Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Le peuple de Haïti ne pardonne pas la trahison à l'OEA

16 Janvier 2019, 18:28pm

Publié par Bolivar Infos

 

Des mouvements sociaux, des intellectuels, des partis politiques et des civils ont condamné le vote de Haïti contre le Venezuela à l'OEA. Haïti a fait partie des 19 pays qui n'ont pas reconnu le nouveau mandat du Président Nicolás Maduro, une motion proposée par les Etats-Unis (USA) qui ont fait pression sur plusieurs pays des Caraïbes et d'Amérique Latine pour mener à bien leur attaque putschiste contre le Gouvernement Bolivarien.

 

Le Venezuela est le pays qui a apporté le plus d'aide à Haïti de toute son histoire grâce aux Gouvernements d'Hugo Chávez et de Nicolás Maduro: ils lui ont facilité l'accès au pétrole vénézuélien, ont dénoncé les dettes avec Petrocaribe et année après année, ont donné des millions de pesos qui ont permis au pays de mener à bien la plupart de leurs infrastructures actuelles grâce à la solidarité du Venezuela, son principal bienfaiteur.

 

La surprise du vote contre

 

Jeudi 10 janvier, tandis que le Président du Venezuela, Nicolás Maduro, était investi pour son second mandat de chef d'Etat (2019-2025) après avoir été élu par 67,84% des voix le 20 mai 2018, l’Organisation des Etats Américains (OEA) a tenu une session extraordinaire pour ne pas reconnaître la légitimité de son nouveau mandat.

 

Haïti a été l'un des 19 pays qui, ayant subi des pressions des Etats-Unis (USA), se sont pliés à l'appel du secrétaire général de cet organisme, Luis Almagro, contre le Gouvernement de Venezuela. 

 

Les votes des pays de l'OEA :

 

POUR :

L'Argentina, les Bahamas, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, l'Equateur, les Etats-Unis, le Guatemala, le Guyana, Haïti, le Honduras, la Jamaïque, le Panamá, le Paraguay, le Pérou, la Rep. Dominicaine et Sainte Lucie.

 

CONTRE:

La Bolivie

La Dominique

Le Nicaragua

San Vincent et les Grenadines

Le Suriname

Le Venezuela

 

ABSTENTIONS:

Antigua et Barbuda

Les Barbades

Belize

Le Salvador

Mexique

St Kitts et Nevis

Trinidad et Tobago

Uruguay

 

ABSENTE:

Grenade

 

A la suite de cela, le peuple de Haïti a condamné le vote du Gouvernement de Jovenel Moïse concernant le Venezuela à l'OEA, le qualifiant de « trahison » contre le pays frère.

 

C'est ce qu'a déclaré le Parti Révolutionnaire Socialiste RASIN Kan Pèp dans un communiqué condamnant catégoriquement la décision de son pays et exprimant son soutien au Gouvernement démocratique du Venezuela.

 

Le document souligne que « Dans le monde, 112 pays soutiennent le Gouvernement légitime du Venezuela. Seuls 13 pays d'Amérique du Sud, d'Amérique Centrale et le Canada, des marionnettes de l'Empire le harcèlent et remettent en question la légitimité du Président Nicolás Maduro, un mandat qui a été conquis grâce au vote du peuple vénézuélien » et accuse l'OEA d'avoir l'intention de faire un coup d'Etat.

 

Le RASINK Ken Pèp évoque aussi la participation de certain de ses dirigeants aux élections présidentielles du 20 mai 2018 en tant qu'observateurs : « Le meilleur processus qu'il nous ait été donné de vivre par sa transparence et le niveau de liberté de l'électorat » et il souligne que le système électoral vénézuélien « est organisé dans un processus technologique reconnu comme l'un des meilleurs du monde. »

 

Mouvements sociaux

 

Des intellectuels et des mouvements sociaux de Haïti se sont joints à la condamnation populaire et ont engagé une campagne de collecte de signatures pour exiger du Parlement et du Sénat qu'ils se prononcent sur le vote de Haïti à l'OEA et demander son annulation.

 

« Le Venezuela, en plus de l'accord de Petrocaribe, a financé de nombreux projets au bénéfice du peuple haïtien au point que le Venezuela et Cuba sont les 2 seuls Etats au monde dont la coopération est utile à notre pays, » déclarent-ils.

 

Les signataires qualifient le vote « d'ignoble, irréfléchi et incompréhensible pour les Haïtiens qui apprécient la générosité de ce pays (le Venezuela) envers nous » et assurent que cet acte les a « couverts de honte et ridiculisés. » 

 

« Le Gouvernement de Haïti a fait une action totalement illégale et a violé le Droit International parce que le Venezuela est un pays souverain dans lequel nous n'avons pas le droit de nous ingérer dans les affaires intérieures, » écrivent-ils. 

 

Sur les réseaux sociaux, la condamnation de la décision du Gouvernement de Jovenel Moïse de tourner le dos au Gouvernement vénézuélien et de répondre aux intérêts des Etats-Unis se manifeste aussi par des illustrations et des twitts.

 

Répercussions en République Dominicaine

 

L'indignation de certains secteurs populaires a atteint aussi la République Dominicaine, un pays qui partage avec Haïti l'île d'Hispaniola et qui a également voté contre Nicolás Maduro à l'OEA.

