Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : L'opposition cherche à faire entrer « l'aide humanitaire » par la force 

24 Février 2019, 18:14pm

Publié par Bolivar Infos

 

Freddy Bernal, le protecteur de l'état de Táchira a fait savoir que le bilan des escarmouches qui ont eu lieu toute la journée sur le pont international Simón Bolívar, qui relie San Antonio del Táchira (Venezuela) et Cúcuta (Colombie) est de 42 blessés dont 2 par balles, 3 personnes brûlées vives et les autres blessées par des objets contondants. 7 Gardes Nationaux Bolivariens ont également été blessés dont 2 « complètement brûlés » pendant les graves troubles fomentés par des groupes violents de l'opposition vénézuélienne qui, venant de Colombie et avec la complicité des autorités du pays, ont cherché à faire plier les militaires vénézuéliens pour introduire dans le pays une soi-disant « aide humanitaire. »

 

Interviewé par Venezolana de Televisión ce samedi à 19 heures par téléphone, Bernal a informé qu'il y a eu des escarmouches sur le pont de Las Tienditas et ensuite à Boca de Grita où des centaines de personnes, « des criminels soutenus par des paramilitaires colombiens ont assiégé la Garde Nationale. » Il a indiqué que « là, un capitaine a résisté héroïquement avec à peine 20 hommes contre 3 000. C'est vraiment un héros national. Ensuite, nous y sommes allé et nous les avons protégés. »

 

« Boca de Grita est un pont situé à La Fría qui relie le localité à Puerto Santander en Colombie. Ce pont et cette zone, nous les avons repris avec la FANB et le Pouvoir Populaire. En ce moment, elle est complètement sous le contrôle des patriotes. »

 

Il a indiqué que « nous avons été libérés des guarimbas et des criminels de la zone de San Antonio jusqu'à Tienditas où un groupe de criminels a cherché à isoler nos compatriotes » qui étaient sur le pont, sans doute pour les assassiner et que l'aéroport de San Antonio del Táchira a pu être repris « grâce à une résistance stoïque du pouvoir populaire. ».

 

Sur le pont international Simón Bolívar, il y a eu des troubles et des escarmouches toute la journée, a expliqué Bernal.

 

Vers les 18 heures, les opposants violents ont avancé de 200 mètres vers le côté vénézuélien « pour brûler la douane de San Antonio del Táchira » et « prendre d'assaut la République Bolivarienne du Venezuela. » Grâce à « notre peuple qui a résisté, nous l'avons reprise, » a dit Bernal « avec le major général en chef de la REDI à sa tête et en quelques minutes, nous avons réussi à « virer » les terroristes du côté colombien.

 

Il a indiqué qu'au moment il parle « la situation est à peu près sous contrôle, il ne reste que quelques poches à Ureña » et de petites escarmouches comprenant des tirs et des cocktails Molotov lancés de Colombie.

 

Il a félicité la Police Nationale Bolivarienne, la Garde Nationale Bolivarienne et l'Armée ainsi que le pouvoir populaire pour leur vaillance, leur engagement et leur courage : « Ici, nous avons vu des hommes et des femmes du troisième âge, de 60 ans, affronter les balles, les coups de bouteilles et les cocktails Molotov toute la journée. » Il a demandé que ces personnes, dont beaucoup étaient venues d'autres états du pays, soient récompensées.

 

Il a dénoncé le fait que la Police Nationale de la Colombie et le Gouvernement colombien soutiennent ces violences et il rendu responsable le président de la Colombie, Iván Duque, de cette agression qu'il a qualifiée de « terrorisme d'Etat. »

 

Déserteurs

 

Bernal a indiqué que 7 militaires, qu'il a qualifiés de « traîtres, » ont déserté : « 1 lieutenant de la GNB qui travaillait dans l’administration, 1 qui travaillait à la cuisine, 2 qui surveillaient le stationnement et 1 lieutenant qui n'avait ps de commandement. »

 

« Notre satisfaction, c'est qu'aujourd'hui, à minuit, Nicolás Maduro Moros continuera à être le Président de la République Bolivarienne du Venezuela et que nous continuerons à garantir la paix. »

 

Il a réaffirmé que les tentatives pour créer une manipulation ont commencé dans la matinée quand des membres de la GNB qui avaient décidé de déserter ont volé 2 véhicules blindés VN-4 et ont essayé de passer avec eux le pont Simón Bolívar. « Grâce à Dieu, ils sont rentrés dans des barrières et ne sont pas passés de l'autre côté avec les véhicules parce que sinon, on aurait dit que le Venezuela avait attaqué la Colombie et ça aurait été la manipulation que Trump avait demandé de mettre en place à cet apatride de Guaidó. »

 

Dans cet altercation, a-t-il indiqué, ont été blessés l'amiral Pinto de la Vice-présidence, “Alejandro Nuño, qui était sur le pont et qu'un membre de la PNB et une journaliste chilienne ont été renversés.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://albaciudad.org/2019/02/en-fotos-42-personas-heridas-tras-disturbios-de-la-oposicion-en-tachira-para-intentar-ingresar-falsa-ayuda-humanitaria-por-la-fuerza/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/02/venezuela-l-opposition-cherche-a-faire-entrer-l-aide-humanitaire-par-la-force.html