Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nicaragua : Communiqué de France Amérique Latine - Comité Bordeaux Gironde.

18 Juin 2018, 14:24pm

Publié par Bolivar Infos

 

A l'attention de la direction nationale de France Amérique Latine.

 

 

FAL 33, par la voix de son C.A. souhaite exprimer son désaccord sur les positions prises par France Amérique Latine national sur la situation actuelle au Nicaragua.

 

- En effet, l'ensemble des articles publiés (essentiellement à charge contre le pouvoir en place), notamment sur le Correo de la Semana (#140) laisse à penser que France Amérique Latine "soutient" le fait que c'est un mouvement populaire qui s'insurge contre le pouvoir en place et que ce mouvement est violemment réprimé par le dit pouvoir. Le ton est donné dès le début dans l'introduction du dossier :

 

"les protestations persistent, dénonçant le pouvoir autoritaire de Daniel Ortega. La répression des manifestants se poursuit dans la violence".

 

Il nous semble que la situation ne soit pas aussi tranchée que ce qu'en décrivent la plupart des articles concernant ce dossier. Seules quelques lignes, en fin du dossier, extraites d'un article de Maurice Lemoine apportent une vision analytique de la situation et la précisent.

 

La lecture complète de l'article très fourni de Maurice Lemoine détaille l'ensemble des tenants et des aboutissants d'une situation complexe, où par ailleurs on retrouve les similitudes de situations dans d'autres pays d'Amérique Latine (Venezuela, Brésil, etc.), avec les mêmes "ingrédients" (ingérence des Etats-Unis, gouvernement ne voulant pas se soumettre aux exigences du FMI, volonté de déstabilisation du pouvoir en place d’une caste et du patronat, etc., etc.).

 

Déjà dans le Correo de la Semana (#136) un communiqué de France Amérique Latine national nous avait interpellé :

 

NICARAGUA - 30 avril 2018. Communiqué de France Amérique Latine :

 

"Depuis mercredi 18 avril, d’importantes manifestations, en grande partie composées de jeunes, d’étudiants et de retraités, se sont déroulées dans tout le Nicaragua en protestation contre une réforme du système de sécurité sociale. La répression policière a été très violente, faisant plus de 30 morts, des centaines de blessés et de nombreuses arrestations. La fermeture de médias indépendants et le silence des médias officiels n’ont pu occulter le fait que la population se mobilise désormais massivement contre les atteintes aux droits humains et pour la liberté d’expression. À l’heure où le président Ortega a annoncé le retrait du décret, nous rappelons que seul, un dialogue véritablement démocratique est à même de garantir le retour au calme. En effet, il appartient à la société nicaraguayenne dans son ensemble de prendre souverainement les décisions concernant son futur. Depuis des décennies, notre association a tissé des liens de solidarité et d’affection avec le peuple nicaraguayen, tant à l’époque de la Révolution qu’aux temps difficiles du tournant néolibéral initié en 1990. C’est pourquoi, au moment où dans notre propre pays les travailleurs, les retraités et les étudiants se mobilisent en défense de leurs droits sociaux, économiques et de circulation, nous exprimons à nouveau notre solidarité avec les nicaraguayens et nicaraguayennes qui luttent pour le droit de manifester, de s’exprimer, d’informer et être informés. Nous condamnons le recours excessif et disproportionné à la force. Nous appelons à l’arrêt immédiat de la répression et nous exigeons que soient établies les responsabilités dans les assassinats de plusieurs dizaines de jeunes nicaraguayen(e)s.

 

La teneur de ce communiqué défend un parti pris (laissant sous-entendre que c’est uniquement le pouvoir qui réprime avec violence l’ensemble du peuple nicaraguayen), or avec un tant soit peu de recherche d'informations il est aisé de s'apercevoir que la situation n'est pas aussi limpide que voudraient le faire croire certains.

 

(Quelques autres "sons de cloches" : 

- NICARAGUA : La droite putschiste dans ses œuvres partout où elle a perdu le pouvoir !

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article159581

- Guarimba au Nicaragua

https://www.legrandsoir.info/guarimba-au-nicaragua.html

- NICARAGUA : Comme partout les médias privés : Sauvez le soldat "Capitalisme"

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article159602

- Nicaragua : communiqué du Front Sandiniste de Libération National

https://www.legrandsoir.info/nicaragua-communique-du-front-sandiniste-de-liberation-national.html

Et, bien d'autres encore...).

 

Il est donc nécessaire de "s’approprier les informations avec prudence et retenue".

Cela permet de se rendre compte que l'investigation n'est pas un vain mot, que le journalisme n'est pas uniquement du recopiage de dépêches.... et, de publications de "scoops".

 

 

- De plus, nous ne pouvons approuver la première partie de ce Correo de la Semana (#140) :

 

"Caravane de solidarité avec le Nicaragua, rencontre avec des représentantes du mouvement étudiant et populaire."...

