Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nicaragua : Nicaragua et COVID-19 - le secret le mieux gardé des médias occidentaux

7 Avril 2020, 17:10pm

Publié par Bolivar Infos

L'un des secrets les mieux cachés dans la cacophonie de la panique et du terrorisme médiatique provoqués par l'actuelle pandémie COVID-2019 est la réussite avec laquelle le Nicaragua, un petit pays pauvre situé dans l'une des régions les plus exposées au changement climatique de la planète, a confronté l'arrivée du nouveau coronavirus.

 

Avec 6,5 millions d'habitants, le Nicaragua n'avait, au 5 avril, que 6 cas de COVID-19, tous importés, dont 3 étaient actifs, 2 ont été guéris et un, malade du sida, est décédé. En même temps, les autorités ont maintenu sous étroite surveillance une dizaine de personnes qui, bien qu'ayant été testées négatives, continuent à être suivies par précaution.

 

En comparaison, dans la région d'Amérique centrale, à cette même date, il y avait 4 598 cas confirmés de COVID-19 dont 4 360 étaient actifs, 167 morts et 71 guéris. En Amérique centrale, seul le Belize, avec moins de 400 000 habitants, compte moins de cas confirmés que le Nicaragua, avec 5 cas, tous actifs.

 

En termes de cas par million d'habitants, le Nicaragua a le nombre de cas le plus faible de toute la région, avec 0,93 cas. Il est suivi par le Guatemala, avec 4,22 cas, le Salvador, avec 9,56 cas, le Belize, avec 12,24 cas, le Honduras, avec 32,54 cas, le Costa Rica, avec 89,76 cas, et le Panama, avec 471,22 cas par million.

 

Il convient de noter que les deux pays avec lesquels le Nicaragua a des frontières étendues et poreuses (le Honduras au nord et le Costa Rica au sud) ont des niveaux d'infection beaucoup plus élevés.

 

De même, dans deux pays caractérisés par des mesures draconiennes de confinement et de couvre-feu pour faire face à la pandémie (El Salvador et Honduras), les taux d'infection par million d'habitants sont également beaucoup plus élevés qu'au Nicaragua.

 

Les secteurs liés à la tentative de coup d'État violente et ratée de l'opposition en 2018 au Nicaragua affirment que les chiffres du gouvernement sont faux et qu'il ne fait rien pour lutter contre la pandémie. Ils affirment qu'il y a si peu de cas confirmés parce que les tests massifs de COVID-19 n'ont pas été appliqués à la population.

 

Ces arguments ne sont viables que pour la consommation à l'étranger et pour certains groupes très éloignés de l'opinion nationale dans le pays, vivant en fait une illusion, puisque pour toute personne normale vivant au Nicaragua la situation n'est évidemment pas comme ça.

 

Il est clair qu'aucun centre de santé au Nicaragua n'est submergé de personnes présentant des symptômes respiratoires. Selon les déclarations du directeur général du ministère de la santé, les cas de pneumonie en avril dernier, qui augmentent généralement à l'échelle nationale, affichent des niveaux inférieurs à ceux de l'année dernière. L'année dernière, la population a reçu environ un million de vaccins contre la grippe (B, H1N1 et H3N2), tandis que le vaccin anti-pneumocoque a été administré aux personnes âgées et aux personnes souffrant de maladies chroniques.

 

D'autre part, où sont les protestations contre le manque d'action du gouvernement face à la pandémie ? Nulle part, seulement dans le cyberespace, dans l'esprit fiévreux des personnes basées à Miami et dans certains pays de l'Union européenne.

 

La réponse du gouvernement Sandiniste à l'urgence de COVID-19 repose sur un certain nombre de piliers :

 

Tout d'abord, le développement d'un État social fondé sur l'État de droit qui a donné la priorité aux droits sociaux et économiques de la population, en particulier la santé, l'éducation et le droit à l'alimentation. Au Nicaragua, contrairement à la propagande des médias occidentaux, il n'existe pas de relation antagoniste entre l'État et la population, qui dans sa grande majorité (même parmi une grande partie de la minorité de l'opposition) est convaincue que la police et les autorités sanitaires recherchent le bien public.

