Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Les Etats-Unis ne peuvent pas être en même temps le tortionnaire et le sauveur 

2 Mars 2019, 18:13pm

Publié par Bolivar Infos

 

2 jours après la journée tendue qui s'est déroulée sur le frontière du Venezuela avec la Colombie, le 23 février dernier, ce qu'on appelle le Groupe de Lima a décidé de demander au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies de désigner un expert indépendant pour évaluer ce qu'ils qualifient de « crise humanitaire » au Venezuela.

 

Ce groupe, qui regroupe les pays alignés sur les tentatives des Etats-Unis de déposer le Gouvernement du président Nicolás Maduro a qualifié de « crime contre l'humanité » l’échec de la tentative du « président par interim » autoproclamé Juan Guaidó de faire entrer un lit « d'aide humanitaire » de Colombie.

 

A ce sujet, l' expert indépendant désigné par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies, Alfred-Maurice de Zayas, a mis sur son compte Twitter un document demandant que la Haute Commissaire aux Droits de l'Homme, Michelle Bachelet, se rende au Venezuela et constate la véritable situation du pays. Cette même demande a été faite en novembre dernier par le président Nicolás Maduro.

 

Alfred de Zayas a expliqué à RT ce que la haute fonctionnaire pourrait voir au Venezuela.

 

L'expert s'est rendu au Venezuela en 2017 pour rencontrer des autorités officielles, des experts et des dirigeants de l'opposition et des institutions publiques et privées de tout le pays.

 

RT: Y a-t-il une crise humanitaire au Venezuela ?

 

A.Z: Quand j'étais au Venezuela en novembre et décembre 2017, certainement non, il n'y avait pas de crise humanitaire. Toute comparaison avec Gaza, le Yemen,la Syrie, la Libye, le Soudan est absurde. Mais la situation a empiré depuis à cause des sanctions. 

 

RT: Pensez-vous que les sanctions des Etats-Unis sont destinées à porter atteinte au Gouvernement de Nicolás Maduro?

 

A.Z: Les sanctions sont un facteur important qui contribue à la crise. La malnutrition et le manque de médicaments peuvent être attribués directement aux sanctions et constituent des délits géopolitiques qui font partie des crimes contre l'humanité.

 

RT: Les Etats-Unis disent que le Venezuela a besoin « d'aide humanitaire. » Le pays est-il dans la même situation que la Libye, le Yemen, le Mali, la Somalie, le Soudan et la Birmanie ?

 

A.Z: Le Venezuela a seulement besoin qu'on mette fin au blocus financier et aux sanctions. Le Venezuela a remercié pour l'aide internationale qui lui a été apportée pour résoudre les problèmes créés par les sanctions. Les Etats-Unis ne peuvent pas d'abord étrangler l'économie vénézuélienne et ensuite dire que le pays a besoin « d'aide humanitaire. » C'est du cynisme, du machiavélisme, de la mauvaise foi absolue. Ils ne peuvent pas être le tortionnaire et le sauveur en même temps.

 

RT: Les détracteurs de Maduro, y compris les Etats-Unis, disent que le Venezuela commet un « crime contre l'humanité » en ne permettant pas l'entrée de « l'aide humanitaire. » Qu'en pensez-vous ?

 

A.Z: Le Gouvernement des Etats-Unis et des autres pays qui imposent des sanctions sont ceux qui commettent des crimes contre l'humanité.  Le Venezuela, évidemment, accepte toute aide offerte de bonne foi et a déjà reçu 933 tonnes d'aliments et de médicaments de Chine, d'Inde, de Turquie. Il y a quelques jours, un avion de transport de fret est arrivé de Russie avec des tonnes de médicaments et de matériel médical. Le Venezuela accepte l'aide de l'ONU et d'autres organismes.

 

RT: La Cour Inter-américaine des Droits de l'Homme dit que le Venezuela requiert un « contrôle spécial » en ce qui concerne les Droits de l'Homme. Que pensez-vous de cela ?

 

A.Z: Pendant ces dernières décennies, la Commission Inter-américaine des Droits de l'Homme (CIDH) s'est énormément politisée. Elle a été sélective dans ses indignations et n'a pas contrôlé la situation de nombreux Etats membres dans lesquels les violations des Droits de l'Homme sont plus graves qu'au Venezuela. En particulier, depuis que Luis Almagro est devenu secrétaire général de l'OEA, la Commission a été plus arbitraire et semble servir les intérêts géopolitiques des Etats-Unis. En d'autres termes, la Commission applique arbitrairement son propre Statut, à la carte.

 

Avant ma mission au Venezuela, j'ai lu tous les rapports importants de la CIDH.Je les considère comme fondamentalement défectueux parce qu'ils font principalement confiance aux informations fournies par les opposants politiques à Chávez et à Maduro, des ONG internationales qui ont leur propre ordre du jour. Essentiellement, ils ignorent les informations et les documents fournis par des ONG locales vénézuéliennes comme Fundalatin ou le Réseau National des Droits de l'Homme. De plus, la Commission n'a pas donné le poids qui leur était dû aux réponses et à la documentation fournies par le Gouvernement du Venezuela.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://albaciudad.org/2019/02/experto-independiente-de-la-onu-ee-uu-comete-crimenes-de-lesa-humanidad-contra-venezuela/

URL de cet article : 

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/03/venezuela-les-etats-unis-ne-peuvent-pas-etre-en-meme-temps-le-tortionnaire-et-le-sauveur.html