Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: L’ONU, lieu d’affrontement, élections et diminution de la propagation du coronavirus

28 Septembre 2020, 16:49pm

Publié par Bolivar Infos

Coup d'oeil sur la semaine du 20 au 26 septembre 2020

Par Jesús A. Rondón

 

Le centre des informations, ces jours-ci, s’oriente vers le plan de la diplomatie, essentiellement aux Nations Unies où la 75e assemblée annuelle a réchauffé le débat politique interne. Sur le terrain des élections, il y a un ralentissement de l’activité publique, c’est pourquoi nous nous contenterons de faire un commentaire. Quant à la situation sanitaire, il y a de bonnes nouvelles : les contaminations baissent mais le taux de mortalité augmente faiblement.

 

L’ONU, lieu d'affrontement

 

Tous les forums mondiaux se sont réorganisés pendant la pandémie. Ils ne sont plus réalisés avec la présence sur place des participants et les dynamiques bilatérales ou multilatérales d’avant et d’après les rencontres ne sont plus visibles. L’assemblée annuelle de l’Organisation des Nations Unies n’y a pas fait exception, elle a été célébrée de façon virtuelle. Au siège des Nations Unies, à New York, il n’y avait que les représentants diplomatiques accrédités devant cet organisme.

 

Dans la plupart des pays, l’intervention du président à l’Assemblée Générale des Nations Unies n’a pas eu grande importance, disons qu’ils sont intervenus sans se distinguer. Au Venezuela, par contre, elle a été source de polémique à cause du comportement de l’opposition au Gouvernement en fonction. Le Président Nicolás Maduro a participé à l’Assemblée des Nations Unies comme prévu dans le programme officiel.

 

Dans son intervention, il a, entre autres choses, plaidé pour plus de coopération, en particulier entre les peuples du sud, il a dénoncé les agressions envers notre pays et envers Cuba et enfin, il a proposé de créer un fonds d’achats publics, sous la coordination des Nations Unies, pour garantir l’accès aux aliments et aux produits sanitaires sur les marchés qui ont interdit les opérations commerciales avec le Venezuela à cause des mesures coercitives unilatérales mises en place par le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

 

Peu de temps après l’intervention du Président Maduro, l’opposant Juan Guaido, se présentait sur une plateforme privée de réunions pour diffuser un message aux délégations des Gouvernements qui le reconnaissent comme président par intérim, dans le cadre de l’assemblée annuelle des Nations Unies. Comme on le sait, ces Gouvernements sont presque 60 et la plupart continuent à avoir des relations diplomatiques officielles avec la République Bolivarienne du Venezuela comme, par exemple, le Gouvernement de l’Etat Espagnol qui, selon la presse, a participé à l’activité de l’opposition mais a également coordonné avec la chancellerie vénézuélienne plusieurs vols destinés à rapatrier ses ressortissants et continue à avoir des relations consulaires et diplomatiques régulières avec la République Bolivarienne du Venezuela.

 

Qu’a dit Guaido ? Rien de nouveau :  il a lancé un nouvel appel à augmenter la pression internationale pour forcer Nicolás Maduro à quitter la présidence sous prétexte de ce qu’il a appelé « la responsabilité » de la communauté internationale  « de protéger » les Vénézuéliens. En d’autres termes, il met à nouveau en péril la souveraineté nationale et le bien-être de la population.

 

Des entreprises et des médias proches de l’opposition vénézuélienne ont commencé à mettre en place une matrice d’information qui donne l’image d’un pays à 2 têtes, disant que Maduro et Guaido se sont tous 2 adressés à de l’assemblée des Nations Unies, ce qui est absolument faux. C’est une astuce de communication destinée à réanimer l’image de l’opposant tombé en désuétude et en passe d’être remplacé.

 

C’est la seconde fois ce mois-ci que l’ONU est au sein d’une forte polémique : la première fois, c’était à cause de la présentation du rapport d’une commission qu’on a appelée « Mission de détermination des faits sur les violations des droits de l’homme depuis 2014 au Venezuela. » Cette commission a rendu publique une version préliminaire de son travail réalisé sans s’être rendue dans le pays et sans avoir eu de contact avec le Gouvernement vénézuélien dans laquelle elle présente une série de faits sur lesquels ils spéculent en mettant en péril la défense réelle des droits de l’homme.

 

Les élections

 

Dans tous nos articles, 13, nous avons établi un récit en fonction des faits, sans chercher à forcer le récit quand nous avions peu de faits. Mais c’est ce qui est arrivé ces derniers jours, c’est pourquoi nous nous contenterons de faire un commentaire.

 

La Conseil National Electoral rendra publique dans les prochains jours la liste des candidats de chaque organisation politique. Pour l’instant, on ne connaît que partiellement la liste des candidats du Grand Pôle Patriotique dans lequel le Parti Socialiste Uni du Venezuela est la force la plus importante et celle de l’Alternative Populaire Révolutionnaire qui se définit également comme chaviste et a à sa tête le Parti communiste du Venezuela avec ses propres candidats.

 

Ce qui reste un mystère, ce sont les candidats des organisations politiques d’opposition à la révolution bolivarienne qui ont décidé de participer aux élections législatives. On sait seulement que les candidatures ont été le fruit d’un violent débat et qu’elles provoquent des réactions du Gouvernement étasunien qui a déjà commencé à prendre des mesures coercitives contre certains des dirigeants qui ont participé aux négociations.

 

Moins de contaminations au coronavirus

 

Nous avons commencé la semaine de quarantaine radicale avec une stabilisation du nombre de cas par jour et par semaine qui, comme le disent les porte-parole officiels, peut être interprétée comme une diminution du rythme de croissance de la courbe de contamination. Samedi, les sources officielles ont fait savoir qu’on a diagnostiqué 71 940 cas dont 86 % sont guéris mais le nombre de mort a augmenté jusqu’à 600, une augmentation importante par rapport à la semaine dernière où il n’y en avait que 539.

 

Les données du « rapport statistique COVID-19 » du centre vénézuélien d ‘études sur la Chine en date du 26 septembre corroborent les déclarations officielles et en particulier le fait que 28 154 cas ont été détectés en août et 23 678 en septembre, ce qui laisse prévoir que le mois s’achèvera avec autant ou moins de cas. Par rapport à la région, le Venezuela reste invariablement à la 8e place mais on constate une croissance du taux en pourcentage de cas diagnostiqués (0,91 %) et des morts (0,24), et une légère baisse par rapport à la moyenne régionale (85,05 %). 

 

 

Si vous souhaitez commenter ce texte, demander qu’on approfondisse un sujet ou poser tout autre question en rapport avec ce texte, vous pouvez écrire à l’auteur : jesusalbertorondon@gmail.com

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

Jesús A. Rondón

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/09/venezuela-l-onu-lieu-d-affrontement-elections-et-diminution-de-la-propagation-du-coronavirus.html