Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : 70 erreurs dans le rapport de Bachelet

5 Juillet 2019, 15:31pm

Publié par Bolivar Infos

 

Jeudi, le Gouvernement du Venezuela a fait savoir que le rapport de la Haute Commissaire de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour les Droits de l'Homme, Michelle Bachelet, contient 70 erreurs dans lesquelles l'absence d'objectivité et d'impartialité est récurrente.

 

Le Bureau de la Haute Commissaire des Nations Unies 70 erreurs (OACNUDH) a remis, le 28 juin de cette année, au Gouvernement du Venezuela une « version avancée non publiée » en anglais du rapport de Bachelet pour que celui-ci fasse des remarques générales.

 

Pendant sa révision, plusieurs erreurs ont été trouvées parmi lesquelles le fait que les sources utilisées n'étaient pas correctes puisque les sources officielles n'ont pas été utilisées et qu'on a omis le résultat des visites réalisées par Bachelet dans le pays. 82% des entretiens utilisés dans le rapport ont été réalisés avec des personnes qui se trouvaient à l'étranger.

 

Les réussites et les avancées obtenues par le Gouvernement du Venezuela dans le domaine des Droits de l'Homme et de l'attention sociale ont été omises et on donne plus d'importance aux positions contre Maduro. 

 

Le rapport affirme que le Gouvernement vénézuélien a reconnu la « crise humanitaire » alors qu'en réalité, il a reconnu l'impact négatif du blocus économique sur la situation au Venezuela. De même, on a omis le fait que 75% du budget de la nation est investi dans le domaine social, une information que le ministre de l'Education, Aristobulo Isturiz, a donnée à Bachelet dans un rapport détaillé.

 

D'autre part, le rapport oublie d'inclure l'impact du blocus économique mis en place par les Etats-Unis sur le niveau de vie du peuple vénézuélien.

 

Dans le domaine de la communication, le rapport fait référence à de multiples agressions envers la presse alors que le Gouvernement a indiqué qu'entre 2018 et 2019, 3 journalistes étrangers ont été expulsés pour en pas avoir respecté les dispositions migratoires. On oublie aussi que 32 nouvelles concessions de radio et 1 concession de télévision ont été accordées et que 12 concessions de radio et de télévision ont été renouvelées entre 2018 et 2019.

 

Le Venezuela dénonce dans son communiqué le fait que le paragraphe 13 du rapport soutient que le Gouvernement n'a pas prouvé qu'il utilisait toutes les ressources à sa disposition pour garantir le droit à l'alimentation alors que les informations concernant les mesures mises en place pour garantir ce droit ont été présentées à l' OACNUDH aussi bien dans le cas de l'alimentation grâce aux Comités Locaux d'Approvisionnement et de Production (CLAP) que dans le domaine de la santé.

 

Le rapport oublie aussi les informations données par le Ministère Public concernant 292 affaires dans lesquelles ont été impliqués 388 fonctionnaires des Forces Spéciales (FAES) qui font partie du Corps de Police National Bolivarien pour des délits d'homicides, traitements cruels et violation de domicile, entre 2017 et 2019.

 

L'OACNUDH accuse le Gouvernement vénézuélien de pratiquer une politique de répression et de persécution des dissidents, une accusation que le Venezuela qualifie de « fausse » parce qu'il oublie de mentionner les violences et les actions contre la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela réalisées par l'opposition vénézuélienne depuis 2002.

 

Le rapport A/HRC/41/18 ne répercute pas les informations officielles données par le Gouvernement en matière de santé publique, de mortalité infantile, les avantages procurés par le Carnet de la Patrie, les droits collectifs des peuples indigènes et la liberté de la presse qui existent dans le pays et qui ont été reflétées lors de la visite de la Haute Commissaire.

 

Selon le Gouvernement du Venezuela, l'OACNUDH n'a pas non plus évalué l'impact des mesures coercitives des Etats-Unis et recommande au Gouvernement d'adopter des résolutions pour s'occuper de la situation des Droits de l'Homme alors qu'il s'abstient de souligner que le blocus du Venezuela doit être levé comme l'ont demandé plusieurs procédures spéciales du Conseil des Droits de l'Homme.

 

Concernant l'économie vénézuélienne, il soutient qu'elle était déjà en crise avant l'imposition des mesures coercitives unilatérales de 2017 et oublie de considérer l'impact de la baisse du prix du baril de pétrole à partir de 2014, suite aux mesures prises par le Gouvernement des Etats-Unis, ce qui a pour conséquence la chute du prix du pétrole et par suite, des revenus de la République qui sont passés de 43 690 millions de dollars en 2013 à 38 109 millions de dollars en 2014.

 

Le rapport recommande de libérer toutes les personnes emprisonnées « pour des raisons politiques » au Venezuela. Cette recommandation est inapplicable et par conséquent erronée, selon le Gouvernement, car au Venezuela, il n'y a pas de personnes emprisonnées pour cette raison.

 

Après avoir réalisé son évaluation, le Gouvernement vénézuélien a demandé directement au Bureau de la Haute Commissaire des Nations Unies de prendre les mesures nécessaires pour corriger les erreurs contenues dans le rapport A/HRC/41/18, avant de le publier.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2019/07/04/venezuela-llama-a-la-onu-ddhh-a-corregir-70-errores-en-su-informe/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/07/venezuela-70-erreurs-dans-le-rapport-de-bachelet.html