Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amérique Latine : Le Venezuela au centre de la tournée de Mike Pompeo

18 Septembre 2020, 17:53pm

Publié par Bolivar Infos

Le secrétaire d’Etat des Etats-Unis Mike Pompeo a débuté jeudi une tournée en Amérique du Sud au lieu des critiques à cause du caractère d’ingérence de sa visite dans plusieurs pays.

 

Le Suriname est le premier arrêt du fonctionnaire qui se rendra aussi au Guyana, au Brésil et en Colombie. C’est la première fois depuis des décennies qu’un haut fonctionnaire se rend au Guyana et au Brésil pour représenter les Etats-Unis.

 

Le chef de la diplomatie étasunienne se rend au Guyana seulement un mois et demi après l’installation du cabinet dirigé par le président Irfaan Ali. Celui-ci a souligné que ce serait un échange extrêmement important à un moment clef et alors que le pays « explore plusieurs initiatives pour accéder au capital. »

 

Mais plusieurs voix ont déclaré qu’il s’agit d’un échange stratégique avec le Venezuela en ligne de mire. Certains observateurs affirment que parmi les objectifs de cette visite, il y a celui d’impliquer Georgetown dans la stratégie du Gouvernement de Donald Trump destinée à renverser le gouvernement du président vénézuélien Nicolás Maduro.

 

L’arrivée de Pompeo se produit au milieu d’un différend territorial historique entre la République Bolivarienne du Venezuela et le Guyana à propos de la région de l’Esequibo, une affaire qui est sur la table de la Cour Internationale de Justice bien que Caracas ne reconnaisse pas l’autorité de cet organisme pour résoudre ce conflit.

 

Pour le dirigeant de l’opposition guyanaise, Joseph Harmon, beaucoup de questions se posent à propos de la visite du secrétaire d’Etat étasunien et le responsable de la coalition Alliance pour le Changement, Raphael Trotman, a averti sans mentionner Pompeo que « la visite d’un dignitaire étranger » peut causer de sérieux problèmes pour les relations de son pays et de celui qui est présidé par Nicolás Maduro.

 

 

Inquiétude régionale

 

Le Mouvement pour la Justice Sociale (MSJ), un parti de Trinidad et Tobago,   a exprimé son inquiétude et remis en question les motifs du secrétaire d’Etat étasunien. Son dirigeant David Abdulah a dit qu’il craignait que cette visite ne soit destinée à permettre que le territoire du Guyana soit utilisé pour favoriser une intervention militaire au Venezuela. « Ce serait une condamnation absolue de la position de la Communauté des Caraïbes, du CARICOM, que les Caraïbes soient une zone de paix, » a-t-il affirmé.

 

Il a souligné, en outre, que le président étasunien Donald Trump n’a pas caché son désir de voir un changement au Venezuela et qu’il a dit que si le gouvernement récemment élu du Guyana cédait, cela irait à l’encontre de la position de respect de la souveraineté des Etats.

 

Pendant ce temps, l’Organisation pour la victoire du Peuple (OVP), a affirmé dans un éditorial de. Presse qu’elle est opposée à la visite du diplomate étasunien.

 

« Nous pensons que son but principal est de persuader le régime du PPP de permettre que le Guyana soit utilisé pour attaquer le Venezuela. Les Etats-Unis comptent déjà sur l’aide du Brésil et de la Colombie, 2 membres du Groupe de Lima, pour encercler le Venezuela, » précise le document.

 

« Nous exigeons que le Gouvernement du PPP rejette toute proposition de Mike Pompeo qui foule aux pieds la souveraineté du Guyana et du Venezuela et le droit à l’autodétermination accordé par dieu, » conclut le message.

 

Les connotations de la visite de Pompeo

 

Bien qu’il ait laissé entendre que le problème du Venezuela en figure pas dans son ordre du jour, l’itinéraire que suit Pompeo prouve qu’il a d’autres intentions que ce qu’il dit.

 

Certains médias estiment que la partie la plus importante politiquement de sa tournée débutera vendredi à Boa Vista, la capitale de l’état brésilien de Roraima qui regroupe les émigrés vénézuéliens. Pompeo aura un échange avec son homologue brésilien, le chancelier Ernesto Araújo, un échange destiné à aborder la façon d’affronter ensemble ce qu’ils appellent les « menaces » pour la sécurité de cette zone, des menaces qu’ils attribuent au Venezuela.

 

Selon le Département d’Etat des Etats-Unis, Pompeo ira aussi à Bogotá. Là, il aura une réunion avec le président Iván Duque, samedi. Le chef de l’Etat colombien a attaqué le Venezuela à plusieurs occasions et a permis que son territoire serve de théâtre à des opérations faisant partie des plans de déstabilisation de la démocratie vénézuélienne.

 

Tous 2 « analyseront ensemble les efforts contre les menaces produites par le trafic de drogues et les groupes terroristes » qui, affirment-ils, se trouvent au Venezuela, alors que la Colombie est le plus important producteur de drogue du monde.

 

La Colombie est le principal allié de Washington dans la région et son Gouvernement est très actif dans le blocus diplomatique envers le Venezuela. Avec le Brésil, le Suriname et le Guyana, la tournée de Pompeo est composée de pays frontaliers avec le Venezuela, c’est pourquoi certains experts affirment qu’il s’agit d’isoler c epays.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2020/09/17/venezuela-en-el-centro-de-la-gira-de-mike-pompeo-por-latinoamerica/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/09/amerique-latine-le-venezuela-au-centre-de-la-tournee-de-mike-pompeo.html