Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Le rapport des États-Unis sur les Droits de l'Homme attaque le Venezuela, le Nicaragua et Cuba 

14 Mars 2019, 17:37pm

Publié par Bolivar Infos

 

Le Département d'Etat des États-Unis (USA) a publié mercredi sont «  rapport sur les Droits de l'Homme » pour 2018. Ce document, très politisé, a été présenté par le secrétaire d'Etat Mike Pompeo.

 

Dans ce rapport, le Gouvernement de Donald Trump ne fait aucune référence aux abus envers les droits de la femme, ni à l'occupation israélienne du Golan ni au prince saoudien impliqué dans l'affaire Kashoggi mais attaque ses ennemis politiques : la Chine, le Nicaragua, Cuba et le Venezuela.

 

Le ministre des Relations Extérieures de Cuba, Bruno Rodríguez, a répondu à la publication de ce rapport sur Twitter : « Les États-Unis n'ont aucune autorité en matière de Droits de l'Homme. »Ensuite, il énumère des arguments en faveur de son raisonnement : « C'est un oppresseur du monde. Il discrimine les minorités, rend les pauvres plus pauvres, prive des millions de citoyens du droit de vote, viole les Droits de l'Homme des migrants et les affaires d'abus sexuels sur mineurs sous la protection des autorités abondent, » a écrit Rodríguez.

 

Cette sorte de rapport est fait sur ordre du Congrès depuis 1977. Après la publication de l'édition de cette année, l'organisation non gouvernementale des Droits de l'Homme sans but lucratif Human Rights Watch (HRW) a signalé que le Gouvernement dirigé par Donald Trump « a coupé la plupart des mentions d'abus importants concernant les Droits de l'Homme qui touchent de façon disproportionnée les femmes et les petites filles du monde entier. »

 

Selon Human Rights Watch, dans ce rapport, « le Département d'Etat a décidé d'éliminer l'analyse de la santé et le droit des femmes à la reproduction et même l'analyse au niveau du pays de la mortalité infantile et des besoins en contraception non satisfaite. » Selon l’organisation, les droits des femmes dans beaucoup de cas sont sapés mais il y des données qui ont été ajoutés préalablement dans ces rapports et maintenant, cette absence de rapports « peut révéler des tendances terribles de discrimination et de négligence de la part de l'Etat. »

 

D'autre part, le Gouvernement Trump a changé la description des territoires palestiniens faite habituellement par le Département d'Etat : « occupés par Israël » est devenu « contrôlés par Israël.» Cette mesure a été prise au moment où Israël fait de gros efforts pour que les États-Unis soutiennent sa réclamation de souveraineté sur les régions stratégiques. Les hauteurs du Golan, la Cisjordania et la Bande de Gaza, des territoires gagnés par Israël lors de la guerre de juin 1967, sont considérés internationalement comme occupés suite à une résolution du Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations Unies (ONU) approuvée cette année-là.

 

Le Département d'Etat inclut l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans la catégorie d'abus envers les Droits de l'Homme de la part de fonctionnaires du Gouvernement mais n'implique pas le prince héritier Mohamed bin Salman alors que l'Agence Centrale de Renseignement des États-Unis (CIA) est arrivée à la conclusion qu'il l'avait probablement ordonné.

 

Le directeur de la défense d'Amnesty International pour le Moyen Orient, Philippe Nassif, a déclaré après que le secrétaire d'Etat Pompeo ait présenté ce rapport que « cette déclaration est destinée aux dirigeants du monde, y compris au prince héritier Mohammed bin Salman et au président de l'Egypte [Abdel Fatah al-Sissi] à qui peu importent les Droits de l'Homme et à qui les États-Unis pardonneront et même oublieront les abus les plus atroces envers les Droits de l'Homme. »

 

Le secrétaire d'Etat Pompeo a écrit dans la préface de ce rapport que « la politique de ce Gouvernement (dirigé par Donald Trump) est d'interagir avec d'autres Gouvernements, indépendamment de leur registre si, en le faisant, les intérêts des Etats-Unis avancent. » et si les personnes d'un Gouvernement ou hors de lui, sont alignées sur ces mesures, « ils trouveront un ami compréhensif et un fort partenaire dans les États-Unis. »

 

Il a également mis en avant les ennemis politiques des États-Unis et a attaqué la Chine, le Nicaragua, Cuba, le Venezuela et l’Iran. Pompeo a déclaré que la Chine a "sa propre vision des violations des Droits de l'Homme."

 

Ces attaques, qui signalent des pays particuliers, sont destinées aux ennemis politiques des États-Unis et du Gouvernement de Donald Trump. Pour certains analystes, ce rapport serait un prétexte pour que États-Unis soutiennent plus l’interventionnisme dans diverses régions du monde pour pouvoir réaliser une intervention politique intérieure dans ces pays.

 

Comme l'a dit le ministre des Relations Extérieures de Cuba, « Les États-Unis n'ont aucune autorité en matière de Droits de l'Homme » puisque c'est l'un des « oppresseur du monde » les plus effroyables. Selon le ministre des Relations Extérieures du Venezuela, Jorge Arreaza, il existe « un plan pour le changement de régime proposé par les États-Unis » contre le Venezuela.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol : 

https://www.telesurtv.net/news/informe-derechos-humanos-eeuu-enemigos-politicos-20190313-0037.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/03/venezuela-le-rapport-des-etats-unis-sur-les-droits-de-l-homme-attaque-le-venezuela-le-nicaragua-et-cuba.html