Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Retour à la normale ? Nouvelles des élections législatives

26 Octobre 2020, 16:30pm

Publié par Bolivar Infos

Coup d’œil sur la semaine du 18 au 24 octobre 2020

 

 Par Jesús A. Rondón

Cette semaine a plus ressemblé à celles qui sont passées avant le 16 mars de cette année car les indicateurs de la pandémie de COVID-19 ont continué à baisser. Mais on ne peut pas considérer cela comme un retour à la normale car notre vie à nous, qui habitons le Venezuela est affectée par la mise en place des mesures coercitives unilatérales du Gouvernement étasunien et de ses alliés. Tant qu’elles persisteront, la vie dans le pays sera atypique. De plus, nous donnerons dans cette note des nouvelles des événements associés aux élections qui permettront de renouveler l’Assemblée Nationale, ce 6 décembre.

 

Est-il possible de revenir à la normale ?

 

La tendance au Venezuela concernant la propagation du coronavirus reste à la baisse, un comportement qui s’oppose à ce qu’on observe dans le monde et en particulier en Occident. Cette semaine, le Gouvernement Bolivarien a fait savoir que 89 142 ont été comptabilisés au 24 octobre sur lesquels  770 ont été mortels. Sur l’ensemble des cas positifs, 94 % sont des cas actifs, ce qui reflète une stagnation importante dela courbe des malades depuis au moins 4 semaines ainsi qu’une baisse des cas identifiés dans la région de la capitale mais pas du nombre de morts.

 

Dans ce cadre, le Gouvernement Bolivarien a continué à affiner la stratégie qu’il appelle 7 x 7 plus, qui consiste à autoriser le fonctionnement  d’activités différentes des activités essentielles chaque 7 jours. Cette semaine qui s’achève, le président Nicolás Maduro a autorisé de nouvelles activités à fonctionner parmi lesquelles les activités en relation avec le secteur du tourisme qu’on avait prévu d’autoriser à fonctionner début décembre et d’autres activités comme les activités de loisirs (parcs, plages, auto-cinémas entre autres) et la réception du public dans les services de l’Etat comme ceux concernant les impôts, l’électricité, les papiers d’identité et des communications. Chacun de ces services a des horaires particuliers d’ouverture. Enfin, en cette matière, il faut noter que le Gouvernement Bolivarien a engagé un dialogue avec les divers représentants des églises pour se mettre d’accord sur une stratégie qui permette de réaliser des cérémonies religieuses en garantissant les mesures de biosécurité.

 

Et maintenant, comment a été vécue cette semaine d’assouplissement plus ? Car nous disons qu’avec une certaine incertitude au début puisque les autorisations de fonctionnement des nouvelles activités ont été annoncées récemment, dimanche dernier, les entreprises de ces secteurs commenceront à programmer leurs activités au début de la semaine prochaine. Déjà, depuis le milieu de la semaine, la dynamique a été plus fluide. Cette situation a influé sur la croissance des déplacements  dans les villes bien qu’ils soient limités car la disponibilité du combustible pour les voitures n’est pas excellente et faire de longues queues est toujours nécessairepour seprocurer de l’essence.

Enfin, cette semaine a plus ressemblé à ce qui se passait avant la pandémie mais cette situation ne peut être qualifiée de normale car depuis 2014, notre pays est l’objet de multiples mesures coercitives unilatérales qui ont bouleversé tous les aspects de notre vie, à nous qui vivons ici. Les mesures coercitives unilatérales mises en place et suscitées par l’opposition vénézuélienne sont destinées, selon eux, à être des « moyens de pression de la communauté internationale » pour forcer un changement dans la corrélation des forces qui se concrétiserait dans le départ de Nicolás Maduro de la présidence.  Dit autrement, les opposants au chavisme étant incapables de porter atteinte à la corrélation des forces politiques par leurs propres moyens, ils ont recours à d’autres Etats et à d’autres corporations pour qu’ils portent atteinte à la souveraineté nationale de toutes les façons possibles. Le chancelier vénézuélien Jorge Arreaza a déclaré récemment que le coût de ces agressions est estimé à 1 400 000 000 de $ étasuniens.

 

Ces mesures, comme on l’a déjà dit, non seulement comprennent la confiscation illégale d’actifs publics vénézuéliens mais aussi la criminalisation des relations commerciales avec notre pays ainsi que l’attaque systématique de sa monnaie   destinée à provoquer une inflation permanente qui a un impact direct sur la possibilité de gouverner en limitant les capacités de l’Etat à assurer la jouissance des droits fondamentaux. Ce qui s’ajoute à d’autres problèmes intérieurs.

 

De sorte qu’au Venezuela, la contrôle de la pandémie ne  signifie pas un retour à la normale comme dans la plupart des pays. Cela ne sera possible qu’avec la levée de toutes les mesures coercitives unilatérales car ce n’est que dans cette situation que nous aurons de meilleures conditions pour stimuler un projet différent du capitalisme.

