Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cuba : L'étrange pluralisme des médias concernant les médecins cubains

18 Décembre 2018, 18:22pm

Publié par Bolivar Infos

 

Par Iroel Sánchez

Les grands médias semblent être d'accord sur le fait que dans un pays comme Cuba, il n'existe ni liberté d'expression ni pluralisme alors que ceux-ci sont abondamment présents dans la presse capitaliste. Cependant, quelque chose d'extraordinaire semblé s'être produit ces derniers jours à propos du départ des plus de 8 000 professionnels de la santé cubains qui travaillaient dans le programme Plus de Médecins au Brésil après que le Ministère de la Santé de Cuba ait déclaré que le Président élu de ce pays, Jair Bolsonaro, « par des allusions directes, méprisantes et menaçantes à la présence de nos médecins a déclaré et re-déclaré qu'il modifierait les termes et les conditions du programme Plus de Médecins au mépris de l’Organisation Panaméricaine de la Santé et des accords de celle-ci avec Cuba. »

 

Pendant que les médias cubains recueillaient, aussi bien au Brésil qu'à leur retour à Cuba où plus de 2000 sont déjà rentrés, les déclarations de centaines de médecins, la presse qui se dit objective n'a pu en interviewer que 2 en indiquant leurs noms et leurs prénoms qui, comme par hasard, ont décidé de ne pas rentrer à Cuba. D'autres, qui ne « souhaitaient pas donner leur identité » ou le twitt d'un troll dont le compte a été créé récemment, représentaient les rares témoignages des défenseurs de la liberté d'expression qui ne donnent pas la parole à la grande majorité qui a souhaité rentrer au pays, et même ceux qui avaient fondé une famille au Brésil pourraient s'établir ici sans aucune restriction venant des autorités cubaines.

 

Ces médias ont donné la parole au vice-président de Bolsonaro, le Général Hamilton Mourão, qui a déclaré à l'agence étasunienne AP : « Je pense que la moitié ne rentre pas. » Mais AP n'a pas rappelé à ses lecteurs que Mourão est celui qui avait déclaré en septembre dernier en parlant de ses coreligionnaires que « les professionnels de la violence, c'est nous » et avait décrit son petit-fils comme « un bon gamin, regardez)le : de race blanche. »

 

Pendant la campagne électorale, Hamilton Mourão avait vanté les mérites du colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, l'un des tortionnaires et des assassins les plus connus de la dictature militaire qui a gouverné le Brésil de 1964 a 1985. « Les héros tuent, » a dit Mourão à propos de Brilhante Ustra, célèbre pour avoir mis une prisonnière nue et récemment torturée avec de l'électricité dans le vagin et sur la poitrine face à ses fils d'à peine 4 et 5 ans.

 

Avec cette inversion des valeurs qui considère comme des héros des tortionnaires et des assassins, il est évident que les médecins cubains qui continuent à sauver la vie de ceux qui n'ont pas pu, comme le vice-président du Brésil « mettre leur race en avant, » doivent être de gros vilains. Ce qui est étonnant, c'est que la « presse libre » objective ne nous indique pas le contexte de la prédiction qu'elle utilise pour renforcer sa position rien moins que neutre à ce sujet.

 

Bien sûr, on ne dit rien de nouveau si on affirme que Michel Temer, arrivé au pouvoir après la discutable destitution de la Présidente Dilma Rouseff, est un néolibéral reconnu, les mesures qu'il a mises en place depuis le prouvent. On ne révèle pas non plus un secret si on qualifie Bolsonaro et son Vice-président d’ultralibéraux, les annonces de ce qu'ils feront quand ils seront au Gouvernement ne laissent aucun doute à ce sujet, et cela implique la réduction du budget de la santé et de l'éducation et de nombreuses privatisations. Cependant, grâce à la dénonciation cubaine, aussi bien le Gouvernement sortant que le Gouvernement entrant semblent maintenant préoccupés par le maintien d'un programme social installé par leurs adversaires du parti des Travailleurs et le Gouvernement de Temer a cherché à remplacer les médecins cubains par des médecins brésiliens mais ce qui est certain, c'est qu'à peine 8% des médecins brésiliens convoqués se sont présentés pour remplacer les Cubains qui travaillaient pour la plupart dans les endroits où jamais un professionnel de la santé brésilien n'avait mis les pieds.

 

L'écrivain brésilien Fernando Morais l'avait prévu quand il disait : « les médecins parfumés et bien propres qui suivent des cours chers dans des facultés chères ici, dans le sud-est, n'accepteront jamais de mettre les pieds là-bas. »

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://razonesdecuba.cubadebate.cu/articulos/el-extrano-pluralismo-mediatico-sobre-los-medicos-cubanos-2/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2018/12/cuba-l-etrange-pluralisme-des-medias-concernant-les-medecins-cubains.html