Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela: Lettre de Solidarité Bolivarienne au Médiateur de France Télévision et de Radio France

Publié le par Bolivar Infos

Monsieur le Médiateur,

 

De toute part, on me signale que le traitement donné aux nouvelles en provenance du Venezuela que ce soit sur vos chaînes de télévision ou sur vos radios est partial et mensonger.

 

J'ai pu moi-même le constater sur Euronews et sur la 2. Un de nos amis vous a envoyé un message sur votre site et votre réponse nous a sidérés :

 

"Notre intérêt, comme vous dites, pour le Venezuela est tout simplement lié à l’actualité. Elle est la base même du métier de journaliste. Ce qui s’y passe en ce moment est grave et inquiétant, tant du point de vue économique que politique. Une population qui a atteint un niveau de pauvreté extraordinaire et un gouvernement qui fait tirer sur les manifestants… Sans compter, comme vous le signalez également, qu’un des candidats à la présidence française s’est « emparé » du sujet; il est donc logique que nous évoquions l’actualité de ce pays. Et une fois encore, les journalistes relatent ce qu’il s’y passe, sans plus…"

 

Certes, ce qui se passe en ce moment au Venezuela est grave et inquiétant mais pas pour les raisons que vous invoquez. Vous savez certainement et vous feignez de l'ignorer, que la situation économique du pays est le fruit non de la mauvaise gestion du gouvernement mais d'une guerre économique farouche que les entreprises privées du pays livrent au Gouvernement pour affâmer la population et ainsi le faire tomber. Vous savez aussi certainement que cela se fait avec le soutien, l'approbation et le financement de puissances étrangères qu'il est inutile de nommer... et qui n'en sont pas à leur coup d'essai.

 

Sur le plan politique, vous ne pouvez pas ignorer que l'Assemblée Nationale dirigée par l'opposition deuis le 6 décembre 2015 est dans l'illégalité la plus totale et n'a proposé aucune loi dpeuis qu'elle a été élue qui soit utile au peuple, étant trop occupée à amnistier tous les crimes commis par ses partisans depuis l'arrivée du Président Chavez au pouvoir et à chercher à renverser le Président Maduro par tous les moyens même les plus illégaux.

 

Les « journalistes » qui tratient ce sujet sur quelque chaîne que ce soit répètent comme des perroquets les mots obligatoires : dictateur, répression, faillite, échec, etc... La base du métier de journaliste, que vous évoquez dans votre réponse, pour nous, c'est de rapporter les faits sans les déformer, c'est de ne pas répéter des mots pour mettre des choses fausses dans la tête des gens, les mots ont un sens, cher Monsieur, et dire qu'un « dictateur » convoque une assemblée Nationale constituante, ce serait à mourir de rire si ce n'était pas si grave...

 

Dire que « le peuple est dans la rue pour protester contre Maduro » alors qu'il s'agit de quelques centaines de personnes qui non seulement ne réprésentent rien à l'échelle d'un pays mais se livrent à des exactions inacceptables sous n'imprte quelle latitude, quand des lilliers depersonnes accompagnent le Président Maduro quand il remet au conseil Natioanl electoral sa demande de Constituante, c'est inacceptable. C'est cela que vous appelez « relater ce qui s'y passe, sans plus » ?

 

Quand vos journalistes se décideront-ils à nommer enfin les responsables de ces violences ? Et où est la répression lorsqu'une bande de criminels met la rue à feu et à sang et tue sans qu'il se passe grand-chose contre eux ? Vos journalistes savent-ils ce que c'est la répression, la vraie ? Si Maduro était un dictateur, il n'y aurait aucun trouble au Venezuela, les gens seraient terrés chez eux et les victimes, les morts, seraient du côté des manifestants alors qu'actuellement, ils sont de l'autre côté et en particulier du côté des forces de l'ordre. Mais apparemment, la vie d'un policier parisien vaut plus pour vos journalistes que la vie d'un policier vénézuélien... Savez-vous combien de policiers ont été tués au Venezuela lors de ces manifestations de l'opposition que vos journalistes qualifient de « pacifiques » ?

 

Peut-être faudrait-il offrir un dictionnaire à vos journalistes pour qu'ils y apprennent le sens des mots « dictature » et « pacifisme » ?....

 

Cordialement,

 

Françoise Lopez

présidente de Solidarité Bolivarienne

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/venezuela-lettre-de-solidarite-bolivarienne-au-mediateur-de-france-television-et-de-radio-france.html