Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries

Publié le par Bolivar Infos

 

Files d’attente interminables, rayons vides dans les supermarchés, inflation galopante, marché noir endémique … Ces difficultés économiques et sociales auxquelles sont confrontées quotidiennement les classes laborieuses du Venezuela, ne datent pas d’hier.

Pour preuve, la Banque Centrale du Venezuela et l’Institut National des statistiques évaluent le niveau de pénurie moyen à 13,1% tous secteurs confondus entre 2003 et 2013.

La situation s’est détériorée ces derniers mois tant et si bien que le Président Nicolás Maduro a décrété l’état d’urgence économique en mai 2016 comme le prévoit la Constitution.

 

A rebours du récit sensationnel et des « décryptages » superficiels proposés par la plupart des médias occidentaux, Pasqualina Curcio Curcio, professeure de sciences économiques à l’Université Simon Bolivar, propose une analyse détaillée des difficultés économiques et sociales auxquelles le Venezuela Bolivarien est confronté depuis 2003, dans un document d’étude intitulé « Desabastecimiento e inflacion en Venezuela » (20/12/2015).

Comme le titre l’indique, elle y explique les causes profondes des pénuries chroniques et de l’inflation galopante au Venezuela. Cet article reprend les points saillants de ses travaux.

 

Alors que l’on parle de « crise humanitaire » ou de « faillite du système », l’économiste démontre qu’il s’agit en réalité d’une déstabilisation sociale, économique et politique savamment orchestrée, autrement appelée guerre non-conventionnelle.

 

  1. LES PENURIES AU VENEZUELA : MYTHES ET REALITE

 

Pour le dire simplement, la théorie économique admet qu’une pénurie survient lorsque l’offre se contracte et n’arrive plus à faire face à la demande ou bien lorsque la demande augmente mais l’offre n’arrive pas à suivre ou pire encore lorsqu’on observe simultanément une contraction de l’offre et une augmentation de la demande.

 

Une contraction de l’offre au Venezuela ?

 

En théorie, une contraction de l’offre peut s’expliquer tant par une baisse de la production nationale que par une baisse des importations des biens que l’économie nationale n’est pas en mesure de produire ; les deux facteurs peuvent là encore se combiner. Les pénuries recensées au Venezuela peuvent-elles s’expliquer par ces facteurs ?

 

Entre 2003 et 2013, le pays connait une période de croissance économique (voir graphique ci-dessous) et de baisse du taux de chômage (passant de 18% à 8%).

 

On ne peut en outre établir aucun lien de corrélation entre l’évolution du PIB et le niveau de pénuries puisqu’à titre d’exemple, on observe une forte hausse des pénuries sur la période 2006-2007 bien que la production augmentait sur cette même période et, au contraire, on note une diminution des pénuries entre 2008 et 2011 alors même que la production chutait (période de récession mondiale).

Les pénuries étant principalement alimentaires, on ne peut cependant établir aucun lien empirique entre Produit Intérieur Brut Agricole et le niveau de pénurie puisque le PIBA est soit à la hausse soit stable sur la période observée.

*exprimées en mille millions de bolivariens à prix constants de l’année1997

 

A ce stade, on peut donc dire que ce n’est pas une chute de la production vénézuélienne qui explique les pénuries qui affligent le peuple et l’économie du Venezuela.

Les causes de ces pénuries seraient donc peut-être à chercher du côté des importations …

Le Venezuela n’ayant pas encore atteint l’autosuffisance dans de nombreux domaines, il importe un grand nombre de biens et services.

 

Mais là encore, l’indice des importations exprimé en dollars US est en forte augmentation entre 2003 et 2013 et aucun lien de corrélation ne peut être établi avec le niveau de pénurie. Par exemple, entre 2006 et 2007, on observe une

 

hausse de 25% de l’indice de pénurie concomitante avec une hausse de 39% des importations ! Entre 2008 et 2009, une forte chute des importations coïncide en revanche avec une baisse des pénuries…

Concernant les produits alimentaires importés, on obtient un résultat surprenant d’un point de vue théorique : on enregistre au même moment une augmentation des pénuries et une augmentation des importations de produits alimentaires (exprimés en dollars US) et lorsque les importations baissent, les pénuries baissent !

