Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Qui est une menace pour qui ?

20 Août 2017, 15:34pm

Publié par Bolivar Infos

 

Par Carlos E. Lippo

A une date aussi éloignée que 2007, un memorandum officiel de l'Agence Nationale de Sécurité des Etats-Unis (NSA) incluait le Venezuela dans ses 6 « objectifs prioritaires » : la Chine, la Russie, la Corée du Nord, l'Iran et l’Irak étant les 5 autres pays. CE document a été révélé en 2013 par l'ex-consultant états-unien, ancien employé de la CIA et de la NSA, Edward Snowden, au journal britannique “The Guardian” qui, à son tour, l'a transmis au «  New York Times. » Cependant, avant d'aller plus loin, je dois dire que je considère comme un véritable honneur que notre pays figure aux côtés de pays qui, très différents du nôtre, partagent avec nous, parmi beaucoup de choses positives, la fait que leur Gouvernement n'a jamais accepté les diktats de l'Empire.

 

Le célèbre journal new-yorkais, un membre notoire de la canaille médiatique internationale qui harcèle le Venezuela en permanence, déclarait dans l'article dans lequel il présentait ce document qu'il le faisait pour « aider les hommes politiques (états-uniens) à éviter que le Venezuela atteigne ses objectifs de direction de la région et développe des politiques qui impactent négativement les intérêts mondiaux des Etats-Unis » et que le Gouvernement George W. Bush se voit « en compétition pour la direction de l'Amérique Latine avec le dirigeant du Venezuela, Hugo Chávez. »

 

Il est raisonnable de supposer alors que cet objectif et cette compétitivité se soient intensifiés dans le temps à mesure que notre Révolution, grâce au Commandant, obtenait de plus en plus de réussites dans notre pays tout en se plaçant au premier plan sur la scène internationale en contribuant à de très importantes réussites en matière d'intégration régionale (ALBA, UNASUR, CELAC et Petrocaribe) et de la formation du onde actuel multipolaire quia fini par enterrer la malheureuse et stupide thèse de la « fin de l'histoire. » Tout cela réussi au milieu de la plus inhabituelle ingérence de cet empire immoral matérialisée par l'immense quantité d'actions illégales, très cruelles pour certaines d'entre elles, qui aient été planifiées, organisées et financées avec le plus grand culot et le soutien le plus évident de la canaille médiatique vénézuélienne et internationale du début de la Révolution à la mort prématurée du Commandant provoquée par des agents de l'empire de connivence avec des traîtres locaux comme il faudra le démontrer tôt ou tard.

 

Je considère que les actions et les opérations psychologiques de nature terroriste exécutées par des membres de l’opposition vendue à l'étranger avec le concours de mercenaires de diverses nationalités comme celles que l'opportune intervention des organes de renseignement et de prévention ont fait échouer avec le soutien du peuple révolutionnaire du lendemain de l'élection du Camarade Maduro jusqu'au 30 juillet, jour de l'élection de l'actuelle Assemblée Nationale Constituante, toutes planifiées, organisées, soutenues et coordonnées par l'Empire qui n'a pas encore matérialisé son invasion, n'ont aucun précédant sur notre continent et ne sont comparables, à mon avis, qu'avec certaines actions organisées contre la Révolution Cubaine pendant ses plus e 50 ans d'existence.

 

De plus, au milieu de ces attaques si sournoises, notre Révolution non seulement a survécu dignement mais est devenue, par la seule voie de l'exemple et de l'éminente présence du Commandant Eternel et maintenant de son héritage, l'inspiratrice d'autres mouvements révolutionnaires qui ont réussi au niveau du continent connus par tous et en authentique phare de lumière capable d'orienter les mouvements révolutionnaires les plus divers au niveau de la planète. C'est pourquoi il est parfaitement explicable qu' Obama ait signé cet infâme « Ordre Exécutif du 9 mars 2015 puisque l'Empire nous considère comme une menace réelle bien que nous soyons à des milliers de kilomètres de distance leur territoire, que nous n'ayons pas d'armes de portée stratégique et jamais nous n'ayons employé nos ressources ni nos fonctionnaires pour conspirer contre l'ordre constitutionnel états-unien.

 

Avec chaque tentative ratée tout au long de ces années (coup d'Etat d'avril 2002, grève-sabotage pétrolier de 2002-2003, incursion paramilitaire colombienne et “guarimbas” de 2004; « guarimbas étudiantes » de 2007, actions armée de refus du triomphe de Maduro en mai 2013, actes terroristes de « La Sortie » de février à mai 2014, « Coup d'Etat Bleu » de février 2015, actes terroristes d'avril à juin de cette année), l'Empire a perdu beaucoup de ses agents locaux et ceux qui lui restent ont montré qu'ils étaient absolument inefficaces. Il ne lui reste plus d'autre possibilité que d'essayer d'assumer directement les futures actions de al contre-révolution vénézuélienne, y compris une intervention militaire directe comme l'a déclaré explicitement Donald Trump en personne la semaine dernière après avoir rencontré son secrétaire d'Etat Rex Tillerson, son conseiller à la sécurité nationale H.R. Mc Master et son ambassadrice à l'ONU Nikki Haley.

