Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : Les réponses que personne ne croit

18 Avril 2021, 19:03pm

Publié par Bolivar Infos

Lic. José A. Amesty R.

 

Nous, nous nous éreintons à essayer de convaincre les gens et de leur faire prendre conscience de ce qui se passe réellement au Venezuela  mais pas les médias d'opposition qui, en plus de dire des mensonges, les croient même s'ils sont incroyables.

 

Mais nous ne devons ni nous fatiguer ni nous éreinter, il faut continuer la bataille des idées et ne pas renoncer mais, comme nous savons le faire, continuer à résister. Voyons les questions et répondons-y à nouveau jusqu'à plus soif :

 

Y a-t-il la démocratie au Venezuela ? Les élections sont-elles correctes ? Y a-t-il une dictature au Venezuela ? Nicolás Maduro est-il un Dictateur? Y a-t-il une crise économique au Venezuela ? Y a-t-il une migration et des exilés politiques ? Y a-t-il des plaintes d'autres pays contre le Venezuela ? Y a-t-il un populisme, un fascisme, un messianisme au Venezuela ? Y a-t-il un Etat de Droit au Venezuela ? Y a-t-il la liberté de la presse au Venezuela ? Respecte-t-on les Droits de l'Homme au Venezuela ? Les libertés ont-elles été rognées et les institutions de l'Etat vénézuélien ne sont-elles plus respectées ? Pourquoi la Russie et la Chine interviennent-elles en faveur du Venezuela ? Et tant d'autres...

 

Y a-t-il la démocratie au Venezuela ? 

 

Nous informons ceux pour qui la démocratie est synonyme d'élections qu'au Venezuela, il y a eu au moins 23 élections depuis 1998, l'année où Hugo Chávez a été élu Président et où a commencé le processus de démocratisation des pouvoirs de l'Etat avec de haut niveaux de participation du peuple dans les décisions politiques, économiques, culturelles et concernant l'organisation. Cela s'appelle « démocratie participative  et agissante. »

 

En outre, au Venezuela, le vote n'est pas obligatoire et pourtant la participation aux élections de ces 20 dernières années a dépassé les 70%, elle a été plus forte qu'aux Etats-Unis, en Espagne, en Colombie, au Pérou ou au Chili. Depuis au moins 11 ans, le Venezuela utilise le vote électronique automatique qui permet d'assouplir le processus de vote et de blinder les résultats.

 

Nous pouvons donc dire que le Président Nicolás Maduro a été réélu par le vote du peuple dans des élections libres, souveraines et démocratiques conformes à la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela.

 

Nous profitons de l'occasion pour mettre en avant certains points positifs de la Révolution Bolivarienne et de sa démocratie participative  et agissante de tout le peuple qui a obtenu des réussites extraordinaires pour cette même population mais pas avec le populisme ou la fascisme : inclusion dans toutes les étapes du système éducatif, nous sommes au 5 ème rang mondial en ce qui concerne les inscriptions à l'université, un système de santé universel et gratuit, une réduction de la pauvreté de plus de 50%, une réduction de la mortalité infantile et de la malnutrition, etc... 

 

Il faut préciser que les problèmes concernant l'alimentation, les médicaments, l'attaque de la monnaie nationale, le transport et l'essence et beaucoup d'autres causés par le féroce blocus des Etats-Unis et de leurs alliés à l'intérieur et à l'étranger ont été utilisés par l'opposition comme propagande, pour vendre l'idée que le gouvernement Révolutionnaire ne s'occupe pas des problèmes de la vie quotidienne des Vénézuéliens. Et pourtant on sait que la Révolution Bolivarienne tient compte de la population et nous pouvons citer comme mesures qui le prouvent les caisses des CLAP contenant des aliments de base, les bons en argent liquide et le fait que la santé et l'éducation soient totalement gratuites.

 

Nous avons atteint une bonne partie des Objectifs du Millénaire comme la distribution de l'eau potable et de l’assainissement, la réduction de lapauvreté, l'accès à une alimentation équilibrée, l'inclusion dans l'éducation et dans le travail sans discrimination de genre, entre autres choses.

 

En conclusion, le triomphe de la Révolution Bolivarienne et de sa démocratie participative  et agissante est le triomphe de la majorité, des exclus, des invisibles, des ouvriers et des paysans sur l'alliance des partis de la bourgeoisie et des oligarchies soumises, pendant des décennies, à l'impérialisme. Et il n'y a ni populisme ni fascisme qui vaille !