 

Les pénuries des produits tant alimentaires que non-alimentaires ne sont donc pas non plus liées à une baisse des importations !

 

 

Etant données ses caractéristiques de pays mono-exportateur de pétrole, l’octroi de devises étrangères de la part de l’Etat au secteur privé importateur est une nécessité.

 

Une partie de l’opposition vénézuélienne reproche au gouvernement vénézuélien de ne pas mettre à disposition assez de devises étrangères aux entreprises privées importatrices.

Or, entre 2003 et 2013, c’est une augmentation de plus de 440% du nombre de devises étrangères mises à disposition par l’Etat.

Sur l’ensemble de la période étudiée (2003-2013) et en dépit de la forte diminution entre 2009 et 2010 (récession mondiale), la mise à disposition de devises étrangères au secteur privé n’a jamais été inférieure à son niveau de 2004. Il est important de le relever puisque 2004 correspond à l’année où l’on enregistre le niveau de pénurie le plus bas sur l’ensemble de la période 2003-2013 !

 

Les pénuries n’ont donc pas grand-chose à voir non plus avec une mise à disposition insuffisante de devises étrangères au secteur privé importateur de la part de l’Etat.

 

A ce stade, voici ce que l’on observe :

  • Les niveaux de production mesurés par le PIB et le PIBA, ont augmenté en moyenne de 75% et 25% respectivement entre 2003 et 2013 ;

  • Le total des importations exprimées en dollars US et, plus spécifiquement, les importations de denrées alimentaires ont augmenté en moyenne d’un peu moins de 390% et d’un peu plus de 570% respectivement entre 2003 et 2013 ;

  • Le nombre de devises étrangères attribuées au secteur privé importateur a augmenté en moyenne d’un peu plus de 440% entre 2003 et 2013 ;

  • L’indice de pénurie, quant à lui, a pourtant augmenté en moyenne de 38% sur la même période.

Ce n’est donc pas du côté de la contraction de l’offre que l’on peut expliquer les problèmes de pénurie auxquels les classes laborieuses vénézuéliennes sont confrontées.

 

Une explosion de la demande que l’offre n’arrive pas à juguler ?

 

L’autre piste à étudier est donc l’hypothèse d’une explosion de la demande que l’offre ne serait pas en mesure de satisfaire. Il faudrait, pour confirmer cette hypothèse, vérifier une hausse de la consommation finale des ménages et de l’Etat plus forte que la hausse de la production et des importations.

Nous observons bien une hausse de la consommation tant intermédiaire que finale entre 2003 et 2013 mais le taux de croissance moyen de l’indice de consommation reste toujours inférieur au taux de croissance moyen de la production et des importations.

. Même lors du pic de pénurie en 2006, la production et les importations augmentent plus vite que la consommation

Les pénuries ne trouvent manifestement pas leurs origines ici non plus.

 

A ce stade, il n’est pas possible d’établir de lien entre le niveau de pénurie, le niveau de production et des importations et l’indice de consommation au Venezuela.

 

La question demeure entière : comment se fait-il que les biens produits au Venezuela ou importés ne finissent pas dans les rayons des supermarchés vénézuéliens ?

On comprend dès lors que les pénuries qu’endure un grand nombre de Vénézuéliens s’expliquent par d’autres facteurs.

 

Accaparement, importations fantômes & contrebande : les vraies causes des pénuries

 

Une analyse plus fine des importations au Venezuela nous montre très nettement une augmentation des importations exprimées en dollars US bien plus forte que l’augmentation des importations exprimées en kilogrammes bruts à partir de 2003.

Entre 2003 et 2013, le Venezuela importe moins de biens et services malgré un plus grand nombre de devises étrangères mises à dispositions du secteur privé par l’Etat pour l’import.

 

 

On observe d’ailleurs le même phénomène concernant les seules importations de denrées alimentaires…

 

Si cet octroi croissant de devises étrangères au secteur privé importateur ne sert donc pas à importer davantage de biens et services et satisfaire la demande, où ces devises s’évaporent-elles ?

 

 

 

 

 

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries

On ne peut en outre établir aucun lien de corrélation entre l’évolution du PIB et le niveau de pénuries puisqu’à titre d’exemple, on observe une forte hausse des pénuries sur la période 2006-2007 bien que la production augmentait sur cette même période et, au contraire, on note une diminution des pénuries entre 2008 et 2011 alors même que la production chutait (période de récession mondiale).

