Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cuba : que signifient les nouvelles mesures migratoires ?

30 Octobre 2017, 17:33pm

Publié par Bolivar Infos

 

Par José Raúl Concepción

Le chancelier cubain Bruno Rodríguez Parrilla a annoncé samedi 4 nouvelles mesures migratoires qui seront appliquées à partir de l'année prochaine. Le ministre a rendu publiques ces dispositions pendant la IV° Rencontre des Cubains Résidant aux Etats-Unis à Washington, quelques jours avant le vote aux Nations Unies sur le blocus de Cuba.

 

Bon, à qui profitent ces mesures ? Que signifient-elles ? Regardons chacune d'elles :

 

Eliminer « la qualification1 » du passeport pour les voyages à Cuba des émigrés cubains. Dans les modifications annoncées il y a 5 ans qui sont entrées en vigueur en janvier 2013, on avait déjà éliminé les permis d'entrée et de sortie du territoire mais « la qualification du passeport » était une condition que les émigrés devaient remplir pour entrer à Cuba. C'est une démarche de plus qui, bien qu'elle n'ait dû êtrepetre faite qu'une seule fois et qu'elle ait servi pour tous les voyages, provoquaient des retards dans le processus. C'est ce qu’explique le Décret Loi No. 26 de la Loi sur la Migration.

 

Article 44 : Pour entrer en territoire cubain, les citoyens cubains doivent posséder un passeport cubain en cours de validité délivré à son nom ou un document équivalent. Dans le cas des émigrés, ils doivent présenter leur passeport dûment accordé.

 

A partir du 1° janvier prochain, la seconde proposition de cet article changera.

 

Des sources officielles ont indiqué à Cubadebate que la suppression de la « qualification » profitera à quelques 832 000 émigrés cubains qui, pour entrer à Cuba, continueront à avoir besoin d'avoir un passeport valide (prorogé tous les 2 ans) et en cours de validité (renouvelé tous les 6 ans).

 

Autoriser l'entrée et la sortie de Cuba des citoyens cubains résidant à l'étranger dans des bateaux de plaisance grâce aux Marines touristiques Internationales Hemingway et Gaviota-Varadero. Lorsque les conditions seront réunies, on élagrgira progressivement cette mesure à d'autres « marines. »

 

Cette mesure est liée à celle annoncée en avril dernier qui disait : « Les Cubains, indépendamment de leur condition concernant l'émigration, pourront devenir passagers et membres d'équipage de bateaux marchands et de bateaux de croisière pour entrer et sortir du territoire national. » Maintenant, on inclut les voyages sur des bateaux de plaisance (yachts) qui sont autorisés depuis cette époque mais il y avait eu des retards à cause de problèmes logistiques.

 

Il est précisé que c'est seulement pour « les citoyens résidant à l'étranger. » Par conséquent, ça ne concerne pas les Cubains résidant à Cuba qui ne peuvent toujours pas entrer ou sortir du pays dans cette sorte de bateaux.

 

Permettre l'entrée à Cuba des citoyens cubains qui ont quitté le pays illégalement, à l'exception de ceux qui l'ont fait par la Base Navale des Etats-Unis à Guantánamo.

 

Après l'élimination au début de l'année de la politique des pieds secs-pieds mouillés, le nombre de personnes qui ont quitté le territoire illégalement s'est réduit à presque 0.

 

Avec cette mesure, ceux qui ont émigré illégalement ne doivent plus attendre 8 ans pour rentrer à Cuba. Par conséquent, en profiteront ceux qui avaient émigré de cette façon depuis 2010, qui pourront rentrer à Cuba sans attendre.

 

Il faut préciser que cela ne concerne pas les personnes qui ont abandonné des missions médicales, des délégations sportives ou d'une autre sorte. Dans ce cas, on maintient qu'ils devront attendre 8 ans pour pouvoir rentrer. Ceux qui sont passés par la Base Navale de Guantánamo ne pourront jamais rentrer à Cuba car, selon les sources consultées, ils mettent en danger la sécurité nationale.

 

Eliminer la demande de rapprochement pour que les enfants de Cubains résidant à l'étranger nés à l'étranger puissent obtenir la nationalité cubaine et leurs papiers d'identité.

 

Les enfants des Cubains résidant à l'étranger pourront ainsi prendre la nationalité cubaine sans avoir besoin de vivre un certain temps à Cuba.

 

Les principaux bénéficiaires en seront les familles résidant dans des pays qui n'accordent pas la nationalité par le sol (droit du sol). Certains pays n'accordent la nationalité que par le sang (droit du sang) ou aux enfants de citoyens du pays et non parce qu'ils y sont nés. Par conséquent, es enfants de Cubains résidant dans ces pays n'ont aucune nationalité à la naissance, ni la nationalité cubaine ni celle du pays dans lequel ils sont nés. A partir du 1° janvier, les parents pourront déjà faire les démarches pour donner la nationalité cubaine à leurs enfants  nés à l'étranger dans les consulats, sans avoir besoin de se rendre à Cuba.

 

Ces mesures bénéficieront à des milliers d'émigrés cubains et font partie du processus de normalisation des relations avec ceux qui résident dans d'autres pays.

 

Les Rencontres des Cubains Résidant à l'Etranger comme celle qui a eu lieu à Washington et à laquelle ont participé des émigrés de 18 états d'Amérique du Nord ou celle qui a eu lieu à Milan et a réuni des Cubains résidant dans 20 pays européens ou celle qui a eu lieu à Panamá avec la participation de Cubains provenant de 14 pays latino-américains en sont une preuve.

 

En 2016, 428 000 émigrés se sont rendus à Cuba sur lesquels 329 000 résident aux Etats-Unis. Et depuis 2013, 770 000 Cubains résidant sur l'île ont voyagé à l'étranger pour raisons personnelles.

 

Les nouvelles dispositions et les statistiques faites sur des périodes récentes dépassent largement celles des périodes antérieures. Cependant, on doit continuer d’appliquer de nouvelles résolutions qui facilitent les démarches migratoires. L'une des principales critiques des Cubains résidant à l'étranger est le coût élevé du passeport. En plus, ils doivent créer les conditions logistiques pour que les Cubains résidant sur l'île puissent voyager sur des bateaux de plaisance, entre autres problèmes à prendre en considération.

 

En annonçant ces nouvelles mesures, le Gouvernement cubain a dit qu'il « continuerait à étudier de nouvelles mesures pour actualiser sa politique migratoire. »

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos


1Pour plus d'informations sur cette démarche particulière : https://www.dcubanos.com/blog/habilitacion-de-pasaporte/

Source en espagnol :

http://www.cubadebate.cu/noticias/2017/10/29/que-significan-las-nuevas-medidas-migratorias-de-cuba/#.WfV7TUx7QRE

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/10/cuba-que-signifient-les-nouvelles-mesures-migratoires.html