Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : D'abord le Venezuela, ensuite l'Amérique Latine ?

Publié le par Bolivar Infos

 

L'attaque d'hier contre le Fort Paramacay, une base des Forces Armées Nationales Bolivariennes à Valencia, dans le nord du Venezuela, perpétrée par ceux qui se sont définis eux-mêmes comme un groupe civique et militaire et ont été qualifiés de terroristes paramilitaires par le Gouvernement que préside Nicolás Maduro prouve la virulence putschiste à laquelle en sont venus certains secteurs de l'opposition dans le pays.

 

Il faut rappeler, en tant qu’antécédents immédiats, que fin juin dernier, un policier déserteur a volé à Caracas un hélicoptère qu'il a employé pour attaquer avec des grenades et tirer sur les sièges du Tribunal Suprême de Justice et du Ministère de l'Intérieur, heureusement sans causer de victimes.

 

L'action d'hier à Valencia, par contre, a fait 2 morts dans les rangs des attaquants 8 personnes ont été arrêtés et un nombre indéterminé d'attaquants ont réussi à prendre la fuite.

 

Ainsi, après l'agitation des jours précédants pendant lesquels le GouvenrmeentGouvernement a organisé les élections à l'Assemblée Nationale Constituante, le dirigeant dissident Leopoldo López est retourné en prison et la procureure générale Luisa Ortega a été destituée, tout cela sur fond de violentes protestations de rue dans différentes villes semble ouvrir une nouvelle et dangereuse voie pour la résolution de la confrontation entre la Table de l'Unité Démocratique (MUD) et le Gouvernement bolivarien : des tentatives pour fracturer les forces armées qui, jusqu'à présent sont restées loyales à Maduro et amener un secteur d'entre elles à faire un coup d'Etat.

 

Conduire la crise politique vénézuélienne dans cette direction pourrait déboucher, par contre, à une guerre civile et même à une déstabilisation de la région de proportions imprévisibles.

 

Il faut signaler que l'ingérence persistante de Washington et de ses alliés et la volonté de discréditer le Gouvernement de Caracas et de prendre parti en faveur des groupes d'opposition, loin de contribuer à une résolution pacifique de la polarisation aigüe que traverse le Venezuela, alimentent les perspectives violentes et indésirables évoquées dans lesquelles le peuple vénézuélien se verrait exposé à des souffrances qui augmenteraient de façon exponentielle par rapport à celles q'ils ssupporte en ce moment.

 

A ce sujet, il faut rappeler , bien qu'il y ait des différences, qu'en Irak, en Libye et partiellement en Syrie, à cause de l'obstination états-unienne à détruire des Gouvernements considérés comme hostiles, des vacances de pouvoir se sont produites et des no man's lands dans lesquels ont rapidement proliféré la barbarie, le chaos et le terrorisme.

 

La déstabilisation du Venezuela de l'étranger pourrait conduire à un scénario semblable en Amérique Latine et il est inévitable de se demander si tel est le but des Gouvernements qui accompagnent la Maison Blanche – celui du Mexique, d'abord – dans sa volonté d'isoler, dé discréditer et de détruire le régime bolivarien.

 

Il faut donc demander que les acteurs officiels étrangers sortent leurs mains du pays harcelé, cessent leurs égarements d'ingérence et respecter le principe de Non intervention parce que dans un délai pas tellement court, ils pourraient expérimenter dans leur propre chair les conséquences indésirables d'un conflit beaucoup plus grave et étendu que celui dont souffre aujourd'hui le Venezuela et dont ils seraient responsables.

 

(Extrait de La Jornada)

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.cubadebate.cu/especiales/2017/08/07/mision-washington-primero-venezuela-despues-america-latina/#.WYlhUK3pMRE

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/venezuela-d-abord-le-venezuela-ensuite-l-amerique-latine.html