Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Communiqué du Groupe de Lima 

26 Février 2019, 18:26pm

Publié par Bolivar Infos

 

Nous, les Gouvernements de l'Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Colombie, du Guatemala, du Honduras, du Panama, du Paraguay, du Pérou et du Venezuela, membres du Groupe de Lima, engagés à contribuer au processus de transition démocratique et à la reconstruction des institutions, de l'économie et de la société de la République Bolivarienne du Venezuela :

 

1.Condamnons les actions délibérées du régime illégitime de Nicolás Maduro qui, sans prendre en considération les souffrances de la population ni les appels insistants de la communauté internationale, a empêché, le 23 février, l'entrée dans le pays d'articles de première nécessité et de l'aide internationale grâce à des actes de répression violente qui ont fait de nombreux blessés et de nombreux morts sur la frontière avec la Colombie et le Brésil. Tout cela a aggravé les risques pour la vie, la dignité et l'intégrité des Vénézuéliens.

 

2.Exprimons notre solidarité envers le peuple vénézuélien et reconnaissons sa vaillance et son courage dans sa lutte pour rétablir la démocratie et réaffirmons l'engagement du Groupe de Lima à continuer à le soutenir activement dans cet effort.

 

3.Dénonçons devant la communauté internationale le régime illégitime de Nicolás Maduro parce qu'il a soumis intentionnellement les Vénézuéliens et en particulier la population la plus vulnérable à une privation systématique d’aliments et de médicaments et d'accès aux services de base pour s'assurer de rester au pouvoir.

 

4.Remercions pour l'aide humanitaire mise à la disposition du Venezuela et condamnons la violence sans discrimination employée par les corps de sécurité et les groupes armés au service du régime illégitime de Nicolás Maduro pour faire obstacle à sa distribution et pour empêcher le plein exercice des droits et des libertés des Vénézuéliens. En conséquence, nous collaborerons pour que les responsables de ces actes comparaissent devant la Justice.

 

5.Décidons de demander à la Cour Pénale Internationale de prendre en considération la grave situation humanitaire du Venezuela, la violence criminelle du régime de Nicolás Maduro contre la population civile et le refus de l'accès à l'aide internationale qui constituent un crime contre l'humanité, au cours des procédures qu'elle engage en vertu de la demande présentée par l'Argentine, le Canada, la Colombie, le Chili, le Paraguay et le Pérou le 27 septembre 2018 et ensuite reprise par le Costa Rica et la France et soutenue par l'Allemagne.

 

6.Décidons de demander la désignation par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies d'un expert indépendant ou d'une commission d'enquête sur la situation au Venezuela suite à notre profonde préoccupation pour « les graves violations des des Droits de l'Homme dans le contexte d'une crise politique, économique, sociale et humanitaire » dans le pays exprimée dans la Résolution A/HRC/RES/39/1 « Promotion et protection des Droits de l'Homme en République Bolivarienne du Venezuela » du 26 septembre 2018 et appellent à nouveau la Haute Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l'Homme à répondre rapidement face la situation de ce pays avant la présentation de son rapport exhaustif à la 41° période de sessions du Conseil des Droits de l'Homme.

 

7.Exprimons le caractère irréversible de notre engagement en faveur de la transition démocratique et de la reconstruction des institutions, de l'économie et de la société au Venezuela en soulignant que la permanence au pouvoir de Nicolás Maduro et de son régime illégitime est une menace sans précédent pour la sécurité, la paix, la liberté et la prospérité de toute la région. C'est pourquoi nous favorisons la discussion de la situation actuelle du pays au Conseil de Sécurité des Nations Unies et nous continuerons à l'aborder à l’Organisation des Etats Américains. De même, nous engagerons des démarches directes au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies pour que, conformément à ses compétences, elle active le Système des Nations Unies concernant ce qui se passe au Venezuela.

 

8.Exprimons notre satisfaction devant le nombre croissant d'Etats qui ont reconnu l'autorité constitutionnelle de l'Assemblée Nationale et du Président par Interim Juan Guaidó, et invitons ces Etats et l'ensemble de la communauté internationale à se joindre à l'engagement du Groupe de Lima envers la transition démocratique et envers la fourniture immédiate d'aide humanitaire en adhérant à la Déclaration d'Ottawa pour le Venezuela. C'est pourquoi nous décidons d'intensifier les actions du Groupe de Lima au niveau international en établissant tous les contacts et toutes les coordinations nécessaires, y compris des missions spéciales, pour faire connaître les efforts et les actions que le Groupe de Lima a entrepris pour aider à rétablir la démocratie et l'ordre constitutionnel au Venezuela.