 

Le deuxième pilier a été le développement le plus large possible de la santé publique. Il ne faut pas oublier qu'une véritable politique de santé publique au Nicaragua n'a commencé qu'avec le renversement de la dictature de Somoza en 1979 et le triomphe de la révolution Sandiniste. Avant le 19 juillet 1979, les secteurs populaires les plus pauvres ont été contraints de vendre leur sang à une société de plasmaphérèse pour survivre alors que les maladies endémiques étaient répandues dans un pays où plus de la moitié de la population ne savait ni lire ni écrire.

 

La première étape de la révolution Sandiniste dans les années 1980 a été marquée par des campagnes massives de vaccination, de prévention et d'hygiène, ainsi que par la formation du personnel de santé et le développement des infrastructures sanitaires, le tout au milieu et en dépit d'une guerre terroriste sanglante promue par les États-Unis. Cette politique était en effet un élément fondamental du programme historique du Front Sandiniste de Libération Nationale, formulé bien des années avant le triomphe de 1979. Toute cette infrastructure humaine formée dans les années 1980, basée sur la valorisation de la santé comme un droit fondamental et inaliénable, a résisté à la contre-réforme néolibérale de 1990-2007, qui visait à privatiser totalement la santé. Ainsi, lorsque le Front Sandiniste est revenu au gouvernement en janvier 2007, il a pu mettre en œuvre le modèle de santé communautaire qui a fait ses preuves et qui est aujourd'hui confronté à l'émergence de COVID-19.

 

Au cours des 13 dernières années, le gouvernement Sandiniste a construit 18 hôpitaux : 15 primaires, 1 départemental et 2 nationaux, tous fonctionnant gratuitement. À moyen terme, il est prévu de construire 15 autres hôpitaux, dont six sont déjà en construction, dont deux grands hôpitaux à León et à Ocotal. En outre, d'innombrables centres de santé et postes de santé ont été construits ou remis à neuf dans tout le pays, ainsi que des foyers maternels dans le système primé de soins de maternité pour les femmes des zones rurales du Nicaragua. De plus, et comme si cela ne suffisait pas, il existe un programme massif qui, tout au long de l'année, visite activement les quartiers urbains et les communautés rurales, semaine après semaine, pour fournir des informations et des soins médicaux gratuits à la population qui, pour différentes raisons, ne peut pas se rendre dans un centre de santé.

 

À tout cela, il faut ajouter la récente inauguration d'un laboratoire moderne de biologie moléculaire approuvé par l'OMS, capable d'analyser et de tester diverses maladies, y compris COVID-19. Ce laboratoire est le deuxième plus avancé de la région. En outre, depuis la fin de 2018, le Nicaragua dispose d'une usine de médicaments capable de produire 12 millions de vaccins antigrippaux par an. Il est prévu d'y produire le médicament cubain Interféron Alfa-2B, qui a été utilisé avec succès pour traiter les patients atteints de COVID-19.

 

Parallèlement au développement de cette base matérielle, le modèle Sandiniste de santé familiale et communautaire, formulé conceptuellement dès 2008, dispose d'une vaste infrastructure sociale sous la forme de réseaux sectoriels, municipaux, départementaux et nationaux qui mobilisent les ressources sanitaires publiques, communautaires et privées qui promeuvent depuis de nombreuses années toutes sortes de campagnes sanitaires, notamment pour prévenir des maladies telles que la dengue, le zika et le chikungunya, en plus de toutes leurs autres tâches sanitaires.

 

Plusieurs mois avant l'alerte sur COVID-19, en juillet de l'année dernière, le gouvernement avait déjà déclaré une alerte épidémiologique pour combattre les maladies mentionnées ci-dessus. En fait, depuis de nombreuses années, le Nicaragua, en raison de sa situation géographique, se trouve dans une situation d'alerte épidémiologique permanente, laquelle les autorités confrontent en collaboration avec les communautés locales, donnant au pays un meilleurs niveaux de santé ainsi qu'une grande expérience dans la lutte contre ce type de menace.