Les pénuries étant principalement alimentaires, on ne peut cependant établir aucun lien empirique entre Produit Intérieur Brut Agricole et le niveau de pénurie puisque le PIBA est soit à la hausse soit stable sur la période observée.

A ce stade, on peut donc dire que ce n’est pas une chute de la production vénézuélienne qui explique les pénuries qui affligent le peuple et l’économie du Venezuela.

Les causes de ces pénuries seraient donc peut-être à chercher du côté des importations …

Le Venezuela n’ayant pas encore atteint l’autosuffisance dans de nombreux domaines, il importe un grand nombre de biens et services.

 

Mais là encore, l’indice des importations exprimé en dollars US est en forte augmentation entre 2003 et 2013  et aucun lien de corrélation ne peut être établi avec le niveau de pénurie. Par exemple, entre 2006 et 2007, on observe une

 

hausse de 25% de l’indice de pénurie concomitante avec une hausse de 39% des importations ! Entre 2008 et 2009, une forte chute des importations coïncide en revanche avec une baisse des pénuries…

 

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries

Concernant les produits alimentaires importés, on obtient un résultat surprenant d’un point de vue théorique : on enregistre au même moment une augmentation des pénuries et une augmentation des importations de produits alimentaires (exprimés en dollars US) et lorsque les importations baissent, les pénuries baissent !

 

Les pénuries des produits tant alimentaires que non-alimentaires ne sont donc pas non plus liées à une baisse des importations !

 

Etant données ses caractéristiques de pays mono-exportateur de pétrole, l’octroi de devises étrangères de la part de l’Etat au secteur privé importateur est une nécessité.

 

Une partie de l’opposition vénézuélienne reproche au gouvernement vénézuélien de ne pas mettre à disposition assez de devises étrangères aux entreprises privées importatrices.

Or, entre 2003 et 2013, c’est une augmentation de plus de 440% du nombre de devises étrangères mises à disposition par l’Etat.

Sur l’ensemble de la période étudiée (2003-2013) et en dépit de la forte diminution entre 2009 et 2010 (récession mondiale), la mise à disposition de devises étrangères au secteur privé n’a jamais été inférieure à son niveau de 2004. Il est important de le relever puisque 2004 correspond à l’année où l’on enregistre le niveau de pénurie le plus bas sur l’ensemble de la période 2003-2013 !

 

Les pénuries n’ont donc pas grand-chose à voir non plus avec une mise à disposition insuffisante de devises étrangères au secteur privé importateur de la part de l’Etat.

 

A ce stade, voici ce que l’on observe :

  • Les niveaux de production mesurés par le PIB et le PIBA, ont augmenté en moyenne de 75% et 25% respectivement entre 2003 et 2013 ;

  • Le total des importations exprimées en dollars US et, plus spécifiquement, les importations de denrées alimentaires ont augmenté en moyenne d’un peu moins de 390% et d’un peu plus de 570% respectivement entre 2003 et 2013 ;

  • Le nombre de devises étrangères attribuées au secteur privé importateur a augmenté en moyenne d’un peu plus de 440% entre 2003 et 2013 ;

  • L’indice de pénurie, quant à lui, a pourtant augmenté en moyenne de 38% sur la même période.

Ce n’est donc pas du côté de la contraction de l’offre que l’on peut expliquer les problèmes de pénurie auxquels les classes laborieuses vénézuéliennes sont confrontées.

 

Une explosion de la demande que l’offre n’arrive pas à juguler ?

 

L’autre piste à étudier est donc l’hypothèse d’une explosion de la demande que l’offre ne serait pas en mesure de satisfaire. Il faudrait, pour confirmer cette hypothèse, vérifier une hausse de la consommation finale des ménages et de l’Etat plus forte que la hausse de la production et des importations.

 

 

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries

Nous observons bien une hausse de la consommation tant intermédiaire que finale entre 2003 et 2013 mais le taux de croissance moyen de l’indice de consommation reste toujours inférieur au taux de croissance moyen de la production et des importations.

. Même lors du pic de pénurie en 2006, la production et les importations augmentent plus vite que la consommation

Les pénuries ne trouvent manifestement pas leurs origines ici non plus.

