Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amérique Latine : Les Etats-Unis, principale menace contre l'Amérique Latine Zone de Paix

21 Août 2018, 17:23pm

Publié par Bolivar Infos

 

Par Yisell Rodríguez Milán

En 2018, le Gouvernement nord-américain a manifesté son interventionnisme en Amérique Latine et dans les Caraïbes. Pour 2019, Trump a approuvé un budget record de 716 000 millions de dollars pour la Défense.

 

Plus de 76 bases militaires en Amérique Latine, le soutien de coups d'Etat militaires et judiciaires contre des Présidents, la tentative d'assassinat du Président Nicolás Maduro, les sanctions et les blocus économiques, l’utilisation d'organisation comme l'OEA discréditée contre des Gouvernements progressistes et l'application de méthodes subversives fondées sur la consommation culturelle grâce à des médias de masse comme internet et le soutien de personnalités ultra-conservatrices de la droite pour qu'elles accèdent à de hautes fonctions politiques sont quelques-unes des stratégies et des actions appliquées par les Etats-Unis en Amérique du Sud et dans les Caraïbes dans leur désir de renverser totalement les victoires obtenues par les Gouvernements progressistes pendant ces dernières décennies.

 

La II° Sommet de la Communauté des Etats Latino-américains et Caribéens (CELAC) a proclamé, en janvier 2014, la région Zone de Paix mais les différents Gouvernements étasuniens semblent s'employer à démanteler ce consensus, en particulier, cette année.

 

Au moins 3 émissaires du pouvoir nord-américain ont parcouru la région avec des messages opposés aux principes de non ingérence, à la résolution pacifique des conflits pour déterrer l'utilisation et la menace de l’utilisation de la force dans cet hémisphère, la promotion d'une culture de paix et l'obligation de non intervention directe ou indirecte dans les affaires intérieures d'un autre Etat. Des principes contenus, tous, dans les documents signés par les membres de la CELAC.

 

Rex Tillerson, qui, en février, était secrétaire d'Etat avant de commencer sa tournée dans la région, a annoncé que 2018 serait «l'année des Amériques» et a montré clairement qu'il chercherait à inciter les Gouvernements latino-américains à la division et à la soumission.

 

En juin, le vice-président des Etats-Unis, Mike Pence, a aussi parcouru la région dans l'évidente intention de créer des alliances pour sanctionner le Venezuela : « L'objectif est de renforcer la sécurité de la région avec nos alliés dans l'hémisphère (...) menacés par (…) le Gouvernement du Venezuela, » avait indiqué son porte-parole Alyssa Farah.

 

La première étape de l'itinéraire de Pence a été de resserrer les liens avec le putschiste Michel Temer et de s'assurer que l'ex-président Luiz Inácio Lula da Silva reste en prison. En Equateur, d'autre part, il a annoncé un don de 1,5 millions de dollars pour lutter « contre la corruption et renforcer la société civile » comme symbole d'un nouveau chapitre dans les relations bilatérales avec Lenin Moreno à la tête du pays.

 

Maintenant, c'est le secrétaire d'Etat à la Défense, James Mattis, qui se rapproche du Brésil, de l'Argentine, du Chili et de la Colombie, des visites qui, si on tient compte des principes de la stratégie de défense nationale des Etats-Unis, incitent les analystes à penser que la région de l'Amérique Latine et des Caraïbes est en train de devenir une zone de futurs conflits. 

 

Les faits qui soutiennent cette thèse :

 

  • Le Président de la Bolivia, Evo Morales, a dénoncé une « invasion cachée » de l'Amérique Latine grâce à l'envoi par les Etats-Unis d'un bateau qui a la capacité de transporter des hélicoptères de guerre. Le prétexte : la nécessité d'apporter une aide humanitaire aux Vénézuéliens qui vivent en Colombie.

 

  • Les capacités du Commandement Sud sont renforcées avec son réseau de bases militaires et sa IV° Flotte.

 

  • Dans le domaine culturel : La grand capital déplace d'importants moyens de communication, des églises et des entreprises technologiques pour démobiliser politiquement la jeunesse et fomenter une soi-disant non-viabilité du socialisme ou de l'application par l'Etat de politiques de justice sociale.

 

  • On réactive la Doctrine Monroe, la Stratégie de Sécurité Nationale de 2017, la Stratégie de Défense Nationale et les déclarations de hauts fonctionnaires du Gouvernement de Trump le confirment.

 

  • Les Etats-Unis continuent à soutenir des initiatives non gouvernementales, la coordination de campagnes médiatiques anti-systémiques et la coopération entre les pouvoirs judiciaires et les organismes contrôlés par Washington pour faire une guerre sélective et brutale à la gauche de la région.

     

  • Des patrons sont donnés comme acteurs politiques et des programmes de nombreux partis ainsi que la leur façon de lutter sont établis à partir de paramètres du néolibéralisme.

 

Ces stratégies s'ajustent au schéma de « changement de régime » qui font des millions de victimes dans diverses parties du monde et provoquent la violence, la guerre, les crises humanitaires et l'instabilité à n'importe quel prix.

 

Rien de plus éloigné des principes de la Proclamation de l'Amérique Latine et des Caraïbes comme Zone de Paix que le gouvernement nord-américain s'emploie à refuser de reconnaître, à ignorer et à ne pas faire valoir car ses intérêts hégémoniques n'ont rien à voir avec le respect, la compréhension, la coopération et la coexistence pacifique entre nos peuples.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.granma.cu/cuba/2018-08-20/por-que-estados-unidos-es-la-principal-amenaza-para-que-america-latina-y-el-caribe-sea-una-zona-de-paz-20-08-2018-21-08-52

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/08/amerique-latine-les-etats-unis-principale-menace-contre-l-amerique-latine-zone-de-paix.html