en Colombie qui défende la dignité du peuple colombien ! »

 

« Au Venezuela, oui, il y a un gouvernement digne et ici, nous sommes debout ! Tire tes pattes de là, Donald Trump! Tire tes pattes de cochon de là ! Assez d'interventionnisme impérialiste!

 

Maduro a aussi demandé l'union nationale « contre l'agression de Donald Trump, les menaces d'intervention, la grossièreté de s'exprimer sur notre pays quand son pays et son Gouvernement crèvent. Donald Trump, regarde-toi dans le miroir de Michel Temer au Brésil. Celui qui se mêle du Venezuela se dessèche ! » a-t-il dit à propos des graves répercussions qu'ont dans ce pays les accusations de paiement de pots-de-vin.

 

Il a plaisanté sur le mauvais sort (“pavosos”, en vénézuélien) que lui a transmis l'opposition vénézuélienne en rendant visite aux dirigeants du Brésil. « Au nom de la Révolution Bolivarienne et du peuple démocrate, patriote et révolutionnaire du Venezuela, j'adresse des mots d'encouragement et de soutien au peuple brésilien dans sa lutte pour rétablir un gouvernement démocratique, décent, patriote au Brésil. Vive le Brésil rebelle ! »

 

A propos du Brésil, Maduro s'est demandé en plaisantant : « Et que dit l'OEA et que dit cet ordure de Luis Almagro, au risque de me répéter ?Je demande pardon aux ordures parce qu'au moins, les ordures peuvent se recycler. Mais Luis Almagro n'est pas recyclable, il pourrait servir pour les bombes de l'opposition, ici » a-t-il dit en évoquant clairement les “puputovs” que l'opposition prépare avec des excréments.

 

Un peu avant, le ministre de la Communication et de l'Information, Ernesto Villegas, avait lu un communiqué de la Chancellerie vénézuélienne dans lequel « les déclarations du président des Etats-Unis d'Amérique du Nord » sont considérées comme « une anthologie absurde, étant donné que dans son pays, les droits de l'homme sont violés horriblement, systématiquement et massivement. »

 

Trump: « Nous ferons ce qu'il faudra »

 

Les paroles de Maduro répondent aux déclarations de Donald Trump jeudi dernier quand il a dit que son Gouvernement est prêt à faire « ce qu'il faudra » pour remédier à la situation au Venezuela qu'il a décrite comme un « malheur pour l'humanité. »

 

« Nous ferons ce qu'il faudra. Nous travaillerons sur ce qu'il faudra pour aider à régler cela. Je parle de l'aspect humanitaire, » a dit Trump sans donner de détails pendant une conférence de presse qu'il a donnée à la Maison Blanche avec son homologue colombien Juan Manuel Santos.

 

Paroles de Donald Trump sur le Venezuela après sa réunion avec Juan Manuel Santos :

 

« Le Venezuela est un problème très sérieux. Nous n'avons pas vu un pareil problème pendant des décennies, en ce qui concerne la violence. »

 

« On voit la richesse de ce pays et on se demande pourquoi cela arrive ici. Mais c'est que le pays a été incroyablement mal administré pendant plusieurs années. »

« Cela puisse-t-il changer ! et puisse ce pays utiliser ses ressources pour la bien et pour le bénéfice de ses gens ! parce que maintenant, ce qui se passe est un malheur pour l'humanité. »

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

source en espagnol :

http://albaciudad.org/2017/05/maduro-go-home-trump-saca-tus-manos-de-venezuela/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/venezuela-go-home-trump-tire-tes-pattes-du-venezuela.html