Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Relations houleuses avec l’Espagne, renforcement du blocus et élections législatives

3 Novembre 2020, 20:40pm

Publié par Bolivar Infos

Coup d’œil sur la semaine du 25 au 29 octobre

par Jesús A. Rondón

 

La fuite du politicien d’extrême-droite Leopoldo López à Madrid crispe à nouveau les relations entre le Royaume d’Espagne et la République Bolivarienne du Venezuela car les coutures de la politique étrangère de l’Espagne parfaitement conforme à la dynamique d’ingérence de l’Union Européenne et des Etats-Unis redeviennent visibles. Nous parlerons aussi de la menace contre la fourniture de gas-oil de la part du Gouvernement Trump qui compromettrait le transport de marchandises et en particuleir des aliments dans le pays. Et nous terminerons avec le rapport habituel sur les élections et l’évolution de la pandémie.

 

Les relations houleuses entre l’Espagne et le Venezuela

 

Depuis l’arrivée de Chávez à la présidence,  les relations entre le Royaume d’Espagne et la République Bolivarienne du Venezuela ont toujours été houleuses. Les tensions ont été plus fortes quand le Gouvernement du Parti Populaire qui a, par exemple, reconnu le coup d’Etat du patronat  et  Carmona Estanga comme président mais dans le fond, l’orientation de la politique étrangère concernant le Venezuela n’a pas changé. Souvenons-nous que le Gouvernement de Pedro Sánchez (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol) a reconnu Juan Guaido comme président par intérim bien qu’il ait continué à avoir des relations diplomatiques avec le Gouvernement vénézuélien représenté légalement par Nicolás Maduro.

 

Cette semaine, nous avons assisté à une nouvelle manifestation de ces tensions suite à la fuite de Leopoldo López en Espagne. López, sur qui pèse une condamnation ferme pour avoir encouragé la violence politique, comme nous le disions la semaine dernière, se trouvait en qualité “d’invité” à la résidence de l’ambassadeur du Royaume d’Espagne depuis qu’il avait tenté d’organiser un soulèvement militaire en avril de l’année dernière.

 

Actuellement, les conditions dans lesquelles il a quitté la résidence de l’ambassadeur  d’Espagne ne sont pas claires et il a parcouru plus de 800 km du territoire national avant d’atteindre la frontière avec la Colombie sans que les organismes de sécurité et de renseignement vénézuéliens ne le détectent. Le Gouvernement bolivarien a rendu responsable l’ambassadeur d’Espagne sortant, Jesús Silva, de l’organisation de cette fuite qui implique le Royaume d’Espagne dans une violation de la Convention de Vienne qui règle les relations diplomatiques entre les Etats. D’autre part, les organismes de sécurité vénézuéliens ont interrogé le personnel vénézuélien qui travaille à la résidence pour obtenir des détails sur la fuite de López, ce qui a provoqué des protestations de la part de la chancellerie espagnole qui a également accusé le Gouvernement vénézuélien de violer la Convention de Vienne bien que le personnel vénézuélien n’ait pas la qualité de diplomates.

 

La situation est devenue très tendue puisque peu après son arrivée à Madrid, López a rencontré le président du Gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, au siège du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, ce qui atténue la portée de cette rencontre car ce n’est pas une rencontre officielle avec un chef d’Etat.

 

En termes de relations diplomatiques, le Royaume d’Espagne reste sur sa position à propos des prochaines élections législatives qui vont avoir lieu au Venezuela. Il continue à ne pas les reconnaître, en plein accord avec la position de la Communauté Européenne. Sauf que maintenant, dans une déclaration, la secrétaire d’Etat aux affaires etrangères pour l’Amérique Latine et les Caraïbes fait savoir qu’elle ne désignera pas de nouvel ambassadeur comme cela avait été annoncé, de sorte que la mission au Venezuela sera dirigée par un chargé d’affaires comme l’ont fait d’autres pays européens parmi lesquels l’Italie et les Pays Bas. Le Venezuela, pour sa part, avait déjà rappelé son ambassadeur Mario Isea et ce qui se fait habituellement en pareil cas, c’est un acte de réciprocité. C’est pourquoi on s’attend à ce qu’il nomme un chargé d’affaires. Cela s’ajoute à la longue liste d’actions qui contribuent à la stratégie  étasunienne de blocus pas seulement économique mais aussi diplomatique.

