Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : Les implications de la vente de brut dans d'autres devises que le dollar

Publié le par Bolivar Infos

 

Le pétrodollar est plus important pour la domination mondiale des Etats-Unis que l’exportation d'armes ou la culture hollywoodienne parce qu'il permet aux Etats-Unis d'être le plus important exportateur de billets verts dont tout le monde a besoin pour acheter du pétrole. Le Venezuela a décodé de dédollariser son économie. Pour connaître les implications de cette mesure, il faut regarder le contexte géopolitique dans lequel cela se produit.

 

Après que le Président Nicolás Maduro ait décidé jeudi dernier que toutes les entreprises qui vont signer des contrats avec l'Etat vénézuélien négocieront avec des devises différentes du dollar, le vice-président Tareck El Aissami a trouvé pertinent que le secteur de la production génère les mécanismes nécessaires grâce à la banque publique et privée pour aller vers un nouveau panier de monnaies.

 

Lors d'une réunion de travail sur le Plan Constituant pour la Paix et la Prospérité Economique avec des chefs d'entreprises au Ministère du Pouvoir Populaire pour l'Economie et les Finances, il a déclaré : « Nous devons rompre le joug du dollar, » en expliquant que ceux qui souhaitent enchérir dans les ventes du DICOM doivent transférer leurs comptes en banque dans une autre devise. « Nous n'allons plus vendre en dollars, la vente en dollar est déjà terminée, » a ajouté El Aissami en soulignant que ces mesures sont adoptées pour contrecarrer les sanctions économiques imposées par les Etats-Unis.

 

D'autre part, il a assuré que les Vénézuéliens qui ont demandé les sanctions seront jugés en ajoutant que le Venezuela est en trains de transférer ses comptes dans d'autres banques du monde qu'il a remerciées pour leur soutien. « Dans le système bancaire public, nous avons déjà des postes de correspondants dans tous ces pays (la Russie, la Chine, l'Inde, l'Europe), » a-t-il indiqué.

 

Comment le dieu pétrodollar gère

 

Le dollar des Etats-Unis est devenu la monnaie prédominante pour les paiements internationaux parce que jusqu'au milieu du XX° siècle, l'or était le système monétaire dominant basé sur une quantité fixe de réserve d'or conservée dans les banques nationales, ce qui limitait les prêts. A ce moment-là, Washington a réussi à s'approprier 70% des réserves d'or du monde (sans compter l'URSS) affaiblissant le Royaume Uni et laissant de côté la création du système financier de Bretton Woods en 1944.

 

Pour atteindre la domination mondiale souhaitée, il s'est appuyé sur 2 outils principaux : le dollar états-unien et la puissance militaire. Certains pays ont développé des alliances militaires alternatives et rompu avec la dépendance envers le dollar états-unien pour ne pas être dominés.

 

Dans les années 70, le dollar a fait une chute dramatique due à la croissance économique de l'Allemagne et du Japon et à la réticence de l'Union Européenne à ajuster ses politiques économiques pour maintenir l'équilibre dollar-or. La devise a été revitalisée par le soutien d'exportateurs de pétrole comme l'Arabie Saoudite et les échanges pétrole contre armes des Etats-Unis. Richard Nixon, en 1971, a ordonné unilatéralement de supprimer la convertibilité directe du dollar en or et ainsi, le pétrole est devenu la base du système du dollar états-unien (Nixon Shock). A cause de cela, le contrôle du commerce pétrolier est une priorité de la politique étrangère de Washington.

 

Quand les membres de l'OPEP ont soutenu ce mécanisme, la demande mondiale de pétrodollars états-uniens a atteint un sommet historique et les pays se sont vus obligés d'acheter des dollars pour obtenir du pétrole sur le marché international.

 

On dit que la participation des Etats-Unis à l'actuel produit intérieur brut mondial ne doit pas excéder 22% mais 80% des paiements internationaux se font avec leurs dollars dont la valeur est excessivement haute comparée avec d'autres monnaies. A cause de cela, cela produit un bénéfice financier significatif alors que la forte demande de dollars dans le monde permet à leur Gouvernement de refinancer sa dette à des taux d'intérêt très bas.

