Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Message du Président Nicolas Maduro au peuple

5 Mars 2018, 18:42pm

Publié par Bolivar Infos

 

Bonsoir,

 

A cet instant s'achève l'étape de dépôt des candidatures organisée par le Conseil National Electoral pour les élections présidentielles ainsi que pour les élections aux Conseils Législatifs des états et aux Conseils Municipaux du dimanche 20 mai prochain. Le Venezuela est l'une des démocraties du monde qui invite le plus son peuple à exercer son légitime vote libre et transparent pour qu'il soit la voix de tous et détermine les conceptions de notre Patrie pour les années à venir.

 

Mon message est un message d'espoir et d'inclusion pour tous. Aujourd'hui, je ne te parle pas seulement à toi, chaviste, camarades de tant de batailles tout au long de ces années.

 

Aujourd'hui, je vous parle à vous tous, Vénézuéliens. Et je vous parle à tous sans aucune distinction. Là, il ne s'agit pas de gauche ou de droite. C'est notre Patrie, la nôtre et celle que nous lèguerons à nos fils, sa paix, sa prospérité future, qui est en jeu. La Révolution se fait avec tout le monde et personne n'est de trop.

 

Je te parle à toi, femme, à toi, jeune. Nous sommes en train de préparer le lendemain et nous le préparons pour toujours. Il n'y aura jamais trop de bras, d'épaules et de volontés quand il s'agit de construire un pays plus grand et plus juste pour tous.

 

Le Venezuela est plus grand quand nous le construisons tous ensemble.

 

Le Venezuela est plus grand quand il est plus juste.

 

A cet instant, une autre promesse que je vous ai faite a été tenue. Dans 11 semaines, le 20 mai, il y aura sur notre terre et dans chaque ambassade du Venezuela dans le monde entier des élections présidentielles avec les candidats déjà inscrits. Et ce ne seront pas seulement des présidentielles mais ce seront aussi des élections pour les conseils législatifs des états et des conseils municipaux. Nous allons tous voter. Exerçons la liberté que nous procure le vote grâce au système électoral le plus transparent et efficace du monde. Et aussi, j'en suis absolument convaincu, c'est le moment de choisir entre le passé et l'avenir, entre la haine et la paix, entre ceux qui sèment et aggravent les problèmes et nous, qui accomplissons un effort commun pour trouver des solutions.

 

Voter est ton droit. Exerce-le librement. Le mien, c'est de construire un chemin. Le tien, souviens-t'en comme tu veux et quand tu veux, pas pour toi ni pour moi, mais pour la détermination que tu as à prendre soin de ton père, de ta mère, de ton grand-père, de tes fils. Il ne s'agit pas de moi, il s'agit de toi.

 

Je me réjouis en tant que président parce que ceux qui veulent se battre pour le Venezuela sont divers. Avec nos différences et avec nos nuances, je salue aujourd'hui, du Palais de Miraflores tous les candidats de l’opposition vénézuélienne qui se sont inscrits devant le Conseil National Electoral. A tous, je leur demande que nous fassions une campagne propre, de haute tenue, qui respectent les règles d'une élection démocratique et les garanties que nous avons signées le vendredi 2 mars dernier, de façon historique. Soyons de dignes fils de ce peuple qui aime voter, qui a participé absolument pacifiquement à 24 élections pendant ces 18 dernières années avec des records de participation qui font l'admiration du monde entier.

 

Voyons l'exemple déplorable de la Colombie où plus de 30 dirigeants sociaux ont été assassinés dans le cadre de la campagne électorale pour les prochaines élections législatives et où être candidat à la présidence est un risque vital. Que nos frères colombiens voient dans l'exemple de nos élections une incitation à avoir dans l'avenir des élections plus propres, plus libres et dans la paix. Le Conseil National Electoral ouvrira une nouvelle période d'inscription sur les Listes Electorales au Venezuela et dans le monde à cause de la nouvelle date choisie pour les élections présidentielles, le 20 mai prochain. Allons, jeune, si tu ne t'es pas inscrit, va aux points d'enregistrement dans tout le pays et dans nos consulats à l'étranger pour que tu sois une partie de la grande voix de tous.

 

Que fleurissent 1 000 fleurs sur cette terre fertile, que personne ne es empêche de pousser.

 

Le Venezuela a besoin de compétence, d'hommes et de femmes courageux qui sortent de leurs zones de confort pour offrir au pays des alternatives et des propositions.

 

A cause de tout cela, il me coûte d'entendre les fatigués d'une certaine droite opter pour la haine et la non participation. Au moins la faction de ceux qui a décidé de se marginaliser complètement. Ceux qui ne cherchent une réponse que dans le mal et la violence. Ceux qui rament à contre-courant et préfèrent voir le bateau couler s'ils ne sont pas aux commandes. Ceux qui ne jouent pas une partie s'ils ne sont pas sûrs de la victoire.

 

Qu'ils sachent que le monde est plus vaste que leur haine, que leur étroitesse de vue et que dans tous les coins de la planète où il y a un homme ou une femme de bien, il les regarde avec étonnement.Notre peuple les jugera par son vote et l'histoire ne pardonnera pas tant de mesquinerie. Nous, ici, nous serons à la hauteur de nos responsabilités.

 

Par moments, je vois ces secteurs comme un bébé qui pleure si on lui donne sa tétine et qui pleure aussi si on la lui enlève. Je me souviens maintenant d'un vers de notre poète salvadorien Roque Dalton qui nous a tellement accompagnés dans notre jeunesse : « ils ont toujours vu le peuple comme un tas de dos qui courent vers là-bas, sur lesquels abattre ses gourdins avec haine. » Ils ont ainsi, ils ont été ainsi pendant ces 100 dernières années de vie républicaine. Ils sont encore ainsi. Aujourd'hui, depuis la Maison du Peuple, en tant que chrétien et en tant que Vénézuélien, je leur pardonne. Comme je l'ai dit, aujourd'hui, il ne s'agit pas de diviser mais d'unir, d'ajouter. L'union est la force.

