Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amérique Latine : Déclaration de l'ALBA-TCP

6 Mars 2018, 17:55pm

Publié par Bolivar Infos

 

Nous, les chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique nous réunissons à Caracas, inspirés par les idées fondatrices du Commandant Fidel Castro Ruz, dirigeant de la Révolution Cubaine, 5 ans après la mort du Commandant Hugo Chávez Frías dont la pensée et l'œuvre incarnent l'idéal d'intégration latino-américaine et caribéenne.

 

Nous réaffirmons les postulats de la proclamation de l'Amérique Latine et des Caraïbes zone de paix signée par les chefs d'Etat et de Gouvernement au Second Sommet de la CELAC (Communauté des Etats Latino-américains et Caribéens) qui a eu lieu à La Havane les 28 et 29 janvier 2014.

 

Nous demandons la stricte observance des buts et des principes de la Charte des Nations Unies et du Droit International parmi lesquels la résolution pacifique des controverses et l'interdiction de l'utilisation de la menace, de l'usage de al force, le respect de al libre détermination, de la souveraineté, de l'intégrité nationale et de la non ingérence dans les affaires intérieurs de chaque pays.

 

Nous ratifions, dans le contexte actuel d'agression des pays progressistes de la région, la pleine validité de la déclaration du XIV° Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'ALBA-TCP du 5 de mars 2017.

 

Nous réaffirmons la décision de continuer à stimuler la construction d'un nouvel ordre international juste et inclusif, multicentrique et multipolaire opposé aux tendances hégémoniques et unilatérales dans le strict respect des peuples et des institutions élues par eux et des diverses cultures qui existent sur notre planète.

 

Nous dénonçons les tentatives pour ressusciter la Doctrine Monroe ainsi que la menace militaire de ce qu'on appelle les coups d'Etat militaires contre le Gouvernement constitutionnel de la République Bolivarienne du Venezuela.

 

Nous soulignons le manque d'autorité morale des Etats tiers pour donner des leçons en matière de démocratie et de droits de l'homme aux pays de la région et nous réclamons le respect de la souveraineté et de la libre détermination du peuple vénézuélien.

 

Nous condamnons la politique interventionniste du secrétaire général de l'Organisation des Etats Américains OEA et de certains pays de cette organisation contre les pays progressistes de la région.

 

Nous réitérons notre engagement envers l'unité latino-américaine et caribéenne pour qu'elle trouve son propre destin, indépendant et souverain, sans tutelle ni ingérence qui affectent nos peuples dans leur développement. Nous revendiquons notre plein engagement envers les processus d'intégration vraiment latino-américains et caribéens comme la CELAC, l'UNASUR, Petrocaribe, le CARICOM et l'ALBA TCP pour garantir al souveraineté, l'indépendance, l'égalité et l'autodétermination de nos peuples.

 

Nous exprimons notre désaccord avec la déclaration d'un groupe de pays du continent, faite le 13 février 2018 à Lima, Pérou, qui constitue une ingérence dans les affaires intérieures de la République Bolivarienne du Venezuela.

 

Nous condamnons l'exclusion de la République Bolivarienne du Venezuela sœur et de son président Nicolás Maduro Moros du Huitième Sommet des Amériques car nous considérons que ce sommet doit être un point de rencontre de tous les Etats du continent et un espace dans lequel nous devons tous pouvoir exprimer nos idées, atteindre des consensus, ressentir et débattre en respectant notre diversité.

 

Nous exigeons le respect de la légalité par les organisateurs du Sommet des Amériques. En ce sens, nous demandons que le Venezuela ait le droit de participer à cette activité et nous proposons de prendre des mesures diplomatiques et politique pour la garantir.

 

Nous exhortons la communauté internationale à ne pratiquer de coercition d'aucune sorte contre l'indépendance politique et l'intégrité territoriale du Venezuela, ceci étant une pratique incompatible avec les principes du Droit International, de la Charte des Nations Unies et de la Proclamation de l'Amérique Latine et des Caraïbes zone de paix.

