Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: « Le moment est venu » : le plan Unitas Lix serait le coup de grâce

15 Mai 2018, 17:04pm

Publié par Bolivar Infos

 

Déguisés en manœuvres militaires, le Commandement Sud a prévu une stratégie pour essayer de donner le coup de grâce au Gouvernement du président Nicolás Maduro.

 

Alerte orange en Amérique du Sud

 

A 6:48 du matin, ce samedi 13 mai, le président de la Bolivia, Evo Morales, a réveillé la conscience publique de toute la région en publiant une grave dénonciation sur son compte Twitter.

 

Comme Morales, la journaliste argentine Stella Calloni a attiré l'attention de l'opinion publique sur la grande menace qui entoure le Venezuela en révélant un document secret du Commandement Sud des Etats-Unis.

 

Ce document de 11 pages intitulé « Coup de Maître : Un plan pour renverser la dictature au Venezuela » et signé par l'amiral Kurt W. Tidd, chef du Commandement Sud des Etats-Unis, considère que « le moment est venu » d'intervenir militairement au Venezuela.

 

Avec la précision d'une bombe à retardement, Roger Noriega, ex-représentant permanent des Etats-Unis à l'OEA de 2001 à 2003 et ennemi acharné du président Hugo Chávez, écrivait dans The New York Times qu'on « n'avait plus le choix concernant le Venezuela» et envisageait comme seule possibilité le renversement de Nicolás Maduro.

 

L'importance de cet article de Noriega réside précisément dans le journal qui le publie : la plateforme médiatique la plus influente pour donner une légitimité aux opérations militaires des Etats-Unis.

 

Pour compléter, l'ambassade des Etats-Unis à Caracas, dans une manifestation de clairvoyance suspecte, a informé les citoyens étasuniens résidant au Venezuela qu'avant et après les élections présidentielles, on attend des manifestations et des foyers de déstabilisation.

 

La feuille de route pour renverser le chavisme.

 

Une analyse stratégique des documents du Commandement Sud qui ont été révélés ainsi que les déclarations des porte-parole militaires et des cadres moyens de l'appareil diplomatique étasunien permettent d'établir assez clairement le déroulement de l'intervention contre le Venezuela.

 

Premièrement, il faut évaluer la situation électorale dans laquelle il est encore possible que l'opposition arrive à un accord sur une candidature unique.

 

Bien que les Etats-Unis, le groupe de Lima et l'Union Européenne aient déjà affirmé que « dans les conditions actuelles » ils ne reconnaîtraient pas les résultats, on ne doit pas perdre de vue qu'une candidature unique ‘in extremis’ motiverait le secteur de l’opposition qui ne s'est pas encore décidé à voter.

 

Une situation d'égalité entre le chavisme et l'opposition serait propice à le pression internationale sur le Gouvernement de Nicolás Maduro.

 

Deuxièmement, Noriega a réaffirmé que le front politique ne peut être écarté. Dans ce cas, les principales actions du Département d'Etat seraient concentrées sur « encourager les Vénézuéliens – même les membres des forces armées – à rétablir la démocratie, » c'est à dire faire un coup d'Etat.

 

Bien que ce soit improbable, le Commandement Sud n'a pas besoin d'un soulèvement militaire réussi mais au moins d'une escarmouche dans une garnison comme c'est arrivé il y a quelques mois au Fort Paramacay pour « faire que le pouvoir soit transféré sans retard aux autorités civiles légitimes, les membres de l'Assemblée Nationale. »

 

Sur ce point, on choisirait de « libérer » une zone du pays d'où ce Gouvernement parallèle pourrait exercer des fonctions de fait avec le soutien et la reconnaissance de la communauté internationale alliée à Washington.

 

Dans le document du Commandement Sud, Tidd met en avant que, pour renverser le chavisme, il faut intensifier la guerre psychologique pour « exacerber la division entre les membres du groupe de Gouvernement » conjointement avec des actions militaires qui débuteront avec des protestations dans des centres urbains, en particulier à Táchira, où le Gouvernement vénézuélien a réussi à neutraliser de nombreuses mafias qui se consacraient à la contrebande.

