Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Equateur : Attention, nous devons sauver la démocratie ! 

14 Février 2021, 18:07pm

Publié par Bolivar Infos

par l'Ex-chancelier de Rafael Correa Ricardo Patiño

 

Nous devons faire attention à la démocratie en Equateur

 

Nous sommes en alerte à cause de 2 événements survenus hier, 12 février :

 

  1. L'arrivée, « en urgence » en Equateur du procureur général de la Colombie avec la dénonciation rebattue que des forces illégales colombiennes financent la campagne d'Andrés Arauz. C e montage grossier qui a déjà été démenti par l'ex-président colombien Ernesto Samper et par l'Internationale Progressiste, est dirigée contre un jeune professionnel à la conduite irréprochable, dans l'intention de salir son nom et de le chasser des bulletins de vote du second tour sans aucun fondement réel ni juridique. Nous condamnons cette sorte de conduite totalement brouillée avec l'éthique politique.

  2. La décision de 2 candidats à la présidence de faire recompter les voix à laquelle le CNE a décidé de se soumettre. Je vais parler de ce second sujet.

 

D'entrée, nous soutenons toute vérification des voix même en recomptant les bulletins dans les urnes pour corriger les illégalités qui auraient pu se produire. C'est un droit démocratique et en particulier, cela signifie respecter la volonté du peuple qui a déposé son vote. Nous sommes sûrs qu'à la fin, la victoire éclatante d'Andrés Arauz et de Carlos Rabascall au premier tour avec plus de 3 000 000 de voix sera confirmée.

 

La vérification doit se faire conformément à ce que stipule le Code de la Démocratie (art. 138), qui dit que le CNE peut vérifier le nombre de bulletins d'une urne dans 3 cas : a) quand le procès-verbal a été rejeté par le système informatique parce que le nombre ne correspond pas, b) quand il manque les signatures du président ou du secrétaire du bureau de vote et 3) quand l'un des sujets politiques présente une copie du procès-verbal de dépouillement de l'assemblée réceptrice du vote et que celle-ci ne concorde pas avec le procès-verbal pris en compte.

 

D'autre part, il est inhabituel que le CNE organise un édbat public entre les candidats qui sont en lice pour le second tour en excluant les 14 autres candidats à laprésidence et en fin de compte, se soumette à leurs décisions.

 

Ce qu'ail aurait dû faire, c'est convoquer le Conseil Consultatif des Organisations politiques comme le stipule la loi pour traiter un sujet qui concerne tous les partis et en particulier celui aui a obtenu le plus de voix. Ce Conseil Consultatif a été convoqué 6 fois pendant le processus électoral et justement quand c'est leplus important, on ne le convoque pas.

 

Dans l'annonce publique faite par la présidente du CNE, elle a dit, en outre, que seulement les délégués des parties, c'est à dire les délégués des 2 partis demandeurs, participeront à ce processus de vérification, ce qui est inacceptable. Les délégués de tous les partis intéressés par la surveillance des bulletins qui ne doivent pas pouvoir être manipulés exclusivement par 2 partis politiques doivent y participer.

 

Il est également mauvais que le CNE exclue snas auciune raison les autres observateurs internationaux et n'appellent à y participer que les représentants de l'OEA. Bien qu'on connaisse la personnalité de l'ex-vice-présidente du Panamá, qui préside actuellement cette mission, sur l’honnêteté de qui nous n'avons aucun doute, nous rappelons les pernicieuses actions récemment réalisées par le secrétaire général Luis Almagro, en particulier lors du coup d'Etat en Bolivie en octobre 2019. Tous les organismes et tous les délégués internationaux qui participent à ce processus électoral doivent y être inclus.

 

Enfin, attention à ce que cette situation ne soit pas utilisée pour essayer de repousser ou d'annuler les élections, une thèse développée par certains sujets politiques à cause de la défaite évidente au premier tour de Guillermo Lasso, le candidat de la banque et du Gouvernement, et qu'on n'essaie pas de maintenir artificiellement Lenin Moreno au Gouvernement.

 

Ricardo Patiño Aroca

Source en espagnol:

https://www.resumenlatinoamericano.org/2021/02/13/ecuador-alerta-del-ex-canciller-ricardo-patino-debemos-cuidar-la-democracia/

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/02/equateur-attention-nous-devons-sauver-la-democratie.html