 

Concernant la portée réelle de ces déclarations, nous considérons qu'il faut contester entièrement les déclarations de Noam Chomsky, ce soi-disant anarchiste états-unien qui, trop souvent, aime critiquer en feignant de l'attaquer, qui cherche à minimiser l'impact des menaces de Trump en disant qu'elles sont « irresponsables » bien que « typiques » des présidents antérieurs pour ensuite entrer en contradiction flagrante en disant que... le pus grand espoir est que certains des généraux de son entourage qui soi-disant comprennent les conséquences, réussissent à le contrôler. »

 

Il ne peut y avoir de doute sur le fait que l'Empire est totalement déterminé à nous envahir militairement tôt ou tard. Seulement, comme l'a dit ce très célèbre journaliste australien John Pilger qui a été correspondant de guerre dans des conflits aussi brûlants que le Vietnam, le Cambodge, l'Egypte, l’Inde, le Bangladesh et le Biafra: « … Washington n'envahit que les pays sans défenses et le Venezuela n'est pas sans défenses... » C'est pourquoi à notre avis, il va essayer de le faire avec le soutien de ces pays d'Amérique Latine qui lui obéissent sans conditions : la Colombie, le Pérou, le Mexique, le Honduras, le Panamá et le Paraguay, entre autres.

 

C'est à la recherche du soutien militaire de ces pays vendus à l'étranger que le vice-président Mike Pence fait actuellement une tournée en Amérique Latine qui l'a conduit en Colombie, en Argentine, au Chili et le conduira au Panamá. Pendant cette tournée, non seulement il n'a pas cherché à atténuer le terrible impact des déclarations de son chef mais il a osé qualifier le Venezuela « d'Etat en faillite » comme précédemment, d'autres fonctionnaires du même niveau ou d'un niveau supérieur l'ont fait pour des pays qui ensuite ont été envahis (l'Afghanistan, l'Irak et la Libye, par exemple), et cela rien moins que dans « l'Etat hors-la-loi de Colombie. »

 

Une démonstration palpable du fait que l'Empire est en train d'essayer de former une force militaire multinationale pour envahir le Venezuela est l'organisation d'une série de manœuvres militaires conjointes tout au long de cette année en territoire sud-américain et dans es Caraïbes alors que l'habitude, depuis le début des années 60, était de n'organiser chaque année que les Manœuvres Navales UNITAS. A la suite, nous présentons une liste publique prise sur le site de Google qui contient ce type de manœuvres qui ont eu lieu ou auront lieu cette année :

 

Manœuvres Navales “Tradewinds 2017” (Vents Alisés 2017), en mer des Barbades, du 06 au 12 juin et dans les eaux territoriales de Trinidad et Tobago, a 600 km. des côtes du Venezuela, du 13 au 17 juin, avec la participation d'effectifs de pays des Caraïbes (Mexique, Antigua et Barbuda, Bahamas, Barbades, Belize, Dominique, République Dominicaine, Grenade, Guyana, Haïti, Jamaïque, San Cristóbal et Nieves, Suriname, Saint Vincent et les Grenadines et Trinidad et Tobago) jointes à celles des pays de l'OTAN suivants : Etats-Unis, Canada, France et Royaume Uni.

 

Manœuvres aériennes Colombie-Etats-Unis qui ont eu lieu les 15, 16 et 17 juin dans l'espace aérien de al base états-unienne de Palanquero (Colombie), à 300 km. de la frontière avec l'état vénézuélien de Táchira.

 

Manœuvres Navales UNITAS LVIII-Phases du Pacifique et Amphibie qui ont eu lieur sur les côtes du Pérou du 13 au 26 juillet avec la participation d'effectifs militaires des pays suivants : Argentine, Australia, Brésil, Canada, Chili, Colombie, République Dominicaine, Equateur, Etats-Unis, Guatemala, Honduras, Indonésie, Italie, Mexique, Panamá, Paraguay, Espagne et Royaume Uni.

 

Participation d'effectifs des forces aériennes de Colombie et du Brésil aux manœuvres internationales “Mobility Guardian”, à Seattle, Etats-Unis, du 29 juillet au 12 août.

 

Manœuvres Militaires AmazonLog qui auront lieu du 6 au 1 » novembre prochain dans la ville brésilienne de Tabatinga, dans l'état d'Amazonas, frontalière avec Leticia (Colombie) et Santa Rosa (Pérou) et distante de quelques 700 km de la frontière du Brésil avec le Venezuela. Avec la participation des forces armées d'Argentine, du Chili, de la Colombie, de l'Equateur, du Panamá, du Pérou, de l'Uruguay, des Etats-Unis et du Canada.

 

Manœuvres Navales UNITAS LVIII-Phases de l'Atlantique qui auront lieu comme d'habitude dans un pays de la côte sud-américaine (Argentine, Brésil ou Uruguay) pendant le dernier trimestre de cette année.

 

Pour finir, il me reste suelement à dire que la menace militaire de l'Empire envers le Venezuela est absolument réelle et que malheureusement, elle pourrait se matérialiser à tout moment dès maintenant alors que la menace que nous pourrions, nous, représenter pour l’hégémonie de l'Empire, jamais de caractère militaire, est quelque chose qui nous rend fiers et qui, reconnue par nos alliés, nos gouvernements et nos mouvements sociaux du monde entier, devrait provoquer le soutien le plus ferme à notre Révolution et la plus forte condamnation des prétentions bâtardes de l'Empire.

 

Bien que je me réjouisse et que je remercie Pilger d'avoir écrit pour exalter la Révolution Bolivarienne à l'infini cette phrase qui dit : « Si le Venezuela tombe, l'humanité tombe, » je ne suis pas totalement d'accord avec elle, je préfère dire que si le Venezuela tombe, toute l’Amérique Latine sera en danger imminent de redevenir « l'arrière-cour » des Etats-Unis et cela, qui est très grave, personne au sein de la communauté mondiale « honnête » et encore moins de nos alliés de l' ALBA-TCP ou de nos puissances amies, la Russie, la Chine et l'Iran ne peut le permettre.

 

Jusqu'à la Victoire Toujours !

La Patrie ou la Mort !

Nous vaincrons !

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/08/18/venezuela-ee-uu-quien-es-una-amenaza-para-quien/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/venezuela-qui-est-une-menace-pour-qui.html