Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Une autre année de sanctions de l'Europe

8 Novembre 2018, 18:38pm

Publié par Bolivar Infos

 

par Geraldina Colotti

Le maître ordonne et les sujets se mettent en rang. Après les sanctions de Trump dirigée vers l'or du Venezuela, le Conseil de l'Union Européenne a décidé de proroger pour 1 an, jusqu'au 14 novembre 2019, les sanctions contre le pays bolivarien.

 

Des mesures qui remontent au 13 novembre 2017 et se réfèrent à « un embargo d'armes et de matériel pouvant être utilisé pour la répression intérieure, » l'interdiction de voyager et le gel des actifs de 18 représentants du Gouvernement bolivarien considérés comme « responsables de violations des Droits de l'Homme. »

 

A cause de ces sanctions, l'année dernière, on a empêché la présidente du Conseil National Electoral, Tibisay Lucena, de venir en Europe pour expliquer le fonctionnement du système électoral vénézuélien.

 

Le président du Paraguay, Mario Abdo Benítez, est venu en Italie et a manifesté « une grande inquiétude pour ce qui se passe au Venezuela. » Benítez, après avoir rappelé « les nombreux Vénézuéliens qui ont fui au Paraguay, » a dit le 10 janvier qu'un « groupe de pays d'Amérique Latine ne reconnaîtra pas la légitimité du Gouvernement de Maduro » quand le président bolivarien prendrait possession de sa charge pour un nouveau mandat.

 

Pendant ce temps, une vingtaine d'ex-gouvernants d'Espagne et d'Amérique Latine envoyait une lettre au Président du Mexique, Manuel López Obrador et à celui du Brésil, Jair Bolsonaro leur demandant de ne pas inviter Maduro à leur prise de fonctions.

 

En voyage en Italie, le vice-ministre des Relations Extérieures pour l'Europe, Yván Gil, a dénoncé « l'intention de renouveler les sanctions illégales contre le peuple vénézuélien et contre les fonctionnaires simplement parce qu'ils respectent et font respecter les lois vénézuéliennes, la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela. » Gil a fait ces déclarations en marge du IV° Forum des Petites et Moyennes Entreprises organisé par l'Institut Italo-Latino-américain (ILA) avec la participation du Venezuela.

 

Il a dit qu'il déplorait que « l'Union Européenne continue à avoir intérêt ou à avoir la volonté d'encourager une solution antidémocratique au Venezuela en suivant simplement les ordres du Gouvernement de Trump » dont les sanctions, de l'aveu même du Gouvernement nord-américain « font souffrir notre peuple en limitant son accès aux aliments, aux médicaments et imposent une série de mesures dont le seul but est de renverser le Gouvernement légitime du Président Nicolás Maduro. » 

 

Le ministre a invité l'Europe à prendre le chemin du dialogue, toujours suivi par le Venezuela grâce à l'exercice de la démocratie participative établie par la Constitution « qui définit clairement les cadres juridiques et constitutionnel pour exercer cette démocratie. »

 

Tout d'abord – a dit Gil – il y a l'Assemblée Nationale Constituante, élue par plus 8 300 000 Vénézuéliens il y a 1 an pour rétablir la paix dans le pays et pour créer de nouvelles institutions malgré les menaces et les sanctions de  l'Union Européenne.

 

Le Venezuela, a dit le ministre, est un pays libre, qui a pris son indépendance il y a plus de 200 ans par rapport à un empire européen, l'empire espagnol, et qui ne cède pas au chantage. La voie du dialogue passe par la reconnaissance du fait que le Venezuela doit résoudre ses conflits sans ingérence extérieure. Et il est en train de le faire : « il est en train de chercher une solution à ses problèmes économiques grâce au Plan de Rétablissement Économique, de Croissance et de Prospérité qui commence à donner des résultats. »

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2018/11/07/desde-europa-otro-ano-de-sanciones-contra-venezuela/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2018/11/venezuela-une-autre-annee-de-sanctions-de-l-europe.html