A ce stade, il n’est pas possible d’établir de lien entre le niveau de pénurie, le niveau de production et des importations et l’indice de consommation au Venezuela.

 

La question demeure entière : comment se fait-il que les biens produits au Venezuela ou importés ne finissent pas dans les rayons des supermarchés vénézuéliens ?

On comprend dès lors que les pénuries qu’endure un grand nombre de Vénézuéliens s’expliquent par d’autres facteurs.

 

Accaparement, importations fantômes & contrebande : les vraies causes des pénuries

 

Une analyse plus fine des importations au Venezuela nous montre très nettement une augmentation des importations exprimées en dollars US bien plus forte que l’augmentation des importations exprimées en kilogrammes bruts à partir de 2003.

Entre 2003 et 2013, le Venezuela importe moins de biens et services malgré un plus grand nombre de devises étrangères mises à dispositions du secteur privé par l’Etat pour l’import.

 

 

 

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries

On observe d’ailleurs le même phénomène concernant les seules importations de denrées alimentaires…

 

Si cet octroi croissant de devises étrangères au secteur privé importateur ne sert donc pas à importer davantage de biens et services et satisfaire la demande, où ces devises s’évaporent-elles ?

Comme on l’a vu, le secteur privé importateur dispose de toujours plus de devises étrangères pour importer et qu’il importe toujours moins de biens et services, il est intéressant de confronter ce phénomène à l’évolution des stocks de numéraire et dépôts à l’étranger du secteur.

On observe bien une augmentation de plus de 230% du stock de numéraire et dépôts détenus à l’étranger par le secteur privé vénézuélien entre 2003 et 2013.

 

 

 

 

On comprend qu’une part croissante des devises étrangères accordées par l’Etat pour l’import est en réalité directement placée à l’étranger. On parle notamment d’importations « fantômes ».

Fausses factures, transfert d’argent liquide non déclaré aux douanes et autres combines plus ou moins élaborées ne manquent pas. C’est une véritable fuite de capitaux !

 

Mais le placement à l’étranger d’une partie des devises étrangères destinées à l’import ne peut expliquer pas à lui seul, les pénuries.

 

Certains secteurs privés se livrent en effet à un véritable accaparement, c’est-à-dire qu’ils accumulent et stockent massivement des marchandises de même espèce en vue de provoquer leur raréfaction artificielle.

 

D’ailleurs, les caractéristiques des biens pour lesquels on recense les principales pénuries ne trompent pas :

  • Les pénuries concernent principalement des biens et non des services ;

  • Biens facilement  stockables et non périssables : denrées alimentaires (pâtes, lait en poudre, sucres, …), produits d’hygiène personnel, produits d’hygiène, etc ;

  • Biens de première nécessité pour les foyers (de nombreuses pénuries recensées parmi les 20 aliments les plus consommés par le Venezuela) et biens intermédiaires indispensables pour la production de biens et services (pièces de rechange, moteurs de voiture, etc.) ;

  • Biens principalement produits, importés ou distribués par des monopoles et oligopoles privés : farine de maïs, farine de blé, sucre, huile, …

  • Pénuries recensées principalement dans le commerce de détail : un restaurateur se procurera plus facilement de la farine de blé qu’un consommateur final.

 

Les biens accaparés par ces oligopoles et monopoles privés sont ensuite déversés sur des marchés parallèles : marché noir local et surtout commerce de contrebande à la frontière avec la Colombie.

 

Les pénuries ne sont donc pas le résultat d’un effondrement de la production nationale et/ou d’une baisse des importations consécutive à une baisse des devises étrangères accordées par l’Etat.

Les causes réelles des pénuries recensées au Venezuela sont donc dans l’ordre :

  1. Importations « fantômes » : Diminution des importations malgré un octroi croissant de devises étrangères au secteur privé importateur qui place à l’étranger une part des devises attribuées pour l’import

  2. Accaparement sélectif de biens de première nécessité

  3. Commerce de contrebande

 

 

 

 

 

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries

Les acteurs économiques qui se livrent à ce genre de pratiques frauduleuses poursuivent bien entendu des intérêts économiques puisqu’ils réalisent de juteux profits mais l’appât du gain n’est pas la motivation principale : ce sont des intérêts principalement politiques qui sont poursuivis.

