Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Le « Groupe de Lima  » conspire à Buenos Aires 

4 Août 2019, 16:47pm

Publié par Bolivar Infos

Par Tony López R

Les Etats-Unis poursuivent leurs plans militaires pour envahir le Venezuela. Désespérés par les échecs qu'ils ont subis pour chasser du pouvoir Nicolás Maduro, ils ont poussé, depuis Washington, le député Juan Guaidó à invoquer le Traité Inter-américain d'assistance Réciproque (TIAR).

 

Tenant compte du fait que le Venezuela, depuis 2013, ne fait plus partie du TIAR, au mois de mai dernier, Guaidó a annoncé que l'Assemblée Nationale (AN) dans l'illégalité allait approuver le retour du pays dans le TIAR et début juillet, il faisait savoir qu'une fois accomplies les formalités, tout serait prêt pour que le Venezuela soit réintégré dans le TIAR.

 

Tout cet attirail de caractère officiel pour, à travers ce mécanisme régional de défense, soutenir les plans militaires des Etats-Unis et que ce soit les forces militaires des 15 pays membres du TIAR qui mènent à bien cette action militaire de vandalisme. Ce qui indique que les Etats-Unis ne veulent pas ou ne peuvent pas utiliser leurs propres forces militaires car cette aventure aurait un coût politique interne élevé.

 

La procédure en cas de véritable danger pour al région établit que les chanceliers des pays membres du TIAR doivent se réunir à la demande expresse de l'Etat affecté.

 

Dans cette affaire, Guaidó ne représente pas le Pouvoir Exécutif et ne peut pas représenter l'Etat vénézuélien car il n'est que président de l’Assemblée Nationale dans l'illégalité et par conséquent, il viole la Constitution et commet un grave délit. D'autre part, Venezuela n'est plus membre de l'OEA et bien qu'Almagro sape le Droit International et viole la Charte de l'OEA en imposant un ambassadeur qui ne représente pas l'Etat vénézuélien et n'est pas accepté par plusieurs pays membres, on ne voit pas de possibilité pour que le TIAR soit activé par l'OEA.

 

Tout cela n'est rien d'autre qu'un grand cirque médiatique et un complot des Etats-Unis, de la droite vénézuélienne vaincue et des pays alliés des Etats-Unis, en particulier la Colombie, le Brésil, l'Argentine et le Chili qui soutiennent Trump dans cette manœuvre répugnante pour s'emparer du pouvoir au Venezuela et voler les richesses du peuple vénézuélien comme ne cesse de le dénoncer la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodríguez.

 

Les déclarations ridicules et arrogantes faites par le conseiller de la Maison Blanche chargé des relations avec l'Amérique Latine, Mauricio Claver-Carone, à l'agence EFE le 23 juillet dernier, à a fin de la réunion du « Groupe de Lima  » est l'expression la plus éloquente du fait que le Gouvernement de Washington est devenu complètement fou dans sa politique étrangère. Il a dit : « Il est temps que Washington et le Groupe de Lima « offrent une issue » au président Maduro rapidement et a menacé de l'amener devant la Cour Pénale Internationale et « de prendre des mesures beaucoup plus dures. »

 

Ces déclarations, du fonctionnaire yankee et de chanceliers, comme celles du Colombien Carlos Holmes Trujillo, qui de Buenos Aires, a annoncé qu'avec le chancelier brésilien, ils avaient apprécié les déclarations du délégué nord-américain Claver- Carone à la réunion du  Groupe de Lima concordent parfaitement avec celles du chancelier argentin Jorge Faurie publiées par la presse de Buenos Aires, qui déclare qu'une intervention militaire peut être une solution et suggère d'invoquer le TIAR.

 

Ces dernières semaines, l'offensive des Etats-Unis contre le Venezuela et Cuba a redoublé. Ils menacent cette dernière de bloquer les bateaux qui transportent du pétrole vers l'Ile, entre autres menaces économiques, si Cuba ne cesse pas de soutenir le Venezuela. Mais cette insolente et grande provocation a reçu du président cubain Miguel Díaz Canel une réponse ferme.

 

Il est évident que les Etats-Unis et leurs alliés dans a région et en Europe préparent de nouvelles manœuvres contre la Patrie de Bolívar et de Chávez. Dans le domaine militaire, on a dénoncé les actes d'espionnage militaire grâce à la pénétration d'avions dans l'espace aérien vénézuélien, les déclarations de l’amiral Craig Faller, chef du Commandement Sud, qui, plus d’une fois, a déclaré qu'on n'écartait pas une intervention militaire au Venezuela avant la fin de cette année.

 

Le Venezuela doit être prêt à détecter et à répondre rapidement aux actions de sabotage du système électrique, téléphonique, cybernétique et surtout à l’augmentation de al pénétration de groupes paramilitaires colombiens et vénézuéliens sur la vaste et longue frontière qu'il partage avec la Colombie.

 

Ne pas oublier qu'avec la complicité du Gouvernement d'Uribe Vélez (2002-2010), ce travail d'entrainement et de formation de groupes paramilitaires au Venezuela pour renverser le président Chávez était sous la responsabilité de Salvadore Mancuso et Rodrigo Pupo Tovar (a) Jorge 40, des chefs du trafic de drogues à cette époque-là et qu'aujourd'hui, cette complicité n'a pas disparu avec l'arrivée du Gouvernement Duque-Uribe et qu’ils opèrent encore sur la frontière.