 

Concernant la politique intérieure du Venezuela, je dirais pour finir que l’ignorance par le public des conditions dans lesquelles s’est effectuée cette fuite a donné l’idée à certains qu’il pourrait s’agir d’une négociation entre les dirigeants chavistes et Volonté Populaire, la faction d’extrême-droite à laquelle appartient López mais cette supposition a été réfutée par López. De même, celui qui fuit le système judiciaire vénézuélien soutient qu’ils ne cherche pas à former un Gouvernement en exil et affirme qu’il soutient son pupille politique Juan Guaido.

 

Le renforcement du blocus économique

 

Le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique a fait savoir par la voix d’ Elliott Abrams, le representant spécial du Département d’Etat pour l’Iran et le Venezuela, que la fourniture de diesel au Venezuela va être bloquée. Jusqu’à présent, ce combustible a été épargné par les mesures coercitives unilatérales qui limitent l’action de Petróleos de Venezuela S.A. L’impact de cette mesure éventuelle serait très fort puisque le parc automobile qui transporte les aliments et les marchandises en général dans le pays utilise ce combustible. Cette mesure est remise en question même par des entités étasuniennes comme le bureau de Washington pour les affaires latino-américaines  (WOLA), qui affirme que les “sanctions” internationales imposées au Venezuela n’ont pas réussi à déloger Nicolás Maduro du Gouvernement mais ont fait augmer les inégalités et la pauvreté parmi les citoyens.

 

Dans le même ordre d’idées, le procureur général adjoint de la division de sécurité nationale, John Demers, a fait savoir que 1 100 000 barils d’essence confisquée illégalement dans les eaux internationales à des bateaux iraniens qui se rendiaent au Venezuela ont été vendus. Cette opération a rapporté 40 000 000 de $. A ce moment-là, ni les Etats-Unis ni le Venezuela ne l’ont confirmé clairement. Alors, on se demande: où sont les 40 000 000 de $ ?

 

Dans le cadre de la campagne de propagande contre le Venezuela, le Gouvernement étasunien menace d’intercepter et de détruire les éventuels envois de missiles à longue portée que l’Iran est supposé devoir envoyer au Venezuela.

 

Petróleos de Venezuela pour sa part, a prévu d’engager une procédure contre le Gouvernement étasunien à la Cour Pénale Internationale pour crimes contre l’humanité étant donné les conséquences des mesures coercitives unilatérales sur la population vénézuélienne et de demander réparation des graves préjudices causés.

 

Les élections

 

Dimanche 25 octobre a eu lieu une simulation des élections dans environ  388 bureaux de vote de tout lepays pour permettre aux électeurs de se familiariser avec le système de vote. Le Conseil National Electoral a qualifié cette activité de “réussite” bien que le nombre de bureaux de vote qui y ont participé ait été limité (en moyenne 1 par municipalité et peu de machines à voter). En ce moment, l’entité électorale envisage de réaliser une autre simulation avant les élections à la demande du Grand Pôle Patriotique, l’alliance dans laquelle se trouve le Parti Socialiste Uni  du Venezuela.

 

Vendredi dernier, le Conseil National Electoral (CNE) a mis un terme à la phase 2 de l’audit des données électorales  dont le but était de contrôler la base de données d’empreintes digitales des électeurs enregistrés sur les listes électorales définitives approuvées par le CNE pour les élections législatives. Tout ce processus a été diffusé en ligne et on a pu constater la présence de contrôleurs internationaux venant de Turquie, d’Equateur, du Honduras et du  Salvador, ainsi que des orgnaisations politiques qui participent aux élections.

 

Face au début imminent de la campagne électorale, ce 3 novembre, le CNE a organisé une réunion avec des représentants des médias et des entreprises de communication publiques et privées pour fixer les règles grâce auxquelles on encouragera les gens à exercer leur droit de vote ainsi que celles qui régiront la promotion des programmes des candidats. L’organe électoral a aussi fait savoir aux électeurs qu’il disposera d’un site internet sur lequel on pourra trouver les candidats qui  briguent un siège au nouveau Parlement. Les campagnes politiques, au Venezuela, ne sont pas financées par de l’argent public, par conséquent, ce sont des fonds privés qui les financent et la façon de les contrôler est peu fiable.

 

Pedant ces 7 derniers jours, nous avons vu que les dirigeants des organisations politiques d’opposition qui participent aux élections pour être représentées au Parlement ont été plus présents dans les médias, et même dans les médias d’Etat. Après avoir fait profil bas pendant plusieurs semaines, des dirigeants politiques d’opposition comme Claudio Fermin du parti Solutions, Henri Falcón, le porte-parole du parti Avancée Progressiste entre autres ont confirmé leur participation aux élections et ont appelé à voter.