 

En effet, force est de constater que les pics de pénuries coïncident avec des événements politiques majeurs tels que des rendez-vous électoraux et des épisodes de forte tension politique : « coup d’état pétrolier » (2003),  

référendum constitutionnel (2007), campagnes et élection présidentielles (2012-2013).

 

Les biens qui sont l’objet de pénuries ne sont d’ailleurs pas choisis au hasard comme on l’a vu, il s’agit de produits de première nécessité : médicaments, aliments de base, pièces de rechange, produits d’hygiène…

Cette déstabilisation politico-économique qui se traduit par une déstabilisation sociale, vise les classes laborieuses vénézuéliennes, le cœur de l’électorat chaviste alors que les classes aisées sont épargnées (http://www.telesurtv.net/opinion/Ejecutivo-vasco-muestra-supermercados-de-la-clase-alta-en-Caracas-no-falta-nada-20160529-0004.html). Les manifestations les plus visibles de cette déstabilisation sont bien entendu les files d’attente à l’abord des supermarchés vénézuéliens à l’effet médiatique et psychologique dévastateur ; les images étant abondamment diffusées par les médias et les réseaux sociaux du monde entier.

 

Tous les composantes de l’opposition sont d’ailleurs mobilisés puisque les médias d’opposition tant locaux qu’internationaux participent également à l’opération de déstabilisation en mettant en place de vastes campagnes médiatiques destinées à générer une psychose et une peur de manquer au sein de la population.

A l’image de ce qui s’est passé en France lors de la grève des raffineries de pétrole contre la Loi « Travail » (mai 2015), certaines pénuries sont le résultat de pics de demande momentanés consécutifs à la psychose et la peur de manquer générées par les médias.

Au Venezuela, ce sont notamment les couche-culotte et le lait en poudre qui en ont fait les frais.

 

Ces pénuries très ciblées ne sont donc pas le résultat d’une soi-disant « faillite» du modèle économique vénézuélien.

Ces pénuries sont l’instrument et le résultat d’opérations savamment orchestrées de déstabilisation économique et sociale motivés par des intérêts essentiellement politiques.

 

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries
  1. LA MANIPULATION DE LA MONNAIE, LEVIER PRINCIPAL DE LA GUERRE ECONOMIQUE

 

Dollar parallèle & inflation

 

Le deuxième problème qui mine l’économie du pays est le taux d’inflation. L’indice des prix à la consommation révèle deux points d’inflexion en 2007 puis en 2012 pendant lesquels l’augmentation de l’indice des prix s’envole (prix de base 1997) :

 

La théorie économique admet que l’indice des prix dépend du total de la demande : une augmentation de la demande a pour

 

 

conséquence une inflation des prix. Les monétaristes retiennent, en revanche, que l’inflation dépend de la masse de liquidité monétaire en circulation : une plus grande masse de liquidité monétaire stimulera la demande surtout sur le court terme, ce qui engendrera une hausse des prix.

 

 

Cependant, au Venezuela, la fixation des prix n’est pas simplement déterminée par le niveau de la demande et la masse des liquidités en circulation car il existe une variable additionnelle qui rentre en ligne de mire: le taux de change du marché « parallèle » des devises.

 

Pasqualina Curcio-Curcio établit grâce à ses calculs que l’indice des prix est déterminé à hauteur de 70% par le dollar parallèle et par le niveau de la demande à hauteur de 30% seulement.

Le taux de change parallèle sert donc non seulement de base de référence pour la fixation des prix du marché souterrain (ou « noir » si l’on préfère) mais également pour la fixation des prix dans l’économie « réelle » par un effet-en-chaîne : il suffit de quelques secteurs établissent leur prix en fonction du taux de change du dollar parallèle pour que l’ensemble des secteurs suivent le pas.

Venezuela: Tout comprendre sur l'inflation et les pénuries

Cependant, au Venezuela, la fixation des prix n’est pas simplement déterminée par le niveau de la demande et la masse des liquidités en circulation car il existe une variable additionnelle qui rentre en ligne de mire: le taux de change du marché « parallèle » des devises.

 

Pasqualina Curcio-Curcio établit grâce à ses calculs que l’indice des prix est déterminé à hauteur de 70% par le dollar parallèle et par le niveau de la demande à hauteur de 30% seulement.