 

En raison de ses caractéristiques physiques, le Nicaragua est obligé de disposer d'un système d'alerte pour tous les types de menaces, y compris les menaces épidémiologiques, climatiques (par exemple les ouragans),et tectoniques (sismologiques et volcaniques).

 

Comme on peut le voir sur le site web du ministère de la santé, il est faux de dire que le gouvernement ne rend pas compte de l'évolution de la pandémie dans le pays, en plus des conférences de presse quotidiennes effectuées par ses représentants et des abondantes informations fournies par les médias. De même qu'au Nicaragua, la liberté de désinformation est sans restriction, puisque pas un seul des médias de droite de “fake-news” n'a été fermé.

 

Depuis fin février, le gouvernement nicaraguayen a annoncé la politique à suivre face au coronavirus :

 

Le Nicaragua n'a pas instauré, et n'instaurera pas, de quarantaine d'aucune sorte.

Les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 et qui ont également un lien avec une personne atteinte de la maladie avérée sont admises dans une unité de santé pour étude et suivi.

 

Celles dont le test COVID-19 est également positif sont admises dans l'un des centres de traitement des patients atteints de la maladie.

 

Les personnes admises en provenance de pays à risque (tels que définis par l'OMS) ne seront pas empêchées de se déplacer à l'intérieur du pays, mais seront averties des mesures de précaution à prendre et se verront demander un numéro de contact et une adresse pour le suivi par téléphone et les visites.

 

Le 21 janvier, le lendemain du jour où les autorités chinoises ont signalé un troisième décès dû au COVID-2019 et 200 personnes infectées dans la province de Hubei, ainsi que des dizaines de personnes infectées dans d'autres pays asiatiques, le ministère nicaraguayen de la santé, en collaboration avec l'Organisation panaméricaine de la santé, a annoncé l'alerte épidémiologique.

 

Dix jours plus tard, la Commission inter-institutionnelle chargée de faire face à l'urgence avait élaboré un protocole détaillé, basé sur ses propres expériences et celles de l'OMS, couvrant tous les aspects de la stratégie de lutte contre la pandémie, qui est mis à jour mois après mois au fur et à mesure de l'avancée des connaissances sur le nouveau coronavirus et la COVID-19.

 

Le protocole contient des mesures détaillées sur la surveillance épidémiologique, les procédures de laboratoire et d'échantillonnage, l'organisation des services de santé, l'organisation inter-institutionnelle, les plans de communication, etc.

 

Au cours des premières semaines, tout le personnel de santé a été formé et toutes les infrastructures médicales nécessaires pour faire face à la pandémie ont été préparées, y compris l'inauguration le 3 mars du laboratoire de biologie moléculaire mentionné ci-dessus, qui permet de tester le nouveau coronavirus.

 

Déjà le 12 mars, les présidents d'Amérique centrale (à l'exception de celui du Salvador) ont participé à une conférence virtuelle pour coordonner les actions face à la pandémie. En outre, le gouvernement nicaraguayen a organisé des réunions avec ses voisins frontaliers, le Costa Rica et le Honduras, afin de coordonner les efforts de lutte contre la pandémie. Il est certain que le Nicaragua n'a pas adopté d'attitudes stridentes et conflictuelles, mais plutôt une collaboration totale dans l'effort commun pour faire face à la pandémie.

 

Un pays comme le Nicaragua, dépendant du commerce extérieur et des revenus du travail, sans grandes sources naturelles de revenus sous forme d'hydrocarbures ou d'autres ressources énergétiques, ne peut se permettre de "fermer" l'économie à la légère, encore moins dans une situation où, à l'époque, il n'y avait même pas eu de cas importés de COVID-19.