 

Pendant ce temps, l’autre secteur d’opposition au chavisme dans lequel se trouvent les acteurs politiques qui soutiennent Juan Guaido a annoncé qu’entre le 5 et le 12 décembre, il orgnaisera une consultation nationale destinée à déterminer le soutien qu’a dans le pays la mise en place des mesures coercitives unilatérales et le rejet des élections législatives. La première partie se fera de façon virtuelle et le dernier jour, en présence physique.

 

J’estime que comme à d’autres occasions, ce ne sera pas un processus susceptible d’être contrôlé.

 

La baisse de la pandémie de coronavirus

 

Le mois d’octobre s’achève avec un bilan épidémiologique favorable concernant le coronavirus qui s’exprime dans les indicateurs suivants:

 

  1. une diminution de presque 40 % du nombre de malades par rapport au mois dernier,
  2. 94 % de patients guéris en moyenne pendant les 2 dernières semaines,
  3. un nombre de cas actifs en dessous de 5 000 pendant la dernière semaine,
  4. une diminution de presque 40 % du nombre de morts.

 

Dans ce contexte, le Gouvernement bolivarien a autorisé de nouvelles activités économiques à fonctionner (bijouteries, hôtels, magasins vendant de l’alcool, parcs de loisirs et lieux touristiques) qui ont un impact positif sur l’économie. Par exemple, l’avant-dernière semaine, 75 % des commerces focntionnaient. Aujourd’hui, nous achevons une nouvelle période de restrictions mais on peut constater que bien qu’elles ne soient pas autorisées, beaucoup d’activités continuent à fonctionner, surtout dans le domaine commercial.

 

Ce 1er novembre, les activités religieuses reprendront en appliquant les mesures de biosécurité pour éviter la propagation du coronavirus dont la limitation à 40 % du nombre d’assistants.

 

Breves:

 

  • Le président Maduro  a dénoncé 2 attaques contre des installations stratégiques vénézuéliennes: la première contre la raffinerie d’Amuay (la principale du pays), et ensuite, il a révélé sans donner plus de détails que Petroquímica de Venezuela (PEQUIVEN) avait été la cible d’une agression.

 

  • Les conseillers de Biden déclarent qu’il pourrait y avoir des changmeents dans le traitement du Venezuela, ce qui impliquerait de prendre ses distances avec Guaido et de tendre desponts vers Maduro, selon un rapport publié par le New York Times mais comme dit le président Nicolás Maduro, qui que ce soit qui gagne, la politique sera la même mêmle si les moyens mis en oeuvre changent.

 

  • L’assemblée Nationale Constituante a approuvé la loi de budget pour l’exercice économique et financier de l’année 2021, la loi spéciale d’endettement annuel pour l’exercice économique et financier de l’année 2021, et le plan d’opération annuel pour l’année prochaine. Ces instruments permettront au Gouvernement vénézuélien d’agir. Selon les informations officielles, on estime que 76,4 % du budget sera consacré aux investissements sociaux.

 

  • Les conditions pour revitaliser l’Union des Nations Sud-américianes (UNASUR) sont-elles réunies? Evo Morales affirme qu’il y a des conversations entre le Venezuela, la Bolivie et  l’Argentine pour relancer cette organisation de coopération sud-sud qui a été sérieusement affectée par l’accession au pouvoir dans plusieurs pays d’acteurs de droite qui, entre autres choses, se sont consacrés à démanteler tous les mécanismes de coopération qui n’étaient pas soumis aux Etats-Unis d’Amérique.

 

  • Le Ministère Public  a mis en examen cette semaine une personne soupçconnée de gérer des fonds provenant de la Fondation Simón Bolívar de CITGO (l’entreprise vénézuélienne confisquée aux USA) et devant être remis à des partis politiques d’opposition (Volonté Populaire, Primero Justicia, Un Nouveau Temps et Action Démocratique) qui soutiennent Juan Guaido. Au moment de son arrestation, les policiers ont saisi des armes, des dollars en liquide et des documents comprenant des listes de personnes et de routes vers la Colombie.

 

 

Si vous souhaitez commenter ce texte, demander qu’on approfondisse un sujet ou poser tout autre question en rapport avec ce texte, vous pouvez écrire à l’auteur : jesusalbertorondon@gmail.com

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

Jesús A. Rondón

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/11/venezuela-relations-houleuses-avec-l-espagne-renforcement-du-blocus-et-elections-legislatives.html