 

Ce lobby que mettent en place les politiciens de droite et la social-démocratie dans notre région contre le Venezuela, il faut lui répondre par une radicalisation non seulement dans le discours et dans les déclarations mais aussi dans les actions concrètes et les actions de masse comme nous en donne l'exemple le peuple portoricain.

 

Alerte, avec l'invitation que le ministre des Affaires Etrangères du Pérou, Néstor Popolizio, a lancée aux chanceliers pour le 6 août prochain à traiter le problème du Venezuela, une réunion à laquelle il dit avoir invité 100 pays dont la Russie, la Chine, Cuba et la Turquie, mais ni le Gouvernement ni l'opposition vénézuélienne. Ne pas oublier que c'est ce même Gouvernement qui, avec Luis Almagro et en suivant les directives des Etats-Unis, ont formé cet agressif et belliqueux  Groupe de Lima. La conspiration de Buenos Aires continue.

 

Dans le domaine politique, on ne peut pas ne pas tenir compte des actions de certains politiciens influents qui, partis de positions de gauche, partagent à présent tout à fait la politique des Etats-Unis et qualifient le président Nicolás Maduro de dictateur comme l'ex-président uruguayen José Mujica qui a réalisé une volteface inexplicable qui peut avoir des répercussions négatives pour lui-même et pour le Front Large aux prochaines élections. S'ils pensent qu'en tenant le discours de droite ils pourront renverser la droite uruguayenne, ils se trompent, il n'y a pas de pire conduite en politique de celle du guépardisme.

 

Le plus important de toute dette offensive déchainée par les Etats-Unis et leurs alliés latino-américains se produit au moment où précisément le Gouvernement et l'opposition se réunissent à La Barbade sous les auspices du Royaume de Norvège et de son Gouvernement et avec l'appui du Gouvernement de La Barbade pour trouver des solutions à la crise et où les informations concernant ces conversations sont encourageantes et positives.

 

Il ne semble pas insensé d'affirmer que les actions des Etats-Unis, du Groupe de Lima et la convocation d'un groupe de pays par le Gouvernement péruvien pour traiter le problème vénézuélien le 6 août prochain ne sont rien d'autre que la ratification du fait que ces Gouvernements et ces groupes, ce qui les intéresse n'est pas de chasser Nicolás Maduro de la présidence mais de liquider la Révolution Bolivarienne qui a rendu au peuple sa véritable indépendance, sa véritable souveraineté et sa véritable liberté dont il n’a pas joui pendant les années de gouvernements nés du Pacte de Punto Fijo.

 

Et voler ses richesses... Ne pas oublier les décorations de l'ex-ministre de la Colombie, Mauricio Cárdenas, qui a déclaré que l'élimination de la Révolution Bolivarienne produirait 70 000 000 000 de dollars de bénéfice pour la la Colombie dans la reconstruction du pays.

 

Mobiliser les masses et affronter la droite par la loi et la raison comme réaliser des actions nationales, continentales et mondiales, demander la libération de Lula et diffuser toutes les informations qu'on a sur la façon dont Sergio Moro a conspiré pour empêcher Lula d'être président du Brésil et,plus injuste encore, l'emprisonner alors qu'il est innocent ou du moins que rien de ce dont on l'accuse n'a été prouvé.

 

Dénoncer et organiser des actions de protestation pacifiques de masse contre les sanctions que les Etats-Unis imposent de façon irrationnelle et perverse au Venezuela, à Cuba et au Nicaragua.

 

Le Gouvernement des Etats-Unis est très préoccupé par le succès obtenu par le Venezuela dans l’organisation de la réunion du Mouvement des Pays Non-alignés, les résolutions et les accords qui y ont été pris, en juillet dernier, à Caracas et à laquelle ont assisté des délégués de 120 pays dont les Gouvernements ne reconnaissent comme légitime que le Gouvernement de Nicolás Maduro comme l'affirme la déclaration finale de ce conclave.

 

De même, le succès obtenu par le Venezuela à la XXV° réunion du Forum Paulo à laquelle ont participé plus de 150 organisations et partis politiques de gauche et quelques 700 délégués non seulement d'Amérique Latine, mais aussi d'Europe et d'autres latitudes, réunion au cours de laquelle a été mis en évidence le soutien au Gouvernement légitime de Nicolás Maduro et les actions qu'ils vont entreprendre dans leurs pays respectifs pour conjurer la campagne contre le Venezuela déchaînée sur les réseaux sociaux au service des Etats-Unis et de la droite internationale.

 

Evidemment, ces 2 événements internationaux dans lesquels d'importants accords ont été pris, ont été totalement occultés par tous les médias de droite non seulement aux Etats-Unis et en Amérique Latine, mais aussi en Europe et dans le reste du monde, une action en totale harmonie avec la politique de guerre de quatrième génération : taire absolument ce qui peut causer des dommages au travail de mensonges et de discrédit contre Maduro et le Venezuela.

 

Les peuples de Notre Amérique doivent être en alerte face à la politique démentielle du Gouvernement de Donald Trump contre le Venezuela qui est devenu le centre du débat non seulement au Venezuela mais aussi dans le monde. L'objectif doit être d'éviter les violences et toute action qui amène à provoquer une intervention militaire et ainsi pouvoir dire fièrement que l'Amérique Latine et les Caraïbes sont une zone de Paix.

 

La Havane, Cuba 1° août 2019.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2019/08/02/venezuela-el-grupo-de-lima-conspira-en-buenos-aires-contra-el-gobierno-revolucionario/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/08/venezuela-le-groupe-de-lima-conspire-a-buenos-aires.html