 

« c'est un acte de trahison envers le Venezuela, de ne pas reconnaître l'investiture du président Nicolás Maduro élu par plus de 6 000 000 de Vénézuéliens (…) de trahison envers le commandant Hugo Chávez qui nous faisait cadeau du pétrole. Hugo Chávez nous a sauvé de la pire crise économique et pétrolière du onde et du pays. Une trahison de sa mémoire, de sa ligne, du chavisme et une trahison envers Nicolás Maduro qui a été solidaire avec la République Dominicaine au niveau international, » a affirmé le célèbre journaliste dominicain Álvaro Arvelo qui a assuré que la République Dominicaine a obéi aux intérêts des Etats-Unis sans prendre en compte sa propre histoire de fraternité avec le Venezuela.

 

Le Venezuela : le pays qui a le plus aidé Haïti de toute son histoire

 

La solidarité du peuple vénézuélien envers le peuple haïtien a été permanente depuis es premières années du Gouvernement d'Hugo Chávez jusqu'à maintenant.

 

Grâce à l'accord de Petrocaribe, un organisme d'alliance en matière pétrolière fondé par Chávez, Haïti a pu acheter du pétrole vénézuélien à des conditions de paiement préférentielles, ce qui a représenté une immense impulsion économique, de développement social et d'infrastructures.

 

Avec cette aide du Venezuela, Haïti a réussi à construire, entre autres choses, 3 usines électriques qui fournissent le cinquième de l'électricité de l'île et 400 constructions.

 

L'ex-président des Etats-Unis Bill Clinton a même reconnu les apports du Gouvernement Bolivarien. En sa qualité d'envoyé spécial de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en Haïti, Clinton a affirmé, lors de la Conférence des Amériques en septembre 2009, que l'aide vénézuélienne était essentielle et a donné en exemple le fait que, pour la prévention des ouragans, Chávez avait donné 87 000 000 de dollars.

 

« La coopération avec le Venezuela est la plus importante, en ce moment, en Haïti, en terme d'impact, d'impact direct, » a déclaré pour sa part en 2011 le président haïtien de l'époque, Michel Martelly.

 

Tragédies en Haïti

 

Le 12 janvier 2010, Haïti a subi un tremblement de terre de magnitude 7 qui a fait 316 000 morts, 350 000 blessés et 1 500 000 sinistrés, la pire catastrophe subie par un pays traditionnellement frappé par cette sorte d'événements.

 

Le Venezuela et Cuba furent alors les 2 pays qui ont le plus aidé le peuple haïtien et son Gouvernement.

 

L'aide vénézuélienne, le pays étant alors dirigé par le Commandant Hugo Chávez, s'est traduite par 1 300 000 millions de dollars et l'annulation de 395 000 000 de dette qu'Haïti avait envers Petrocaribe, un organisme d'alliance en matière pétrolière fondé par Chávez qui, bien des années avant le tremblement de terre, a permis à Haïti d'acheter du pétrole vénézuélien à des conditions de paiement préférentielles.

 

Mais le soutien n'a pas été seulement économique, du personnel vénézuélien spécialisé dans différents domaines a été envoyé en Haïti, une solidarité qui a perduré sous le Gouvernement de Nicolás Maduro au moment des tragédies subies par Haïti ces dernières années.

 

Que s'est-il passé ?

 

Le vote d'Haïti n’était pas attendu par le Gouvernement de Nicolás Maduro. En novembre 2018, le président haïtien Jovenel Moïse avait rendu visite au président Maduro à Caracas : « Je remercie le peuple vénézuélien et le président Maduro et je voudrais dire que les portes d'Haïti vous seront toujours ouvertes (...) Haïti est votre maison, » avait-il dit alors.

 

De même, lors du récent XVI° sommet de l'ALBA-TCP (Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique, un organisme créé par Hugo Chávez ), l'ambassadeur d'Haïti, Lesly David, lors de son allocution, s'est adressé au président vénézuélien : « Président Maduro, le peuple haïtien sera toujours à tes côtés (...) Si quelqu'un ne voit pas ce que l'ALBA est en train de faire pour le peuple d'Haïti, c'est qu'il est aveugle ! » a dit David.

 

Les réactions mentionnent les pressions des Etats-Unis sur Haïti après qu'en 2018, des chefs d'entreprises étasuniens aient manipulé la situation sociale en encourageant et en finançant les protestations violentes de groupes d'opposition au Gouvernement de Moïse.

 

L'avertissement était explicite : ne pas soutenir la motion des Etats-Unis contre le Venezuela à l'OEA signifiait revenir à des manifestations qui feraient des morts et déstabiliseraient complètement le pays.

 

Dans un communiqué, le Venezuela a dénoncé « la manipulation juridique » exercée par l'impérialisme, qui porte atteinte au droit à la paix de nos peuples et met en danger la stabilité de l' Amérique Latine et des Caraïbes dans leur ensemble. 

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.telesurtv.net/news/venezuela-haiti-voto-oea-traicion-maduro-20190114-0008.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/01/venezuela-le-peuple-de-haiti-ne-pardonne-pas-la-trahison-a-l-oea.html