Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela: Retour du Parlement à la normale, tensions avec le Guyana et pandémie

18 Janvier 2021, 17:17pm

Publié par Bolivar Infos

Coup d'oeil sur la semaine 2ème année, article N°26 (semaines du 1er au 17 janvier 2021)

 

Par Jesús A. Rondón

Avec ce bulletin, nous reprenons le chemin sur lequel nous nous sommes engagés l'année dernière dans le but de présenter brièvement les principaux événements qui se sont déroulés au Venezuela en une semaine ainsi que les clefs pour les analyser. Nous espérons que cela permet de mieux comprendre la dynamique du Venezuela et de la révolution bolivarienne, en particulier pour les camarades qui sont à l'étranger et avec lesquels nous organisons la solidarité entre les peuples.

 

Dans ce premier article, nous allons rapporter les événements qui se sont déroulés depuis ke début de l'année, ce qui compliquera la synthèse des faits. Ceci dit, on pense que les informations les plus importantes jusqu'à présent sont celles qui concernent le retour du pouvoir législatif à la normale dont le point culminant a été l'installation de la nouvelle l'Assemblée Nationale. Sur le plan international, les tensions avec la République Coopérative du Guyana augmentent à cause du différend sur le territoire de l'Esequibo, suite à la décision de la cour internationale de Justice de se déclarer compétente pour résoudre ce différend. Le Gouvernement vénézuélien a engagé des actions destinées à continuer à essayer de trouver une issue au conflit de façon bilatérale.

 

Le retour du Parlement à la normale

 

Depuis 2015, quand l'opposition vénézuélienne a obtenu démocratiquement la majorité à l'Assemblée Nationale, celle-ci a commencé à faire passer les intérêts de l'opposition au chavisme avant ceux du pays. Cela a débouché sur d'innombrables situations de troubles qui ont fait que cette période législative a été l'une de celles pendant lesquelles le moins de lois ont été discutées et approuvées.

 

De sorte que dans le domaine politique, l'événement le plus important de ce début d'année a été, comme on s'y attendait, l'ouverture de la nouvelle période législative de l'Assemblée Nationale par les députés élus en décembre dernier. Ce retour à la normale après des années de troubles organisés par l'opposition, comme je l'ai déjà dit, a donc été perçu comme un événement extraordinaire.

 

Ce 5 janvier, la nouvelle période législative de l'Assemblée Nationale s'est ouverte sans aucun problème. L'un des premiers actes de cette nouvelle Assemblée a été l’élection d'une nouvelle direction composée entièrement de députés du Parti Socialiste Uni du Venezuela, la parti du Grand Pôle Patriotique qui a obtenu la majorité des voix aux élections législatives. La formation de la nouvelle direction est le fruit d'un dialogue entre es différents secteurs du chavisme et d'un ajustement de la corrélation des forces. Diosdado Cabello devient le chef du groupe parlementaire du PSUV après avoir été président de l'Assemblée Nationale Constituante. Par contre, la composition de la direction des commissions est plus variée : des membres de l'opposition en font partie.

 

Les premières actions législatives de cette nouvelle Assemblée concerne son organisation interne : une modification du règlement intérieur et du règlement des débats, c'est à dire du règlement qui fixe les règles qui encadrent le travail législatif été approuvée. Des commissions permanentes ont été formées : commission de politique intérieure, commission de politique étrangère, commission de contrôle, commission de défense et de sécurité, commission de participation des citoyens et commission des médias.

 

3 commissions spéciales ont aussi été formées : elles concernent le dialogue, l'enquête sur les délits contre la République et la défense de l'Esequibo. La commission de dialogue est destinée à établir un dialogue avec les différents secteurs du pays pour trouver des accords qui permettent une stabilité politique et le rétablissement de l'économie, la seconde enquêtera sur les actes des membres de la direction de l'Assemblée Nationale sortante et cherchera à établir les faits et les responsabilités devant les principaux organes judiciaires etr la dernière sera destinée à soutenir le Gouvernement dans la recherche d'une solution bilatérale pour rétablir la souveraineté du Venezuela sur l'Esequibo.

 

La direction de l'Assemblée Nationale a engagé une série de rencontres avec les représentants des missions diplomatiques au Venezuela en commençant par ceux sze la République Populaire de Chine. Ces actions sont très importantes car, dans la dynamique de coopération avec d'autres pays, la participation de l'Assemblée Nationale est importante, ce que confirment les accords souscrits par la République représentée par son Gouvernement.

 

Après plusieurs années, le président Maduro a présenté son mémoire annuel devant l'Assemblée Nationale, sans problèmes. La Constitution de la République stipule que le président doit rendre des comptes à l'Assemblée Nationale et prévoit d'orgnaiser un agenda de rencontres destinées à interpeler les ministres sur leur action, ce qui est destiné à activer la faculté de contrôle de l’organe législatif.

 

Maintenant, il faut parler du secteur de l'opposition qui a refusé de participer aux élections et se trouve à présent retranché dans une nouvelle fiction politique sans caractère contraignant à l'intérieur. Souvenons-nous qu'avant la fin de l'année, la direction de l'Assemblée Nationale présidée par Juan Guaidó, lors d'une session sans aucun vote public, comme d'habitude, a approuvé un texte intitulé Statut de Transition dans lequel il est stipulé qu'une commission déléguée représenterait la Parlement et qu'on maintiendrait l'illusion de la « présidence par intérim » après le terme de la législature jusqu'à ce qu'il y ait des élections reconnues par ce secteur. Des députés de l'opposition du secteur qui a décidé de participer aux élections législatives sont allés demander au Tribunal Suprême de Justice de déclarer nul et non avenu cet action du Parlement et par conséquent son résultat.

