Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : L'Union Européenne collecte des fonds soi-disant pour les migrants vénézuéliens : L'Union Européenne collecte des fonds soi-disant pour les migrants vénézuéliens

28 Mai 2020, 17:39pm

Publié par Bolivar Infos

 

Les médias internationaux affirment que des représentants de 60 pays et d'organisations non gouvernementales et internationales ont participé mardi à la 1° conférence internationale de « donateurs pour  aider l'exode vénézuélien et les pays qui les accueillent. » Le texte affirme que 5 000 000 de personnes ont fui » ce qu'il appelle « la dictature de Nicolás Maduro. »

 

Le Gouvernement vénézuélien a condamné mercredi la conférence internationale des pays qui s'auto-intitulent « donateurs » organisée par l'Union Européenne pour soi-disant collecter des fonds pour « aider l'exode vénézuélien et les pays qui les accueillent. » Cet événement, réalisé par vidéoconférence avec des représentants de 60 pays et d'organisations de différentes sortes, aurait recueilli quelques 3 000 000 000 de $ entre prêts et dons.

 

Le Président Maduro a considéré que cette réunion était une « escroquerie » et a fait remarquer qu'on ne prend pas en considération le fait que beaucoup d'émigrants vénézuéliens sont victimes de xénophobie et de mauvais traitements. Jorge Rodríguez, ministre de communication, a fait remarquer qu'on ne permet pas au Venezuela d'accéder à ses ressources bloquées dans des banques internationales et qu'on ne permet pas non plus à des organisations multilatérales comme le PNUD d'avoir accès à ces fonds pour soutenir la lutte contre le COVID-19 dans le pays.

 

La chancellerie vénézuélienne a déclaré que cette réunion est un « événement médiatique politisé » et que sa position politique est évidente.

 

Cette conférence a été organisée par l'Union Européenne et l'Espagne et a le soutien des Etats-Unis, du Canada ou du Japon. Elle était présidée par le haut représentant de l'Union Européenne pour la Politique Etrangère, Josep Borrell, et par la ministre des Affaires Etrangères, Arancha González Laya. « Les organisateurs, en collaboration avec l'Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (ACNUR) et l'Agence Internationale pour les Migrations (OIM), cherchent à mobiliser des ressources pour la population et les communautés d'accueil, » disent les notes de presse à propos de cet événement.

 

Selon le journal El Mundo d'Espagne, plus de 2 544 000 000 d'euros auraient été collectés. Reuters affirme que ce sont 3 400 000 000 de $. La Banque Européenne d'Investissement aurait fait un prêt de 400 000 000 d'euros et l'Union Européenne devrait prêter 144 000 000. L' Espagne donnerait une contribution de 50 000 000 d'euros en 3 ans pour la Colombie, le Pérou et l'Equateur.

 

Si ces chiffres sont justes (aussi bien le nombre de migrants que les sommes d'argent), chaque migrant pourrait recevoir 600 euros.

 

Des dons pour le putschisme ?

 

L'année dernière, l'USAID (Agence des Etats-Unis pour le Développement) avait affirmé avoir remis plus de 400 000 000 de $ à des programmes dirigés par le député d'opposition Juan Guaidó incluant de soi-disant programmes d'aide à l'émigration vénézuélienne mais la signature par Guaidó d'un contrat portant sur 212 000 000 de $ avec l'entreprise privée de sécurité SilverCorp pour faire un coup d'Etat au Venezuela fait penser que ces fonds n'étaient pas destinés à aider les émigrants nécessiteux.

 

Le Président Maduro a évoqué mardi cette réunion : « Aujourd'hui, il y a eu une réunion pour parler de l'émigration au Venezuela d'un club d'escrocs qui utilisent le problème de la migration pour mal parler du Venezuela et pour réunir de l'argent pour le voler. C'est un club d'escrocs ! Ils ne parlent pas du fait que les migrants vénézuéliens sont chassés de leurs maisons et de leur travail, qu'il existe une persécution nazi-fasciste des Vénézuéliens. Ils ne disent pas qu'on les a contaminés en Colombie et qu'Iván Duque (président de la Colombie) vient parler de la migration vénéuzlienne. »

 

Et il a rappelé que 50 000 migrants vénézuéliens sont rentrés au pays depuis le début de la quarantaine due au COVID-19, et qu'on les soigne. On espère que 50 000 de plus rentreront : « La migration vénézuélienne fuit de Colombie, d’Équateur, du Pérou et du Brésil. Elle fuit les Gouvernements du Groupe de Lima! »

 

Mardi, la vice-présidente du Venezuela, Delcy Rodríguez, a à nouveau exigé la levée des sanctions et du blocage des comptes de l'Etat vénézuélien dans les banques internationales et elle amis l'accent sur le cas de l'or vénézuélien retenu par la Banque d'Angleterre qui refuse de remettre les fonds au PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) pour que cette organisation puisse aider le Venezuela dans sa lutte contre le COVID-19.