 

Au Nicaragua, la plupart des familles vivent d'un travail indépendant et dépendent de leur revenu quotidien. Cette situation est similaire à celle du Honduras et du Salvador, où les mesures de quarantaine draconiennes mises en œuvre ont entraîné de vives protestations populaires et des violations de la quarantaine décrétée par ces gouvernements. Au Salvador, l'interruption de l'acheminement des paiements de soutien de 300 dollars a entraîné des protestations et des pillages. Au Honduras, l'incapacité à livrer à la population la nourriture promise a forcé les gens à descendre dans la rue.

 

Le Nicaragua, qui présente des similitudes avec la stratégie suédoise de lutte contre la pandémie, fonde sa stratégie sur la confiance dans la capacité de la population à prendre des mesures préventives tout en évitant autant que possible de restreindre l'activité économique.

 

En outre, le Nicaragua combine ce travail d'éducation à la santé publique avec un système de détection des cas possibles de COVID-19, allant des postes de douane, des ports et des aéroports au travail avec les populations frontalières tant au nord avec le Honduras qu'au sud avec le Costa Rica, et aussi avec les activités des centres et postes de santé dans tout le pays ainsi que des structures de la société civile dans tous les quartiers et régions.

 

Le Nicaragua est un petit pays, il est très difficile de cacher une situation de la gravité d'une infection COVID-19. Les autorités sanitaires ont jusqu'à présent pu trouver tous les cas suspects, non pas pour restreindre la liberté de la personne affectée, mais pour la suivre et l'aider.

 

Un événement fortement manipulé par la presse occidentale et par les médias putschistes au Nicaragua a été la marche "L'amour au temps de COVID-19" qui s'est tenue le samedi 15 mars. Cet événement national a été interprété de manière tendancieuse comme une manifestation de mépris pour la santé publique et pour les mesures de protection contre le coronavirus, alors qu'en fait, les médias du “pouvoir citoyen” qui soutiennent le gouvernement ont couvert les actualités liées au COVID-19 et promouvaient des mesures préventives contre le virus pendant quelques mois.

 

Le message transmis par les milliers de Sandinistes et de personnes qui soutiennent le gouvernement Sandiniste qui ont défilé devant tous les Nicaraguayens ce samedi était que nous ne devrions pas perdre la tête et "fermer" le pays, que nous devrions continuer à travailler mais prendre les mesures préventives recommandées dans les médias pendant des semaines.

 

Ce n'est que le 18 mars, avec le signalement du premier cas de coronavirus par un citoyen qui s'était rendu au Panama, que le Nicaragua a quitté la phase initiale de préparation pour entrer dans la phase des cas importés, dans laquelle il se trouve encore actuellement. Depuis lors, cinq autres cas ont été signalés, dont deux se sont rétablis, un est décédé et trois sont en cours de traitement.

 

Le 19 mars, maintenant que le Nicaragua est entré dans la phase deux de la pandémie, la vice-présidente Rosario Murillo a fait état de la formation de 250 000 brigadier sanitaires volontaires qui visiteront plus d'un million de foyers dans tout le pays. A ce jour, la plupart des foyers nicaraguayens ont été visités plus d'une fois pour suivre la situation du COVID-19 dans le pays.

 

Il convient de noter que tout ce travail ne se limite en aucun cas à l'information de la population et à la préparation du système de santé pour le COVID-19. Les programmes réguliers du système de santé sont toujours en place, ainsi que les journées d'opérations gratuites pour les personnes qui en ont besoin, etc. En même temps, la campagne de prévention COVID-19 est également menée parallèlement à la prévention de la grippe, du dengue, du zika, du chikungunya et d'autres maladies qui menacent la population.

 

Actuellement, le peuple nicaraguayen profite des vacances de Pâques en toute tranquillité et avec une grande responsabilité. De nombreuses personnes sont restées dans leur quartier avec leur famille, et les rues sont devenues des espaces de socialisation pour les voisins. Cependant, beaucoup d'autres ont préféré se rendre dans les différentes lacs et plages du pays, ou même participer à des activités religieuses, en évitant également les grandes foules et en respectant les règles d'hygiène.