 

Cette implication de France Amérique Latine à cet évènement, mériterait de savoir qui sont ces "représentantes" (qui représentent-elles, de quelles organisations sont-elles légitimement les représentantes, etc.) et, peut-être y aurait-il matière à en savoir un peu plus et à les présenter plus précisément. La "présentation" de ces personnes nous semble très succincte.

 

Sur ce point là aussi, en cherchant à recouper les informations, on trouve par exemple sur le site Bolivar Infos un communiqué, dans lequel d'une part, on peut lire :

 

"Depuis plus d'un mois maintenant, le Nicaragua est en proie à des troubles incessants malgré tous les efforts du Gouvernement de Daniel Ortega pour instaurer des tables de dialogue et son retrait de la réforme des retraites qui avait servi de prétexte aux premières manifestations violentes.

 

Il est plus qu'évident que ces troubles sont téléguidés de l'étranger et que les organisations habituelles des Etats-Unis y sont impliquées (CIA,NED,etc...) : le cernier article que nous avons mis en ligne sur le sujet (« Rébellion ou contre-révolution made in USA ? ») montre les similitudes qui existent entre les violences qui se sont déroulées au Venezuela et celles qui se déroulent actuellement au Nicaragua. La tactique est la même et les fauteurs de trouble nicaraguayens, comme les « opposants » fascistes vénézuéliens l'ont fait il y a quelques mois, ont entrepris une tournée européenne pour discréditer le Gouvernement sandiniste de Daniel Ortega démocratiquement élu. Ils sont en ce moment en France et organisent samedi 9 juin, au Lieu-dit, de 16H à 19H une activité dans ce but."

 

D’autre part, encore plus grave, une mise en cause de France Amérique Latine pour ses prises de positions sur la situation au Nicaragua et, qui commence à se divulguer (ce que l’on retrouve dans l’article) : 

 

"Mais le plus surprenant, c'est que cette activité est organisée par France Amérique Latine, une organisation qui se dit « association de solidarité avec l'Amérique Latine » ! 

 

Solidarité Bolivarienne condamne fermement cette activité et appelle instamment ses membres et ses sympathisants à manifester leur désaccord et leur dégoût par tous les moyens à leur disposition : en se joignant à la contre-manifestation dont vous trouverez l'annonce à la suite ce texte s'ils le peuvent ou à faire savoir sur leurs sites, sur les réseaux sociaux dont ils sont membres ou dans les médias s'ils y ont accès, qu'être solidaire de l’Amérique Latine, ce n'est pas donner une tribune à des traîtres envers leur Patrie mais soutenir les systèmes politiques et les Gouvernements qui œuvrent courageusement dans l'intérêt du peuple, dans la dignité et en toute souveraineté."

 

url de l'article :http://bolivarinfos.over-blog.com/2018/06/communique-de-solidarite-bolivarienne-solidarite-avec-la-revolution-sandiniste.html

 

FAL 33 préfère la lecture de l'article de Maurice Lemoine (spécialiste reconnu de l’Amérique Latine, dont la crédibilité et le sérieux sont de notoriété publique en la matière), article totalement argumenté par rapport à ceux de certains journalistes, moins scrupuleux à vérifier la véracité des faits. En effet cet article amène chacun, grâce à l'ensemble des éléments le constituant, à avoir une vision plus précise de ce qui se passe au Nicaragua.

 

url de l’article : http://www.medelu.org/Washington-FMI-patronat

 

FAL 33 admet que la situation nicaraguayenne n’est pas « toute blanche » ou « toute noire ». FAL 33, en consultant divers sites d'informations (Mémoire des Luttes, Venezuela Infos et, d'autres...) essaye de se forger sa propre opinion, sur la base de faits réels, précis et avérés.

 

En conséquence, concernant la situation difficile et chaotique actuelle au Nicaragua, le comité FAL 33 ne se retrouve pas dans la présentation que France Amérique Latine nationale exprime et expose. FAL 33 a une vision beaucoup plus nuancée et, craint que les prises de positions exprimées par la direction nationale de France Amérique Latine n’entachent la réputation et la crédibilité en termes de solidarité de celle-ci et, par ricochet de notre association indépendante (FAL 33). 

 

Aussi FAL 33, par ce communiqué exprime sa désolidarisation d’avec France Amérique Latine national,

 

. sur l'expression de sa vision de la situation actuelle au Nicaragua (relatée par les différents articles publiés),

 

. sur son engagement à l'évènement "Caravane de solidarité avec le Nicaragua, rencontre avec des représentantes du mouvement étudiant et populaire."

 

Cordialement.

Le Conseil d’Administration de FAL 33

 

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/06/nicaragua-communique-de-france-amerique-latine-comite-bordeaux-gironde.html