Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : La bienvenue de l’Italie à Pompeo : « Pompeo, go home»

29 Septembre 2020, 16:14pm

Publié par Bolivar Infos

Par Geraldina Colotti

 

C’est ainsi que débute l’appel signé par des partis, des associations, des militants syndicaux et des militants pour la liberté des peuples qui condamnent la visite en Italie du secrétaire d’Etat étasunien Mike Pompeo. L’ex-chef de la CIA arrivera demain 29 à l’aéroport de Roma Ciampino, après une visite en Grèce.

 

En plus des réunions avec le Gouvernement italien, Pompeo en prévoit une au Vatican mais pas avec le pape Bergoglio, qui a décliné l’invitation sous prétexte que le pape ne peut recevoir de représentants de pays qui se trouvent en période électorale et que les élections aux Etats-Unis vont avoir lieu le 3 novembre.

 

Mais les déclarations grandiloquentes de Pompeo, qui avait demandé au pape de rompre l’accord avec le Gouvernement chinois signé il y a 2 ans qui devait être renouvelé dans les prochaines semaines, n’ont pas été bien reçues. « L’autorité morale du saint siège, a dit Pompeo, est en danger. »

 

Si on regarde derrière le puissant rideau de propagande, les Etats-Unis auraient de moins en moins de raisons de faire preuve de son habituelle arrogance impérialiste, en particulier depuis la pandémie de coronavirus, lors de laquelle les Etats-Unis ont enregistré un taux de mortalité 256 supérieur à celui de la Chine.

 

De plus,  les Etats-Unis dépendent de façon importante des importations de la Chine face à un affaiblissement progressif du dollar et à un inéluctable épuisement des réserves d’hydrocarbures dans un pays qui est le plus important consommateur de pétrole (et de drogues, soit dit en passant) bien qu’il ait 4 fois moins d’habitants que la Chine.

 

Un « empire » qui, si les agences de notation du risque n’étaient pas de grands comités d’affaires internationales, serait considéré comme un pays à risque. Mais pour conserver les bénéfices des 10% de riches qui possèdent 75% de la richesse du pays, les Etats-Unis ont le taux d’inégalité le plus fort de tous les pays occidentaux, il faut rétablir l’hégémonie en renforçant des alliances, y compris en Europe, grâce à l’économie de guerre et au complexe militaire et industriel.

 

Il est essentiel de s’approprier les pays du sud qui possèdent les ressources cruciales en soumettant les Gouvernements récalcitrants et en renforçant le « prestige » de ses gendarmes dans les zones stratégiques : Israël au Moyen Orient ou la Colombie en Amérique Latine.

 

Les signataires de l’appel écrivent : « L’ex-chef de la CIA est un criminel de guerre capable d’imposer des mesures coercitives unilatérales aux peuples pendant une pandémie pour les pousser à se révolter contre leurs Gouvernements légitimes et mettre à leur place des pantins du goût de la Maison Blanche. Un criminel de guerre qui a l’intention d’asphyxier le peuple palestinien, qui vient ici pour enfermer encore plus l’Italie dans l’économie de guerre de l’OTAN et l’intégrer dans la « guerre froide » contre la Chine. »

 

En effet, à l’ordre du jour des réunions de Pompeo, il y a les nouvelles mesures coercitives unilatérales imposées, en ce qui concerne le Venezuela bolivarien, même aux membres de l’opposition modérée qui, rejetant la voie du coup d’Etat soutenue par Trump, ont décidé de participer en masse aux élections législatives du 6 décembre.

 

Un rendez-vous auquel s’oppose aussi l’Union Européenne qui, au-delà des conflits commerciaux, finit toujours par se joindre aux Etats-Unis contre « l’ennemi commun » : c’est-à-dire le socialisme même dans la version « humaniste » proposée par                     le Venezuela bolivarien.