 

Pour la semaine de Pâques, les employés de l'État ont bénéficié d'une pause du 4 au 15 ou au 17 avril (selon l'activité), et les étudiants jusqu'au 20 avril, dans une sorte de quarantaine douce pour l'ensemble du secteur, qui sert également à soigner les personnes appartenant à des groupes à risque de COVID-19 sans faire peser de fardeau sur les membres de la famille qui travaillent à leur compte.

 

L'évolution future de la pandémie au Nicaragua n'est pas encore connue. Il se pourrait, comme l'ont indiqué certains chercheurs américains, que les niveaux plus élevés de vaccination de la population avec le BCG contre la tuberculose (par rapport à ceux des pays euro-américains ainsi que des pays d'Amérique latine et centrale) se traduisent par un impact plus faible du COVID-19 au Nicaragua. Si tel est le cas, cela deviendrait un hommage aux campagnes de vaccination massives que le sandinisme a promu au cours des 40 dernières années.

 

Un autre élément à prendre en compte pour expliquer la faible incidence de cette pandémie au Nicaragua jusqu'à présent est le déclin du tourisme euro-américain suite à la tentative de coup d'état violent qui a été vaincue en avril 2018. Quoi qu'il en soit, plusieurs facteurs entrent en jeu à cet égard, notamment l'activité opérationnelle attentive, dépourvue d'hystérie, dont le gouvernement Sandiniste a fait preuve face à cette urgence.

 

Une chose est cependant certaine : si le gouvernement Sandiniste avait agi avant le COVID-19 comme ses voisins au Honduras et au Salvador, les pertes économiques auraient été énormes avant même d'entrer dans le pic de la pandémie dans notre région. Rappelons que les niveaux de contagion par million d'habitants en Amérique centrale sont encore bien inférieurs à ceux de l'Europe ou de l'Amérique du Nord. À la fin de Pâques, le Honduras et le Salvador auront subi des pertes énormes, contractant des dettes impayées et des dommages irréparables dans leurs relations avec la population.

 

Pendant ce temps, le Nicaragua attend toujours la pandémie sans contagion communautaire (jusqu'à présent), avec toutes les forces de son système de santé intactes, avec une expérience précieuse accumulée dans le traitement des quelques cas qui se sont produits, et avec une relation renforcée avec la population civile.

 

Le Front Sandiniste, et en particulier la direction du commandant Daniel Ortega avec la camarade vice-présidente Rosario Murillo, est un expert dans l'art de la manœuvre politique de masse, c'est-à-dire dans la manœuvre politique rapide et opérationnelle avec de larges masses de personnes organisées et disciplinées.

 

Il existe de nombreux exemples historiques de ce genre, par exemple : l'organisation en quelques mois de la Campagne nationale d'alphabétisation primée en 1979-80 ; l'organisation du Service militaire patriotique dans les années 1980 ; l'échange de la totalité de la monnaie nationale en moins de 24 heures en 1988 (qui a privé la Contra de milliards de córdobas qu’elle avait amené au Honduras) ; les années de retenue disciplinée face aux provocations incessantes du gouvernement de droite, jusqu'à la défaite du "coup d'État en douce" raté de 2018, lorsque de nombreuses personnes hors du Nicaragua ont cru à la défaite du Front Sandiniste.

 

Aux scénarios changeants de COVID-19, le gouvernement Sandiniste répondra de manière flexible mais décisive, en donnant la priorité aux secteurs les plus vulnérables afin d'affecter le moins possible l'économie populaire, conscient que, plus qu'une maladie à vaincre, COVID-19 est un défi à la capacité de fonctionnement de la société dans son ensemble, plus un virus de la société qu'un virus de l'individu.

 

(Publié, avec de sources, originalement sur

https://managuaconamor.blogspot.com/2020/04/nicaragua-y-la-covid-19-el-secreto.html)

 

https://blogs.mediapart.fr/nicaravoix/blog/070420/nicaragua-et-covid-19-le-secret-le-mieux-garde-des-medias-occidentaux