 

Dédollariser est une menace

 

Tout pays qui lutte contre le dollar est considéré comme une menace directe pour l'hégémonie économique des Etats-Unis et le haut niveau de vie de leurs citoyens, c'est pourquoi les élites à Washington cherchent à résister à ce processus à tout prix. Le dirigeant libyen Muammar al-Khaddafi a été renversé et assassiné après avoir décidé de vendre son pétrole en euros et après avoir introduit le dinar d’or pour remplacer la monnaie européenne.

 

Oui, un dirigeant assis sur 150 tonnes d'or réel a proposé de vendre du pétrole contre des monnaies d'or réel. C'est pourquoi le président français de l'époque, Nicolás Sarkozy, a dit que la Libye mettait en danger la stabilité financière mondiale » basée sur une monnaie sans correspondance qui ne profitait qu'au consommateur états-unien.

 

Avec certaines banques et compagnies énergétiques européennes qui opèrent à l'intérieur de leurs frontières, la Chine, la Russie et l'Iran poursuivent une politique de dédollarisation pour échapper à la domination des Etats-Unis. En 2014, le Ministère des Finances russe a annoncé l'augmentation de la participation des contrats en roubles tandis qu'en mai dernier, au sommet de Shanghai, la Russie s'est engagée à signer la vente de 400 000 millions de dollars de gaz naturel à la Chine dans les 30prochaines années en payant en roubles et en yuans. Ils ont appelé cela « l'accord du siècle. »

 

En août dernier, pendant sa visite en Crimée, le président russe Vladimir Poutine a annoncé que « le système des pétrodollars devrait entrer dans l'histoire » tandis que « la Russie discute de l’utilisation des monnaies nationales dans les accords mutuels avec différents pays » à cause de la politique de sanctions de l'Occident.

 

Ces derniers mois, la Chine a signé des accords avec le Canada et le Qatar pour des échanges de monnaies nationales, faisant du Canada le premier centre offshore pour le yuan en Amérique du Nord et doublant (et même triplant) le commerce avec la Chine pour un montant estimé de 200 000 millions de yuans. Les échanges directs de devises entre la Chine et le Qatar récemment sanctionné représentent à 5 700 millions de dollars, ce qui en a fait la base de l’utilisation du yuan sur les marchés du Moyen Orient où on a peu confiance dans le dollar à cause de l'exportation de l'inflation. Il faut espérer que d'autres pays de l'OPEP signeront des accords avec la Chine.

 

La Chine a aussi encouragé l'établissement d'un centre de compensation à Kuala Lumpur, qui encouragera une meilleure utilisation du yuan dans le sud-est asiatique, cela moins d'un mois avant que Singapour, le principal centre financier d'Asie, ne devienne un centre d'échange de yuans par l'échange direct du dollar de Singapour en yuan.

 

L'Iran a annoncé récemment qu'il renonçait à utiliser les dollars états-uniens pour son commerce extérieur. Le président du Kazakstan, Nursultan Nazarbayev, a chargé récemment la Banque Nationale de la dédollarisation de l'économie de son pays, le Royaume Uni envisage de se libérer de ses dettes en yuans alors que la Banque Centrale Européenne discute de la possibilité d'inclure le yuan dans ses réserves officielles.

 

Tandis que dans le monde réel cette tendance et l'inflation aux Etats-Unis augmentent, dans la presse, la propagande anti-russe augmente.

 

La guerre est mondiale et elle est économique, il faut le répéter

 

En termes de ressources, qui a de l'or ou du pétrole sous son sol devrait pouvoir déterminer les questions géopolitiques ou l'hégémonie d'une monnaie. Cependant, la puissance militaire est aussi un facteur déterminant de ce réajustement de l'autorité au milieu de l’effondrement du système capitaliste. Beaucoup de pays cherchent à sortir leurs réserves d'or déposées dans les caves de la Banque de la Réserve Fédérale des Etats-Unis, plus encore depuis qu' en 2013, cette banque a refusé de rendre les réserves d'or allemandes à son propriétaire.