 

9.Décidons de conserver une coordination permanente avec les représentants du Gouvernement du Président par Interim Juan Guaidó aussi bien par des relations bilatérales que dans les organisations internationales auxquelles nous appartenons et que dans les forums internationaux auxquels nous participons en vue du retour de al démocratie, de la reconstruction de l'économie et de l'attention portée immédiatement à la crise humanitaire. Dans ce but, nous encouragerons sa reconnaissance dans les organisations internationales et dans les mécanismes de coordination multilatéraux en tant que représentants légitimes du Venezuela.

 

10.Décidons d'avancer dans la reconnaissance des représentants du Président par interim, Juan Guaidó, conformément à nos procédures internes.

 

11.Appelons de nouveau tous les membres de la Force Armée Nationale à reconnaître le Président par interim, Juan Guaidó, comme leur Commandant en Chef et les exhortons, fidèles à leur mandat constitutionnel d'être au service exclusif de la Nation et non d'une personne, de cesser de servir d'instruments au régime illégitime de Nicolás Maduro pour opprimer le peuple vénézuélien et violer systématiquement ses Droits de l'Homme.

 

12.Exhortons les membres du Pouvoir Judiciaire et du Système de Justice du Venezuela, y compris ceux qui ont été désignés illégalement comme tels, à reconnaître l'autorité légitime de l'Assemblée Nationale et du Président par interim, Juan Guaidó, et à respecter le plein exercice de leurs compétences institutionnelles pour faciliter la transition démocratique et le rétablissement de l'Etat de Droit au Venezuela.

 

13.Lançons un appel aux nations qui ont encore des relations de coopération avec le régime illégitime de Nicolás Maduro pour qu'ils aident à faciliter la recherche de solutions qui ouvrent la voie au processus de transition démocratique et à l'organisation d'élections libres, justes, transparentes et crédibles.

 

14.Offrons notre soutien à l'Accord pour la promotion du Plan de Sauvetage du Pays adopté par l'Assemblée Nationale le 29 janvier dernier. C'est pourquoi nous exprimons notre disposition à organiser une conférence internationale et demandons à la Banque Interaméricaine de Développement de diriger l’accompagnement des autorités légitimes du Venezuela dans la mise en place des réformes institutionnelles et économiques qu'elles estiment nécessaires pour réactiver l'économie et donner des opportunités de progrès social à tous les Vénézuéliens.

 

15.Réaffirmons le droit de tous les Vénézuéliens à vivre en démocratie et en liberté et par conséquent, réaffirmons notre soutien à la célébration d'élections libres et justes, ouvertes à la participation de toutes les forces politiques avec un accompagnement et une observation internationale, organisées par une autorité électorale neutre et légitimement constituée. Pour que ces nouvelles élections démocratiques aient lieu, nous exigeons le départ immédiat de Nicolás Maduro et l'arrêt de l'usurpation dans le respect de l'autorité constitutionnelle de l'Assemblée Nationale et du Président par interim, Juan Guaidó.

 

16.Réaffirmons notre conviction que la transition vers la démocratie doit être conduite par les Vénézuéliens eux-mêmes pacifiquement et dans le cadre de la Constitution et du Droit International, soutenue par des mesures politiques et diplomatiques sans utilisation de la force.

 

17.Décidons de réaffirmer et d'assurer un suivi des mesures adoptées par le Groupe de Lima auparavant, d'offrir tout notre soutien à la conception et à l'exécution du calendrier électoral qu'établissent l'Assemblée Nationale et le Président par interim, Juan Guaidó et d'interpeler la communauté internationale sur la nécessité urgente de permettre l'entrée de l'aide humanitaire destinée au peuple vénézuélien.

 

18.Saluons l'offre du Gouvernement de la République du Chili d’accueillir la prochaine réunion du Groupe de Lima à une date à déterminer.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2019/02/25/comunicado-patetico-y-mentiroso-del-cartel-de-lima-sobre-venezuela-nuevo-fracaso-de-los-halcones-de-ee-uu/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/02/venezuela-communique-du-groupe-de-lima.html