 

Je viens vous parler d'avenir, de ce qui vient. Mais pour parler de cet avenir, il est également important de nous enthousiasmer à cause de nos récentes victoires :

 

Souvenons-nous de l'installation de l'Assemblée Nationale Constituante pour la paix.

Souvenons-nous de l'intense dialogue en République Dominicaine également pour la paix.

Souvenons-nous du Petro, un rêve devenu aujourd'hui réalité, pour la prospérité. Et de tant d'autres réussites.

 

Aujourd'hui, je veux vous annoncer notre plan de travail pour ces jours-ci et ces semaines-ci. Sauf our les dirigeants fatigués d'une droite sourde et aveugle, l'économie est le défi de tous. Ceci est mon appel aux autres candidats et à tous les Vénézuéliens : luttons loyalement, que notre stratégie pour convoquer les électeurs soit les idées et non l'insulte. Il faut toujours travailler plus et mieux en défendant ce qui a été conquis et en construisant plus et plus de droits chaque jour. Parce que, comme nous l'a enseigné le Commandant Chávez, le Venezuela est plus grand quand il unit tout le monde.

 

Nous avons des raisons d'espérer. Le Petro avance et rien ne l'arrête. Le Petro n'a pas eu d'enfance, il est né grand. Dans quelques jours, nous remettrons le 2 millionième logement tandis que à des millions de compatriotes continue à bénéficier du Carnet de la Patrie. Ils sont plus de 16 500 000 aujourd'hui. Des commerçants, des militaires, des transporteurs, des éducateurs, des retraités, des personnes victimes de discrimination, des personnes handicapées, savent qu'ils peuvent compter sur moi et sur mon Gouvernement.

 

Il y a encore beaucoup à faire. Je ne suis pas pleinement satisfait et ne le serai jamais. Plein d'espoir, oui. C'est pour cela que je te parle et que je te convoque toi, employé dans le public, je connais tes efforts de chaque jour mais nous devons donner plus. La Patrie attend plus de nous. Nous nous devons à eux, nous accomplirons des choses concrètes.

 

La corruption, elle est évidente mas on n'en vient pas à bout d'un jour à l'autre. C'est une bataille dans laquelle nous n'hésiterons jamais. Même ainsi, le plan avance. Nous semons des solutions et nous nous levons avec ce désir tous les matins.

 

Avant de vous quitter, je veux vous dire que voter, ce n'est pas voter pour un candidat. Voter, c'est beaucoup plus que ça. Voter, c'est voter pour toi, c'est voter pour le Venezuela, c'est voter pour Bolívar, c'est voter pour Chávez. C'est le devoir de prendre soin de tes fils et de tes petits-fils. Voter est un devoir et c'est un devoir pour tous et toutes.

 

Nous sommes à la veille de la commémoration du cinquième anniversaire su passage dans un autre plan de celui qui fut et est notre Père, notre frère, notre guide. Comme quand part un père, il m'est resté beaucoup de questions à poser à l'homme qui a modelé l'avenir de cette Patrie de ses mains, beaucoup indications à recevoir. A cet homme, nous devons l'entrée du Venezuela dans le XXI° siècle, nous lui devons le sauvetage de notre existence nationale dont il nous a invités à prendre soin avec une phrase du penseur Augusto Mijares.

 

CE 8 décembre 2012, qui s'est imprimé dans notre vie et dans notre mémoire pour toujours, Chávez, veillant toujours sur nous, guettant et conjurant les tempêtes à venir, nous a demandé de sentir la Patrie jusque das nos viscères. A notre Père, nous devons tous les hommages mais aujourd'hui, je veux seulement dire que nous tous, que tout ton peuple, avons été toi, sommes toi et que nous te serons fidèles jusqu'à la fin des temps. Et cette loyauté, avec ton enseignement, nous a donné la force nécessaire pour affronter le malheur, la douleur et continuer à lutter.

 

Sœurs, frères, nous avons un poète vénézuélien qui a aussi lutté pour la liberté, pour la Paix, pour l'avenir, un poète qui a chanté les fleurs, les enfants et la forêt, un poète de la Patrie, notre Andrés Eloy Blanco qui, dans son poème Angostura nous chante à travers le temps :

 

« Et quand il a monté l'escalier

vers le sommet du Congrès

et quand il est revenu sur la plage

avec la République dans le cœur

qu'est-ce que c'était, Orénoque, cette lumière

qui t'a bandé les muscles et t'a irrité les nerfs

et a secoué tes fibres profondes

depuis Maipures jusqu'à Macareo?

 

Ce n'est pas la Patrie, peut-être? Ce n'est pas la Patrie elle-même ?

La patrie séculaire née dans ton coeur

et qui vivra dans les siècles, éternelle comme le Monde

parce que si un jour, tu meurs, tu reviendras de l'Océan »

 

Nous disons avec Ali Primera: que la Patrie ne meure pas, frères, que ce soit la vie et la prospérité, le cadeau que nous léguions aux générations futures.

 

Vous savez que je vous dis toujours au revoir avec Jusqu'à la victoire toujours. Mais aujourd'hui, je le ferai différemment, en parlant à tous ceux qui, aujourd'hui, nous voient et nous écoutent. Venezuela, ensemble tout est possible.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2018/03/04/importante-mensaje-de-unidad-del-presidente-maduro-al-pueblo-venezolano/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/03/venezuela-message-du-president-nicolas-maduro-au-peuple.html