 

Le plan Unitas Lix et le coup de grâce

 

Les opérations de déstabilisation pourraient s'intensifier avec l'annonce des résultats des élections le soir du 20 mai et on prévoit qu'elles pourraient durer jusqu'en septembre, le moment où commenceront en Colombie les manœuvres aéronavales internationales Unitas Lix.

 

Le site de l'Armée Colombienne 

 

Kurt Tidd explique clairement que le Gouvernement bolivarien ne peut être renversé que grâce à une « opération militaire sous drapeau international patronnée par la Conférence des Armées Latino-américaines sous la protection de l'OEA et la supervision, dans le cadre légal et médiatique, du secrétaire général [de la OEA], Luis Almagro”.

 

Unitas Lix n'est rien d'autre qu'une façade pour imposer de la façon la moins traumatisante possible un blocus maritime au Venezuela comme en 1902 contre le Gouvernement de Cipriano Castro.

 

L'objectif d'un blocus maritime, dans la logique de Kurt Tidd, est précisément « de faire obstacle à toutes les importations » en particulier de nourriture, de médicaments et de produits essentiels. Cependant, le centre de gravité de toute cette stratégie serait d'empêcher le Venezuela de commercialiser son pétrole.

 

Il ne s'agirait pas d'un soi-disant embargo annoncé par Washington par lequel il cesserait d'acheter le quota d'environ 700 000 barils par jour et auquel le Venezuela s'est préparé. Dans cette partie de l'opération, Unitas Lix devient une menace sérieuse pour la survie économique du Venezuela parce qu'il rendrait impossible l'entrée et la sortie des pétroliers vers les principaux ports.

 

C'est maintenant que prend son vrai sens la sortie de l'Argentine, du Brésil, du Pérou et de la Colombie de l'UNASUR.

 

En plus de renforcer l'OEA en tant que principal forum pour discuter d'une éventuelle situation d'instabilité politique au Venezuela, il était indispensable de quitter le Conseil de Défense Sud-américain.

 

Il n'est pas très cohérent qu'un organisme qui envisage de « renforcer une zone de paix sud-américaine et de construire une vision commune en matière de défense » reçoive docilement l'intention du Commandement Sud « d'installer de plus en plus d'avions de combat et d’hélicoptères, de blindés, de postes de renseignement » et même de prisons dans la région sud-américaine. 

 

Un autre objectif de la transformation d'Unitas Lix en opération militaire serait de créer une sorte d'anneau de sécurité pour éviter le rapprochement d’éventuelles forces militaires alliées au Venezuela. Une situation à laquelle il faudrait prêter la plus grande attention.

 

Unitas Lix serait la dernière étape d'une opération d’affaiblissement du Venezuela à grande échelle. Cependant, ce qui est le plus scandaleux dans le plan de Washington pour renverser le chavisme, c'est qu'il est conscient qu'il y aurait une résistance à l'intérieur du pays et que même l'opposition « n'a pas assez de force » pour garantir la gouvernabilité.

 

Cependant, Kurt Tidd a la solution : « l'envoi de la force militaire de l'ONU pour imposer la paix. »

 

Oui, ceux-là mêmes qui sont accusés d'abus sexuels an République de Centrafrique, en Haïti, au Sri Lanka, etc...

 

Et contre lesquels « légalement, les Nations Unies ne peuvent rien faire » car elles n'ont pas de juridiction pour les juger.

 

Cependant, malgré les défis qu'on entrevoit pour le Venezuela, d'un endroit pas très éloigné, le grand intellectuel palestinien Edward Said nous invite à voir l'horizon à travers les leçons de l'histoire.

 

« On n'a jamais vu, dit Said, qu'un agent occidental actif se trouve nez-à-nez avec un natif non-occidental faible ou tout à fait inerte. Dans beaucoup de cas, il y a toujours une sorte de résistance active et dans l'immense majorité des cas, la résistance a finalement triomphé. » 

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2018/05/14/ee-uu-el-momento-ha-llegado-el-plan-unitas-lix-seria-el-golpe-final-contra-venezuela/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/05/venezuela-le-moment-est-venu-le-plan-unitas-lix-serait-le-coup-de-grace.html