Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bolivie : Le Gouvernement de fait engage des agents israéliens 

27 Décembre 2019, 18:10pm

Publié par Bolivar Infos

 

Pour contrecarrer les partisans de Morales, le nouveau « ministre » de l'Intérieur bolivien a engagé des agents anti-insurrection israéliens sous prétexte que ceux-ci sont compétents pour « contrôler les groupes terroristes. »

 

L'influence d'Israël en Amérique Latine ne date pas d'aujourd'hui. Si le Venezuela et l'Argentine lui ont échappé, c'est parce que la présence de dirigeants de gauche et la vague du chavisme ont fait obstacle aux actions des agents de sécurité israéliens.

 

Le journaliste étasunien Wayne Madsen a écrit dans un article publié le 17 décembre sur le site d'Alt World qu'avec le renversement des Gouvernements progressistes dans toute l'Amérique Latine et leur remplacement par des régimes néofascistes de droite, les conseillers israéliens anti-insurrection, plus connus comme « trafiquants de la mort » sont revenus en Amérique Latine. Les Gouvernements de droite au Brésil, en Bolivie, en Colombie, au Pérou, en Equateur, au Honduras, au Paraguay, au Guatemala et au Chili, inquiets d'en finir avec la vague de protestations, ont invité les Israéliens à revenir dans leur pays pour les conseiller. Certains de ces pays cherchent le dépeuplement des régions indigènes de façon aussi systématique que ce que le régime israélien a fait avec les Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem Est.

 

Pendant la vague socialiste en Amérique Latine, les Gouvernements progressistes ont soutenu les Palestiniens et ont évité les relations proches avec Israël. Certains dirigeants progressistes comme Hugo Chávez au Venezuela et Evo Morales en Bolivie ont rompu les relations avec Israël à cause de ses crimes contre le peuple palestinien à Gaza. Dans le contexte du récent renversement de Morales par un coup d'Etat militaire de droite et des sanctions étasuniennes qu'affronte le successeur de Chávez, Nicolás Maduro, les Israéliens qui font commerce de l'anti-insurrection sont fréquemment vus dans les capitales latino-américaines où la droite et même l'extrême-droite est arrivée au pouvoir. En utilisant une logique presque talmudique, le Gouvernement israélien pense que pour lutter contre les Gouvernements pro-Palestiniens qui ont des relations amicales avec l’Iran, il est acceptable de traiter avec le président brésilien Jair Bolsonaro qui, par le passé, a exprimé son admiration pour Adolf Hitler et Benito Mussolini, signale Wayne Madsen.

 

L'héritage de la sécurité israélienne en Amérique Latine est quelque chose d'infâme qui se traduit par le soutien à des dictateurs génocidaires comme la dictature argentine ou guatémaltèque. Avec l'avènement du « printemps socialiste » en Amérique Latine, les marchands de mort israéliens ont réduit dans une grande mesure leurs activités là ou ont cherché de nouvelles perspectives en Afrique, dans les Balkans et dans l'Asie du Sud. Après le renversement de Morales, le dernier dirigeant issu du « printemps socialiste » tombé en Amérique du Sud, les commerçants de l'anti-insurrection israéliens ont vu s'ouvrir un nouveau marché quand le nouveau « ministre » bolivien de l'Intérieur, Arturo Murillo, a choisi l'aide israélienne pour développer la capacité de son escadron de la mort récemment formé, le « Groupe anti-terroriste » qui, selon lui, a pour objectif de lutter contre les « terroristes. » Dans son langage, les « terroristes, » ce sont les Boliviens fidèles au président renversé Morales et les indigènes : les Aymara (l'ethnie de Morales) et les Quechua, les Chiquitanos, les Guaraníes et les Moxenos, explique Wayne Madsen.

 

La raison pour laquelle le nouveau « ministre » de l'Intérieur Murillo a choisi les Israéliens comme conseillers en sécurité a été expliquée dans une interview qu'il a accordée à Reuters. Il a dit : « Ils ont l'habitude de traiter avec des terroristes. Ils savent comment les traiter. » Murillo, évidemment, fait allusion à la brutale répression du peuple palestinien par Israël, un traitement inhumain que les compagnies militaires et du renseignement israéliennes ont réussi à empaqueter avec du matériel et des conseillers, comme produit d'exportation. L'engagement de Murillo d'établir un état de surveillance dans le style israélien s'exprime clairement dans son avertissement destiné à un groupe d'activistes pro Droits de l'Homme argentins qui sont venus en Bolivie pour voir de leurs yeux les violations des Droits de l'Homme contre des membres du « Mouvement Vers le Socialisme » (MAS), dirigé par Morales et contre les peuples indigènes.

 

Murillo a averti lesArgentins et les autres activistes étrangers en disant : « Nous recommandons que ces étrangers récemment arrivés fassent attention. Nous vous regardons, nous vous suivons. Il n'y a aucune tolérance envers le terrorisme, la sédition ou les mouvements armés. Tolérance zéro. » Cet avertissement est presque une copie au carbone de l'avertissement émis par Israël envers les travailleurs de l'aide internationale qui ont essayé d'aider la population de Gaza, dit Madsen.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2019/12/26/bolivia-denuncian-que-regimen-de-facto-contrata-agentes-israelies/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/12/bolivie-le-gouvernement-de-fait-engage-des-agents-israeliens.html