 

Vu que le monde ne veut pas dépendre plus de ses dollars, Washington opte pour la déstabilisation de la région pour conduire tout éventuel rival à l'affaiblissement. Des experts pensent qu'il y a peu d'espoir que les Etats-Unis survivent à la vague même de chaos qu'ils ont déchaînée dans le monde entier.

 

Tandis que la dette états-unienne de presque 20 bilions de dollars est presque aussi importante que celle des 28 membres de l'Union européenne et supérieure à ce que les Etats-Unis produisent en un an, le message que donne la relation entre la dette et le PIB aux investisseurs est que le pays pourrait avoir des problèmes pour payer ce qu'il doit. Obama et Bush fils ont vidé les coffres de l'Etat et ont détruit les fonds de sécurité sociale, entre autres, en finançant la « Guerre contre le terrorisme » et en payant des dépenses d'autres départements.

 

Même quand la Russie, par la voix du premier ministre Dmitry Medvedev, a reconnu que les Etats-Unis l'ont amenée à une guerre économique à grande échelle, la dette russe est faible comparée avec celle de l'Europe. Sa croissance économique avant 2011 a été plus forte que celle des Etats-Unis, de l'Allemagne, de la France, du Japon et des autres pays du G8. Poutine a payé la presque totalité de la dette extérieure du pays avec la vente d'hydrocarbures au moment où ses prix étaient élevés.

 

Les mécanismes de contrôle mondial installés dans le pouvoir ont fait couler la relation Etats-Unis-Russie grâce à des intrigues et des campagnes qui ont fini par une batterie de sanctions envers le peuple russe. De plus, face aux blocus que l'OTAN a instaurés sur le gaz naturel russe grâce à des conflits en Ukraine et en Syrie, le Gouvernement de Poutine a pu les esquiver grâce au projet turc South Stream et à l'imminente déroute de l'Etat islamique en Syrie.

 

La dédollarisation de l'Union Euro asiatique amènerait la crise au monde occidental encore plus quand l'Europe s'agite autour de la crise des banques et que le Sénat des Etats-Unis a décidé d'augmenter temporairement le plafond de la dette pour que les autorités états-uniennes puissent assigner plus de 15 000 millions de dollars à l'aide aux victimes de l'ouragan Harvey.

 

A l'horizon, les « contrats du futur »

 

Le marché pétrolier vénézuélien a devant lui l'opportunité de ce qu'on appelle les « contrats du futur » du pétrole en yuans que la Chine encourage. Cette sorte de contrats oblige les parties à acheter ou à vendre à un prix fixe déterminé avant. Cela pourrait devenir le nouveau schéma pour ceux qui réalisent l'achat et la vente d'instruments financiers sur les marchés boursiers et pourrait être le nouveau point de référence pour les commerçants pour faire de la Chine le plus important importateur de pétrole du monde. Selon le vice-président vénézuélien, de plus, la Chine a manifesté son intérêt pour payer le pétrole vénézuélien en yuans.

 

Seuls les contrats de West Texas Intermediate (WTI) et de Brent sont commercialisés sur le marché mondial du futur et tous 2 sont estimés en dollars états-uniens mais cela permettrait aux exportateurs comme la Russie, l'Iran, le Qatar ou le Venezuela d'éviter d’utiliser le dollar parce que les acheteurs pourraient payer leur pétrole avec des yuans ou de l'or après avoir converti le monnaie chinoise en onces d'or.

 

Selon ce que dit Michael Snyder sur son blog The Economic Collapse, avec l'économie, Pékin a joué aux échecs et l'Occident aux dames et malheureusement pour Washington, nous sommes arrivés au point où l'échec et mat est déjà à l'horizon. Le Venezuela prend position pour préserver son autodétermination et sa souveraineté dans la paix à un moment de définitions géopolitiques qui détermineront le cours économique du monde dans les prochaines décennies.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://misionverdad.com/trama-global/que-implica-la-venta-de-crudo-venezolano-en-otras-monedas-distintas-al-dolar

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/09/venezuela-les-implications-de-la-vente-de-brut-dans-d-autres-devises-que-le-dollar.html