Le taux de change parallèle sert donc non seulement de base de référence pour la fixation des prix du marché souterrain (ou « noir » si l’on préfère) mais également pour la fixation des prix dans l’économie « réelle » par un effet-en-chaîne : il suffit de quelques secteurs établissent leur prix en fonction du taux de change du dollar parallèle pour que l’ensemble des secteurs suivent le pas.

 

Ce taux de change parallèle fait office de base de référence pour l’ensemble des agents économiques, y compris les agents économiques qui n’ont pas de pouvoir de marché et qui ne peuvent se constituer en monopole ou oligopole : petites entreprises, petites exploitations agriculteurs, petits commerçants, etc.

 

Une manipulation délibérée de la monnaie

 

Pasqualina Curio-Curio démontre que les critères de calcul du taux de change n’obéissent à aucune règle logique connue et que par conséquent, la valeur du dollar parallèle est tout à fait fictive. Le taux de change du dollar parallèle, publié quotidiennement sur internet, est fixé arbitrairement

Cette fixation arbitraire du dollar parallèle correspond donc à une manipulation du taux de change de la monnaie qui constitue le principal levier de la guerre économique livrée au Venezuela :

 

La manipulation de la monnaie, l’artillerie lourde de la guerre économique

 

La manipulation délibérée de la monnaie constitue le levier principal de la guerre économique pour deux raisons :

 

D’abord, l’inflation induite a pour conséquence directe une perte du pouvoir d’achat des classes laborieuses qui les contraint à une recomposition du panier des dépenses donnant la priorité aux biens de première nécessité, au transport et à la santé. L’effet en chaîne est la baisse de la demande des biens et services de « seconde nécessité », ce qui provoque une baisse de la production et une montée du chômage.

 

Aussi, le marché parallèle du dollar constitue une incitation aux « importations fantômes » avec les conséquences économiques et sociales que l’on sait : des pénuries source douloureuses pour la population. En effet, l’échange de devises sur le marché parallèle est plus rentable que l’importation de biens et services.

Dès lors, un cercle vicieux entre inflation/pénurie /maximisation des profits du secteur importateur s’installe : le financement de la guerre économique revient moins cher aux importateurs et la guerre économique s’avère être pour eux une affaire plus juteuse que d’importer.

 

On voit donc bien comment toutes ces difficultés économiques et sociales prennent leur source dans la manipulation délibérée de la monnaie.

Les travaux de Pasqualina Curcio Curcio sont salutaires et indispensables pour comprendre ce qui se trame actuellement au Venezuela. L’inflation et les pénuries dont souffrent les classes laborieuses vénézuéliennes ne trouvent pas leur source dans l’économie réelle. Elles ne sont pas le résultat d’une faillite du modèle économique de la Révolution Bolivarienne.

 

La « crise humanitaire » à laquelle le Venezuela fait face n’en est pas une puisqu’il s’agit d’une guerre non-conventionnelle.

L’inflation et les pénuries sont le fruit d’une opération de déstabilisation économique, sociale et politique orchestrée par le grand patronat vénézuélien, l’opposition politique, leurs relais médiatiques et leurs soutiens internationaux (Etats-Unis en tête). Le scénario n’est pas inédit puisqu’il est tout à fait similaire à la vaste opération de déstabilisation du Chili de Salvador Allende en 1973 en préparation du coup d’état mené par Augusto Pinochet (voir le documentaire d’époque « La bataille du Chili » maintes fois primé).

 

Les armes utilisées par les instigateurs de cette guerre économique sont par ordre d’importance la manipulation de la monnaie, les importations « fantômes » et l’accaparement de biens.

L’intérêt majeur qu’ils trouvent à mener cette guerre économique n’est pas tant l’appât du gain mais ce sont principalement des intérêts politiques qui les animent à savoir la chute du pouvoir bolivarien.

 

Avec la chute du prix du baril de pétrole notamment, les défis auxquels se confronte aujourd’hui l’exécutif bolivarien sont grands (https://www.youtube.com/watch?v=WgkvLNG9wKk).

Parallèlement, les instigateurs de la guerre non-conventionnelle, loin de relâcher la pression, ont intensifié leurs actions en faisant le pari que la Révolution Bolivarienne était un « fruit assez mûr pour tomber », en suivant une véritable stratégie de la tension.

URL de cet article: