Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Installation de la nouvelle Assemblée Nationale

6 Janvier 2021, 18:09pm

Publié par Bolivar Infos

 

Ce mardi a été installée la nouvelle Assemblée Nationale pour la période 2021-2026 lors d'une cérémonie solennelle qui a eu lieu au Palais Fédéral Législatif, à Caracas. Le directeur des débats était le doyen des députés, Fernando Soto Rojas. Dans son intervention, il a déclaré que l'Assemblée Nationale «  possède une légitimité constitutionnelle, une légitimité populaire et un fondement historique. Il nous revient, en tant que représentants de la volonté de la nation, de fonctionner comme un tout dialectique pour affronter une réalité complexe, difficile et exigeante dans le pays, dans la région et dans le monde. »

 

« Bienvenue, mesdames et messieurs les députés, nous avons démontré une fois deplus l'importance de parler et de nous comprendre, nous pouvons arriver à débattre et arriver à des accords essentiels pour les Vénézuéliens, » a dit Soto Rojas. « Notre point de départ, au-delà de la réalité du pays, est de placer notre historique en tant que peuple, dans la longue lutte pour l'indépendance et la liberté, » a-t-il affirmé.

 

Il a rappelé que pendant la crise historique et structurelle du capitalisme, la révolution bolivarienne, avec le président de la République, Nicolás Maduro, « à la tête de l'Assemblée Nationale constituante, ont joué un rôle fondamental en faveur de la paix. »

 

Ensuite, Soto Rojas a désigné une commission d'installation pour examiner les lettres de créance de chaque député élu le 6 décembre dernier, commission composée des députés Pedro Infante, Fernando Bastidas, Anyilet Tabayo, Soni Sánchez et Jeickson Guzmán.

 

Une fois accomplie cette démarche exigée par l'article 3 du règlement intérieur et des débats du Parlement, on a procédé à l'élection de la direction de l'Assemblée pour la période 2021-2022. La proposition du député Diosdado Cabello a évidemment eu la majorité.

 

Ont été élus : Jorge Rodríguez président, 

Iris Varela première vice-présidente,

Didalco Bolívar second vice-président,

Rsalba Gil secrétaire 

Inti Hinojosa sous-secrétaire.

 

Le débat

 

Dans son intervention destinée à proposer les membres de la direction, le député Diosdado Cabello, chef du groupe parlementaire du Pôle Patriotique, a signalé qu'une nouvelle ère politique débute au Venezuela à partir de ce 5 janvier et que cette nouvelle période historique « doit amener à comprendre les focntions de chaque institution de l'Etat et de l'Assemblée Nationale, » conformément à la Constitution.

 

Il a réaffirmé que la nouvelle direction qui s'installe ce mardi possède « une grande majorité chaviste, renforcée ; consciente et un groupe de députés d'opposition bienvenus à ce forum de débats. » Il a regretté que les conséquences de la mauvaise gestion du Parlement pendant la période 2016-2020, « ce soit le peuple qui les ait payées pendant 5 ans parce qu'ils ont causé beaucoup de dommages au peuple, au pays, à la Patrie. »

 

Cabello a affirmé que les députés qui entrent ce mardi dans l'hémicycle seront toujours aux côtés du peuple « toujours accompagnés par la pensée de Chávez et de Simón Bolívar. »

 

Ensuite a pris la parole José Gregorio Correa, député d'opposition de l'Alliance Démocratique, qui a déclaré que la fait qu'il n'y ait pas de députés d'opposition parmi les membres de la direction était excluant, et il a signalé que 80% des électeurs n'avaient pas voté pour le Grand Pôle Patriotique : « Aujourd'hui, il n'y a aucune excuse pour dire que le pays ne peut pas avancer. Le Venezuela a besoin de réconciliation, d'humanisme, pas de klaxons et de haine, » a dit l'opposant Correa.

 

« L'Exécutif n'est pas contrôlé depuis des années. Ni vous ni nous ni personne ne connaît les chiffres de la BCV, le budget de la République et ceux qui viennent des régiosn ne connaissent pas le budget de leurs états, » a-t-il dit.

 

Pendant le débat, le député Jesús Faría (PSUV) a affirmé que le nouveau Parlement va jouer un rôle fondamental « dans la défense de la Patrie, de la souveraineté et des intérêts du peuple. » Dans son intervention, il a déclaré que grâce à la victoire du chavisme, « le peuple revient à l'Assemblée Nationale » tout comme les portraits du Libérateur Simón Bolívar et du commandant Hugo Chávez. « Nous, nous avons éjecté les traîtres envers la Patrie, nous avons éjecté les putschistes, les voleurs, de cette enceinte sacrée qui appartient au peuple vénézuélien. »

 

A son tour, le député Pedro Carreño (PSUV) a souligné qu'avec l'installation de la nouvelle AN, le pays vit un moment exceptionnel et laisse derrière lui « un cauchemar de désagréments, de guerre, de persécutions » quand le Parlement avait laissé de côté ses compétences et les attributions que lui confère la Constitution pour se mettre au service des intérêts bâtards anti-Patrie. »

 

Pour l'opposition est intervenu le député Javier Bertucci. Il s'est opposé à la proposition du groupe du GPP, considérant que c'était une proposition imposée et il a plaidé pour un meilleur débat, un meilleur dialogue et plus d'unité. Il a indiqué que des membres de l'opposition devraient faire partie de la direction mais il n'a fait aucune proposition. C'est pourquoi le directeur des débats Fernando Soto Rojas a déclaré que l'opposition « continue à ne pas avoir de projet historique ni d'alternative au projet bolivarien. »

 

Jorge Rodríguez: L'Assemblée Nationale engagera une consultation permanente avec le peuple

 

Dans son premier discours après avoir prêté serment, le président de l'AN, Jorge Rodríguez, a annoncé que le Parlement mettra en place des moyens technologiques et présentiels pour engager un processus de consultation permanente du peuple destiné à choisir les lois qui devront être discutées et approuvées pour le bien du pays.

 

Parmi ces lois, il a envisagé la nécessité de discuter de projets destinés à assurer une meilleure protection à la femme ainsi que d'instruments juridiques en faveur du droit à la ville et à une vie digne.

 

Dans son intervention, il a déclaré qu'il est certain que les sanctions et le blocus imposés par les Etats-Unis et leurs alliés ont causé de sévères dommages au pays et au peuple et que le Parlement doit travailler intensément pour dénoncer ces mesures coercitives et chercher des mécanismes destinés à apporter le bien-être au pays. Il a indiqué aussi que l'AN doit récupérer sa fonction de contrôle.

 

A propos des dommages causés au pays par ses prédécesseurs et après avoir rappelé des faits comme l'opération Gedeón et l'utilisation de mercenaires pour essayer d'exécuter des actes terroristes, d'assassiner des personnalités politiques, de faire un coup d'Etat, de demander des sanctions contre le pays, de le remettre à des puissances étrangères et d'offrir l'Esequibo au Guyana, Rodríguez a déclaré : « Il ne peut y avoir ni pardon ni oubli. Il ne peut y avoir de réconciliation et nous ne pouvons pas faire les innocents. Il ne peut y avoir de réconciliation avec amnésie. Des actes barbares ont été commis que le pire écrivain de romans d'horreur n'imaginerait pas. »

 

Jorge Rodríguez a demandé aux parlementaires de ne pas faire de la politicaillerie en sortant des murs de l'AN pourparler aux gens dans la rue pour qu'ils votent pour qu'ils restent là : « Nous, nous sommes les représentants de personne, nous sommes les porte-parole de tous. » Il a dit que ceux qui ont été élus doivent retourenr dans chaque rue, dans chaque maison et établir des mécanismes technologiques et présentiels pour que le peuple du Venezuela dise de quelles ois il a besoin.

 

Il a aussi demandé des lois destinées à ce qu'il n'y ait plus jamais d’agressions contre la femme vénézuélienne ni d'assassinats de femmes. Il a demandé le droit à l'espace public et à la ville et qu'on s'occupe des problèmes avec les services publics : des problèmes concernant l'eau et le gaz en tant que droit de la population.

 

« Si nous nous cachons derrière les sanctions et le blocus pour enpas réparer ce qui a été endommagé ou pour ne pas dénoncer le fonctionnement complice et corrompu, nous nous rendons complices de ces sanctions et de ce blocus. C'est le comble, d'utiliser les sanctions et le blocus comme excuse, » a dit Rodríguez et il a demandé de chercher à dénoncer ce qui ne marche pas bien dans le respect, avec parcimonie, sans grands cris ni simagrées.

 

Le nouveau président du Parlement a rappelé l'importance de la lutte qui s'est déroulée il y a 200 ans et s'est achevée par la bataille de Carabobo le 24 juin 1821, lors de laquelle tous les secteurs du pays se sont unis.

 

D'autre part, il a annoncé que la première session de l'AN se déroulera jeudi prochain à 11:00 du matin.

 

Il a également nommé des commissions pour informer les pouvoirs publics de l'installation du Parlement.

 

La première informera le Pouvoir Exécutif et sera composée des députés Bernabé Gutiérrez, Javier Bertucci, Luis Romero, Timoteo Zambrano, Iris Varela, Didalco Bolívar, Hermann Escarrá et Génesis Garvett.

 

La deuxième informera le Pouvoir Judiciaire et sera composée des députés José Vielma Mora, Hugbel Roa, Dante Rivas, Gloria Castillo, María Jiménez, Gilberto Giménez, José Correa, Luis Parra, Alfonso Campos et Oscar Ronderos.

 

La commission chargée d'informer le Pouvoir Electoral sera composée des députés Francisco Ameliach, José Villarroel, Pedro Infante, Sony Sánchez, Aloha Núñez, Ricardo Sánchez, Rubén Lima, Giovanni Blanco et Ezequiel Pérez.

 

Et enfin la commission chargée d'informer le Pouvoir Moral sera composée des députés Félix Barrios, Rodbexa Poleo, Asia Villegas, William Rodríguez, Luis Martínez et Angelín Tamayo.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://albaciudad.org/2021/01/instalada-nueva-asamblea-nacional-venezolana-para-el-periodo-2021-2026-fotos/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/01/venezuela-installation-de-la-nouvelle-assemblee-nationale.html