Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Equateur : Un mandat d'arrêt contre l'ex-chancelier Ricardo Patiño

19 Avril 2019, 16:58pm

Publié par Bolivar Infos

 

L'ex-chancelier de l'Equateur, Ricardo Patiño, a dénoncé jeudi une persécution politique contre lui après qu'un juge ait lancé un mandat d'arrêt contre lui.

 

Dans une interview exclusive accordée à Telesur, il a déclaré que cette mesure prise par un juge de l'Unité Judiciaire Pénale de Latacunga, Flavio Palomo, est une action grossière qui doit être considérée clairement comme une persécution politique qui ne sera pas acceptée dans le domaine international.

 

Patiño a affirmé que la raison de cette sentence contre lui est une intervention qu'il a faite lors d'une réunion interne du mouvement politique Révolution Citoyenne en octobre 2018, « où j'ai appelé nos militants à accompagner le peuple équatorien dans les rues, sur les routes, devant les institutions publiques sans faire usage de la violence. »

 

En outre, il a assuré que l'appel qu'il a lancé était destiné à défendre le droit de la population face aux récentes mesures mises en place par le Gouvernement comme les licenciements massifs, es plans de privatisation des biens de l'Etat, l'augmentation des prix du combustible, etc...

 

Celui qui a étalement été ministre de la Défense a critiqué la signature d'un accord entre le Gouvernement équatorien et le Fonds Monétaire International (FMI) dont il pense qu'il « amènera plus de récession, de pauvreté et de chômage » dans le pays.

 

Patiño a affirmé qu'on ne va rien trouver contre lui pendant les 10 années où il a été au Gouvernement de l'ex-président Correa : « Ils n'ont rien trouvé et ils ne vont rien trouver, nous sommes des gens honnêtes. »

 

L'ex-ministre a souligné qu'en Equateur, il y a une « justice totalement politisée » dont le principal objectif est de « liquider le corréisme » et il a alerté sur le fait que la persécution politique cherche à détruire et à en finir avec « toute trace du corréisme, tout ce qui ressemble au corréisme, ceux qui ont travaillé avec le corréisme. » 

 

Sur son compte Twitter, il a publié une video pour expliquer les motifs qui sont derrière sa privation de liberté : « Le droit à résister est un droit constitutionnel de tous et ils ne pourront pas mettre tout le monde en prison. »

 

« Ce mandat d'arrêt absurde et illégal a été émis après que, samedi dernier, une juge de Latacunga ait refusé au même procureur une demande précipitée d'arrestation contre moi pour le simple fait que j'avais déclaré sur une chaîne internationale d'information que j'étais en train d'évaluer la possibilité de rester ou non en Equateur. »

 

L'ex-chancelier a réaffirmé qu'il a fait cette déclaration « à cause du fait que la justice était totalement biaisée contre les fonctionnaires du Gouvernement de Rafael Correa. » 

 

Il a affirmé, par ailleurs, qu'il a toujours participé à la lutte pour les droits de la population et qu'il ne va pas cesser de lutter malgré les mesures mises en place contre lui.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.telesurtv.net/news/ecuador-excanciller-ricardo-patino-denuncia-persecucion-politica-20190418-0031.html

URL de cet article :