 

Autres nouvelles des élections

 

Dans le domaine des élections, il y a eu beaucoup d’activités et à la suite, nous rappellerons celles qui sont le plus significatives dont l’annonce par le Conseil National Electoral de l’allongement de la durée de al campagne électorale, c’est-à-dire que maintenant, le début de celle-ci est fic-xé au 3 novembre et sa fin exactement 30 jours plus tard.

 

Ce dimanche 25 octobre, un simulacre d’élections est prévu dans les 381 bureaux de vote habilités dans tout le pays. Cette activité est destinée à  « familiariser  les électeurs avec la machine à voter et avec le déroulement du vote qui sera marqué par un strict protocole de biosécurité à cause de la pandémie de COVID-19”.

 

Dans notre pays, la seule condition pour qu’une personne inscrite sur les listes électorales  puisse exercer son droit de vote, c’est qu’elle présente l’original de sa carte d’identité expédiée par le Service Adminsitratif d’Identification, de Migration et de Nationalité (SAIME). Cette semaine, le SAIME a commencé à s’occuper des personnes qui ont perdu ce document ou l’ont détérioré et vendredi dernier, il a fait savoir qu’il avaient émis plus de 47 000 cartes d’identité. Rappelons qu’un peu plus de 20 000 000 d’électeurs sont enregistrés pour exercer leur droit de vote aux élections du 6 décembre. 

 

en ce qui concerne les organisations politiques qui participent à la campagne, je soulignerais la communication que le Parti Communiste du Venezuela (PCV) a fait parvenir à présidente du Conseil National Electoral (CNE) demandant une audience pour discuter des garanties et des critères en vigueur dans la campagne électorale. Le PCV, qui est à la tête de l’Alternative Populaire Révolutionnaire, demande que des mesures efficaces soient prises pour que toutes les organisations politiques soient à égalité de conditions et qu’on pénalise tout mécanisme qui encourage le favoritisme.

 

D’autre part, le Parti Socialiste Uni du Venezuela, dans le cadre du Grand Pôle Patriotique, a fait savoir qu’il a reçu plus de 30 000 propositions en ligne qui sont susceptibles d’être discutées en 2021au début de la période de l’Assemblée Nationale  parmi lesquelles se trouvent le mariage entre personnes du même sexe proposé par le président Nicolás Maduro.

 

En ce qui concerne la situation internationale, le chancelier français a déclaré ce qui suit : « La façon dont les élections du 6 décembre se préparent est totalement discutable. Nous ne reconnaissons pas le processus en marche, c’est une position claire et c’est une position européenne. » Dans l’hémisphère américain, l’Organisation des Etats Américains (OEA) dont le Venezuela s’est retiré a approuvé une résolution dans laquelle elle soumet la reconnaissance des prochaines élections aux critères qui selon elle, ne sont pas réunis.  L’initiative des Etats-Unis a été soutenue par le Groupe  de Lima et plusieurs Gouvernements des Caraïbes (la majorité : 21 sur 34) alors que 4 (La Dominique, le Nicaragua, San Vicente et les Grenadines et Antigua et Barbuda) ont voté contre et 9 pays se sont abstenus. L’Union européenne et l’OEA continuent à être au service de la politique étrangère étasunienne en encourageant l’ingérence dans les affaires qui ne concernent que les Vénézuéliens.

 

Enfin, une information curieuse : les députés regroupés dans ce qu’on appelle le G4 que dirige Juan Guaido et qui a décidé de ne pas participer aux élections ont formé un « Observatoire des élections législatives organisées par le Gouvernement de Nicolás Maduro. » Il est paradoxal de voir un groupe qui n’est pas reconnu comme légitime, mais bon, l’opposition au chavisme nous a habitués à ces choses bizarres et à d’autres.

 

Brèves:

 

Presque à la fin de la semaine, l’arrivée en Colombie du dirigeant d’extrême-droite Leopoldo López en route vers l’Espagne a été rendue publique.  Leopoldo López a toujours incité à accomplir des actions violentes et est un soutien de Juan Guaido. La chancellerie espagnole a déclaré qu’il a quitté volontairement sa condition d’invité à son ambassade à Caracas. Le Gouvernement bolivarien n’a pas fait de déclaration officielle. Ce n’est qu’une question de jours pour que nous ayons plus de détails.

 

Frontières chaudes II. Alors que le Venezuela continue à recevoir des Vénézuéliens qui rentrent au pays par terre ou par la voie aérienne, des Gouvernements comme le Gouvernement colombien continuent à manifester leur hypocrisie à ce sujet, en particulier quand ils annoncent qu’ils vont mettre en place une opération intitulée « Rempart » destinée à arrêter un éventuel départ du Venezuela qui n’a pas l’ampleur qu’ils prédisent. Depuis que les frontières ont été ouvertes, presque 150 000 personnes sont entrées régulièrement, sur lesquelles 7 % ont été testées positives au coronavirus.

 

 

Si vous souhaitez commenter ce texte, demander qu’on approfondisse un sujet ou poser tout autre question en rapport avec ce texte, vous pouvez écrire à l’auteur : jesusalbertorondon@gmail.com

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

Jesús A. Rondón

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/10/venezuela-retour-a-la-normale-nouvelles-des-elections-legislatives.html