 

Face à cette situation, des Gouvernements comme celui des Etats-Unis d'Amérique et ses alliés regroupés dans le Groupe de Lima ont reconnu cette nouvelle fiction. L'Union Européenne, à cette occasion, a eu un ton différent bien qu'elle ne reconnaisse pas les élections législatives. Elle a commencé par s'adresser à Guaido dans des termes différents de ceux qu'elle utilisait auparavant quand elle le reconnaissait comme « président. » En tout cas, face à la dévaluation de ce secteur politique dans le pays, l'important est de conserver le peu de crédit politique qu'elle a et l'accès aux ressources financières de la République pour financer ses plans antichavistes. En d'autres termes, il leur faut moins de finacement international car les Gouvernements comme celui des Etats-Unis leur donne accès illégalement aux comptes et aux ressources de la République.

 

Dans un premier bilan, nous pouvons affirmer que nous voyons une avancée importante des acteurs politiques associés à la révolution bolivarienne dans le domaine politique pas seulement parce qu'ils contrôlent le pouvoir législatif mais parce que se joignent à eux certains acteurs de l'opposition bien qu'ils soient minoritaires et ne soient pas soutenus publiquement par les Gouvernements comme celui des Etats-Unis et ceux de l'Union Européenne. Cela met les dirigeants de la révolution bolivarienne dans de meilleures conditions pour combattre les mesures coercitives unilatérales et avancer dans la rétablissement de l'économie dans une perspective dans laquelle le capital privé joue un rôle important.

 

La tension latente concernant le différend avec le Guyana.

 

A la fin du mois dernier, la cour internationale de Justice s'est déclarée compétente pour traiter le différend entre notre pays et la République Coopérative du Guyana à la demande de cette dernière. Le Gouvernement vénézuélien a protesté contre cette déclaration et engagé un ensemble de démarches au début de cette année.

 

La première d'entre elles est une lettre envoyée au secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Antonio Guterrez pour qu'il plaide en faveur d 'une solution bilatérale et par conséquent ne reconnaisse pas la sentence de la cour internationale de Justice.

 

Le ministre Arreaza a rencontré le chargé d'affaires de la République Coopérative du Guyana pour lui signifier que le Venezuela n'acceptait pas que des tiers interviennent dans le différend concernant la souveraineté sur l'Esequibo et par conséquent ne reconnaissait pas la compétence de la cour internationale de Justice dans cette affaire.

 

L'une des premières actions votées à l'unanimité par la nouvelle Assemblée Nationale a été une déclaration condamnant la décision de la cour internationale de Justice. Enfin, le président Maduro a annoncé la création d'un territoire sur la façade atlantique du Venezuela qui impliquerait l'installation d'une structure de gouvernement particulière pour cette zone qui est limitrophe de la zone en litige.

 

La situation de la pandémie au Venezuela

 

Au mois de décembre, il faut rappeler qu'il y a eu dans les faits un assouplissement total car presque tous les secteurs de l'économie fonctionnaient sans autres restrictions que le respect des mesures de bio-sécurité. Les transports aériens intérieurs et internationaux ont été limités tandis que les transports terrestres à l'intérieur du pays ne l'ont pas été.

 

Le Gouvernement bolivarien a annoncé au début de cette nouvelle année que le schéma 7 par 7 serait repris : des restrictions pendant 1 semaine pour qu'elles puissent être diminuées pendant l'autre. Regardons à nouveau les faits, la plupart des activités économiques fonctionnent bien qu'on ait décidé de les fermer.

 

La pandémie se comporte comme pendant les 2 derniers mois : la moyenne de cas par jour ne dépasse pas 500 personnes et le taux de guérison reste à 95% en moyenne. Aujourd'hui, 19 306 cas ont été diagnostiqués positifs sur lesquels 5 583 sont actifs (la plupart sont soignés par le système national de santé publique et plus de la moitié ne présentent pas de symptômes) et 1 101 personnes sont mortes.

 

Le Gouvernement bolivarien a signé un accord avec le Fédération de Russie et on attend la livraison de 10 000 000 de doses du vaccin Spoutnik V au premier trimestre de cette année. On envisage donc les ajustements logistiques requis par la campagne de vaccination et on examine les conditiosn nécessaires à laproduction du produit dans le pays.

 

Brèves:

 

Cette semaine, un tribunal étasunien a autorisé la vente d'actions de l'entreprise vénézuélienne CITGO controlée illégalement par l'opposition suite à une sentence en faveur de l'entreprise CRISTALEX consécutive à une plainte déposée contre le Venezuela aux Etats-Unis par cette entreprise après les nationalisations mises en œuvre par le commandant Chávez.

 

Dans le cadre du retour à la normale des relations entre notre pays et l'Etat Pluriantional de Bolivie, le président Maduro a reçu les lettres de créance du nouvel ambassadeur.

 

Dans le domaine économique, on souligne une dévaluation de la monnaie vénézuélienne, le bolivar, de 60 % étant donné que ce pourcentage a augmenté par rapport au dollar étasunien pendant ces 2 dernières semaines. Cette augmentation pulvérise encore plus les bas salaires de ceux qui vivent de leur salaire.

 

 

Si vous souhaitez commenter ce texte, demander qu’on approfondisse un sujet ou poser tout autre question en rapport avec ce texte, vous pouvez écrire à l’auteur : jesusalbertorondon@gmail.com

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

Jesús A. Rondón

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/01/venezuela-retour-du-parlement-a-la-normale-tensions-avec-le-guyana-et-pandemie.html