 

Le ministre de la Communication, Jorge Rodríguez, a déclaré : « Le Venezuela lutte contre un blocus féroce qui nous empêche même d'acheter du combustible indispensable pour transporter les aliments, les médicaments et les malades. On nous refuse même l'accès aux ressources qui sont à nus et ont été volées par des banques nord-américaines, par la Banque d'Angleterre qui nous a volé 1 200 000 000 de $ en or des réserves de la Banque Centrale. »

 

« Nous l'avons dit à l'Europe, aux Etats-Unis, à la Banque d'Angleterre, de remettre ces ressources au Programme des Nations Unies pour le Développement, à l'Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS), à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), pour qu'ils achètent les produits et affronter la pandémie. Mais ils refusent. »

 

Puis il a rappelé que le Venezuela a réussi à contenir le COVID-19, ce qui n'est pas le cas dans les pays du Groupe de Lima.

 

Communiqué de la Chancellerie :

 

La République Bolivarienne du Venezuela déplore le spectacle frauduleux organisé par un groupe de Gouvernements qui s'autoproclament « donateurs » dirigés par l'Union Européenne, qui cherche à tromper la communauté internationale pour légitimer leurs actions interventionnistes permanentes grâce à des promesses fausses et précaires, de fonds soi-disant destinés à s'occuper des migrants vénézuéliens.

 

Il s'agit d'un événement médiatique politisé, pris comme prétexte pour attaquer le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela dans le but inavouable d'essayer de cacher les plus récentes agressions économiques et les plus récentes opérations mercenaires contre le peuple vénézuélien.

 

En pratique, ce n'est rien d'autre qu'une nouvelle bagarre de ressources entre bureaucraties d’organismes internationaux et gestionnaires politiques sans relation aucune avec les besoins réels des migrants vénézuéliens. Une action de maquillage destinée à blanchir la honteuse soumission de l'Union Européenne de sa subordination notoire à la politique de changement de régime de Washington et de sa complicité avec les mesures coercitives unilatérales qui causent tant de dommages et de souffrance au Venezuela.

 

La soi-disant préoccupation de l'Europe pour la situation du COVID-19 au Venezuela est cynique alors que ce qu'on appelle les pays d'accueil et la plupart de ceux qui s'auto-intitulent « donateurs » sont les principaux foyers du coronavirus dans la région et dans le monde.

 

Ce sont précisément ces Gouvernements qui ont besoin de ressources et de dons pour affronter effondrement de leurs systèmes d santé, protéger la vie de leurs citoyens et rétablir leurs économies face au COVID-19.

 

Occulter le retour massif de migrants vénézuéliens à cause de la xénophobie, de la discrimination, des mauvais traitements et, plus récemment, de la pire gestion de al pandémie dans les pays d'accueil.

 

Depuis le milieu de 2019, des milliers de Vénézuéliens sont rentrés. Il faut noter qu'aucun d'entre eux ne témoignage avoir reçu un soutien ou une aide économique de ces Gouvernements grâce les soi-disant donateurs.

 

Le Venezuela affirme que ses institutions continueront à prendre soin des dizaines de milliers de migrants vénézuéliens qui rentrent aujourd'hui dans leur Patrie, fuyant la xénophobie esclavagiste, la persécution et l'expansion incontrôlée du COVID-19 dans les pays d'accueil et alerte le monde sur la transparence de l’utilisation et de la destination des ressources annoncées qui correspondent pour la plupart à des prêts bancaires, c'est pourquoi, plus qu'une conférence de donateurs, cet événement peut être qualifié de club de prêteurs et d'escrocs dont les Gouvernements et les banques ont gelé plus de 10 000 000 000 de $ du peuple vénézuélien ces dernières années. Une action honteuse dans un moment si difficile pour les peuples d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Amérique Latine. »

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://albaciudad.org/2020/05/club-de-donantes-union-europea-migracion-venezolana/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/05/venezuela-l-union-europeenne-collecte-des-fonds-soi-disant-pour-les-migrants-venezueliens-l-union-europeenne-collecte-des-fonds-soi