 

L’appel continue : « Nous dénonçons le féroce blocus économique, financier et commercial de Cuba, qui s’est encore plus exacerbé pour des raisons liées aux élections malgré la grande solidarité de ses médecins pendant le cours de la pandémie, y compris dans notre pays. « Nous dénonçons les constantes violations des droits de l’homme commises par le Gouvernement Trump envers le peuple du Venezuela avec la complicité de l’Union Européenne. Nous dénonçons le vol des entreprises et des actifs à l’étranger de la République Bolivarienne du Venezuela. Une véritable opération de piraterie internationale menée à bien par des banques européennes et étasuniennes également grâce à l’action du pantin « autoproclamé » Juan Guaidó: un Pinocchio pathétique qui sert de potiche décorative pour augmenter la pression sur le Venezuela. »

 

Un appel qui, en très peu de temps, a reçu de nombreuses et éminentes signatures des forces politiques non soumises aux Etats-Unis représentées par presque tous leurs principaux dirigeants : le Parti de la Refondation communiste-Gauche Européenne (Maurizio Acerbo, Marco Consolo …) à l’un des 2 porte-parole de Pouvoir Au Peuple Giorgio Cremaschi, au Parti Communiste (Marco Rizzo), au Parti Communiste Italien (Mauro Alboresi). De nombreuses revues comme Cumpanis, dirigée par Fosco Giannini, l’ex-sénateur de la République ou La Città Futura l’ont également signé.

 

Communiqué :

 

Nous, les signataires de cette lettre ouverte, associations, partis, collectifs, activistes syndicaux et pour la liberté des peuples, rejetons fermement la visite en Italie du secrétaire d’Etat étasunien Mike Pompeo.  L’ex-chef de la CIA est un criminel de guerre capable d’imposer des mesures coercitives unilatérales aux peuples pendant une pandémie pour les pousser à se révolter contre leurs Gouvernements légitimes et mettre à leur place des pantins du goût de la Maison Blanche.

 

Un criminel de guerre qui a l’intention d’asphyxier le peuple palestinien, qui vient ici pour enfermer encore plus l’Italie dans l’économie de guerre de l’OTAN et l’intégrer dans la « guerre froide » contre la Chine. 

 

 

« Nous dénonçons le féroce blocus économique, financier et commercial de Cuba, qui s’est encore plus exacerbé pour des raisons liées aux élections malgré la grande solidarité de ses médecins pendant le cours de la pandémie, y compris dans notre pays.

 

Nous dénonçons les constantes violations des droits de l’homme commises par le Gouvernement Trump envers le peuple du Venezuela avec la complicité de l’Union Européenne.

 

Nous dénonçons le vol des entreprises et des actifs à l’étranger de la République Bolivarienne du Venezuela. Une véritable opération de piraterie internationale menée à bien par des banques européennes et étasuniennes également grâce à l’action du pantin « autoproclamé » Juan Guaidó: un Pinocchio pathétique qui sert de potiche décorative pour augmenter la pression sur le Venezuela. »

 

Nous exigeons du Gouvernement italien qu’il respecte la volonté du peuple souverain et les institutions du Venezuela bolivarien qui est sur le point de célébrer de nouvelles élections législatives le 6 décembre prochain. C’est la 25e élection en 20 ans de socialisme bolivarien, un véritable laboratoire de démocratie participative dans lequel les secteurs populaires ont une voix et un bulletin de vote. A la différence de l’Italie et de la plupart des pays de l’Union Européenne où les citoyens sont exclus de la participation à cause d’une politique réduite à un peu de palais et destinée à sauvegarder les intérêts de quelques-uns.

 

Nous exigeons de l’Union Européenne quelle cesse immédiatement toute ingérence même celle qui est réalisée par l’intermédiaire de ce qu’on appelle le « Groupe de contact. »

 

Le peuple vénézuélien n’a pas besoin de protection. Il a déjà élu son président et son nom est Nicolás Maduro.

 

Aux prochaines élections, de ne sera ni Washington ni l’Union Européenne mais le peuple vénézuélien qui décidera de son propre destin.

 

Mike Pompeo n’est pas le bienvenu!

 

Bas les pattes de Cuba!

 

Bas les pattes du Venezuela!

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2020/09/28/italia-el-secretario-de-estado-de-ee-uu-llega-al-pais-y-un-llamamiento-le-da-la-bienvenida-mike-pompeo-go-home/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/09/venezuela-la-bienvenue-de-l-italie-a-pompeo-pompeo-go-home.html