 

Nous condamnons les mesures coercitives unilatérales et les sanctions imposées à la République Bolivarienne du Venezuela qui affectent la vie et le développement du noble peuple vénézuélien et l'empêche de jouir de ses droits.

 

Nous renouvelons notre ferme soutien au président constitutionnel de la République Bolivarienne du Venezuela Nicolás Maduro Moros et à son Gouvernement et au processus démocratique qu'il dirige.

 

Nous reconnaissons le droit inaliénable du peuple vénézuélien à célébrer des élections législatives au niveau national, au niveau des états, des municipalités et à y participer conformément à ses règles et à ses procédures intérieures.

 

Nous soutenons les efforts des autorités du peuple vénézuélien pour trouver par eux-mêmes les réponses à leurs défis politiques et économiques.

 

Nous condamnons les avancées de la corruption politique et économique dans la région qui se manifeste par les inégalités croissantes dans la distribution de la richesse, l'exclusion sociale des secteurs les plus humbles, l'influence financière du grand capital dans les campagnes politiques, la fuite des capitaux et l'asile sûr accordé à des personnalités politiques corrompues par des pays tiers qui les accueillent.

 

Nous réaffirmons notre volonté politique dans la lutte contre la corruption et dans le respect des engagements internationaux en la matière tout en lançant un appel aux pays de la région pour qu'ils engagent ou continuent à renforcer le combat contre la corruption, la délinquance transnationale et organisée pour garantir le bien-être et le développement de nos peuples.

 

Nous réaffirmons la nécessité de renforcer la CELAC en tant qu'espace privé pour la concertation politique dans notre Amérique déclarée zone de paix au Second Sommet de la CELAC à La Havane.

 

Nous ratifions les accords des Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la CELAC et la Déclaration de Punta Cana.

 

Nous exprimons notre soutien inconditionnel au prochain exercice de la présidence tournante de la CELAC et de l'UNASUR en tant que mécanisme de dialogue pour renforcer l'intégration de notre région.

 

Nous renouvelons la revendication de la communauté internationale de levée inconditionnelle du blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis à Cuba, qui, par son histoire stratégique affecte tous les Etats. De même, nous condamnons les mesures de renforcement du blocus et les récentes décisions unilatérales du Gouvernement des Etats-Unis qui affectent le peuple cubain, les citoyens étasuniens et les relations avec Cuba dans leur ensemble.

 

Nous soulignons la volonté du peuple et du Gouvernement de Bolivia qui cherchent pacifiquement des solutions dans le droit international, la négociation et le dialogue fructueux à son enclavement maritime qui affecte son intégration régionale et empêche son développement.

 

Nous félicitons et nous saluons le peuple équatorien pour sa participation à la consultation populaire et au referendum du 4 février 2018 ainsi que pour le soutien accordé par la majorité du peuple au président Lenin Moreno qui a permis de renforcer la démocratie.

 

Nous réitérons notre soutien constant aux pays frères des Caraïbes, victimes de phénomènes naturels dévastateurs et du changement climatique de telle sorte que nous contribuerons activement à les aider à surmonter les ravages qu'ils ont provoqués.

 

Nous demandons un traitement juste et différencié pour les Etats des Caraïbes. Nous réaffirmons notre solidarité face aux mesures appelées “laduación” et aux actions de pays extérieurs à la région contre des pays des Caraïbes en les déclarant juridiction non coopérantes et nous nous joignons à la revendication de compensations pour les horreurs de l'esclavage et de la traite des personnes.

 

Nous lançons un appel aux organisations sociales et politiques du continent à participer à des forums et à des activités des mouvements sociaux et des forces progressistes qui auront lieu en 2018.

 

Nous défendons l'unité et la diversité de Notre Amérique. Nous condamnons les exclusions honteuses et l’interventionnisme. L'unité de nos peuples n'est pas une chimère des hommes mais l'inexorable décret du destin.

 

Unissons-nous et nous serons invincibles, Simón Bolívar.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.correodelorinoco.gob.ve/alba-tcp-defiende-el-derecho-de-participacion-de-venezuela-en-la-octava-cumbre-de-las-americas-declaracion/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/03/amerique-latine-declaration-de-l-alba-tcp.html