 

Les élections sont-elles manipulées ? 

 

Le Pouvoir Public National vénézuélien est divisé en Pouvoir Législatif, Exécutif, Judiciaire, Citoyen et Electoral, c'est à dire que, à la différence de l'Argentine où il n'y a que 3 Pouvoirs et où les élections sont organisées par le Ministère de l'Intérieur (un pouvoir qui dépend du Président), au Venezuela, il existe un Pouvoir particulier, séparé du Pouvoir Exécutif, qui s'occupe des processus électoraux. Le système électoral vénézuélien a été reconnu par des observateurs internationaux comme l'Union des Nations Sud-américaines et le Centre Carter (de l'ex-président des Etats-Unis, Jimmy Carter) à différentes occasions, comme l'un des plus fiables et modernes du monde.

 

Rappelons et prenons comme exemple les soi-disant « irrégularités » des élections du 20 mai 2018, les allégations disant que seuls 2 partis participaient à ces élections et toute une série d'accusations de fraude. 

 

Il faut souligner que ces élections ont une longue histoire et se sont déroulées dans des circonstances très diverses. Je vous invite à chercher sur Internet où il y a beaucojup d'informations sur tout ce qui concerne ces élections mais je vais essayer d'être leplus précis possible. 

 

Qui a participé à ces élections ?

 

Les partis qui ont participé officiellement aux élections du 20 mai 2018 : 

Avancée Progressiste (AP), le COPEI, le Mouvement Vers le Socialisme (MAS) soutenaient le candidat Henri Falcón. 

 

Espoir de Changement de Javier Bertucci, et UPP89 de Reinaldo Quijada. 

 

Et, évidemment, le PSUV dont le candidat était Nicolás Maduro Moros. 

 

Qui n'a pas participé à ces élections ?

 

La MUD (Table de l'Unité Démocratique) qui regroupe des partis comme Action Démocratique, (AD), Primero Justicia (D'abord la Justice) (PJ), Volonté Populaire Activistes (VPA), Un Nouveau Temps (UNT), l'Alliance Brave Peuple (ABP), Vente Venezuela (VV), Projet Venezuela (PRVZLA), Convergence, Cause R, Drapeau Rouge (BR).

 

Ceux-ci, comme à d'autres occasions, n'ont pas voulu participer aux élections pour créer les conditions d'un retour de la violence pour résoudre le problème politique du pays.

 

Cel pourrait consister en une désobéissance civile, un coup d'Etat militaire traditionnel, une guerre civile, une intervention militaire internationale ou la combinaison de tout cela.

 

Y a-t-il une dictature au Venezuela ? Nicolás Maduro est-il un Dictateur?

 

Il n'est pas certain que le Gouvernement du président constitutionnel Nicolás Maduro soit une dictature. Précisons qu'un dictateur ne respecte pas ou viole sa propre Constitution, et ce n'est pas le cas de Nicolás Maduro qui, dans toutes ses actions, veille toujours à ce que ses politiques soient conformes à la Constitution. En plus de 18 ans de gouvernement révolutionnaire, jamais le fil constitutionnel n'a été rompu. Les protestations de l'opposition ont été contenues en n'utilisant que de l'eau et du gaz lacrymogène, jamais réprimées, comme dans d'autres pays. 

 

Une campagne médiatique de l'opposition, au Venezuela et à l'étranger met en avant le fait que le pays est sous la coupe d'un dictateur, sous une dictature exercée par le président constitutionnel Nicolás Maduro et mieux encore, ils disent cela parce que celui-ci a mis en place le pouvoir d'origine du peuple en instaurant une Assemblée Nationale Constituante. Il nous faut préciser certaines idées concernant les dictatures snas aucun jugement de valeur mais les préciser pour que les choses soient bien claires.

 

La dictature est un système de gouvernement ou un régime gouvernemental dans lequel tous les Pouvoirs de l'Etat sont concentrés sur un individu, un groupe ou un parti. Le dictateur n'accepte aucune opposition à ces actions, à ses idées, il a le pouvoir absolu. Ce n'est pas un régime démocratique, il est antidémocratique et autocratique, le peuple ne participe à rien. 

 

Plusieurs sortes de dictatures : 

 

La dictature fasciste

 

Le concept de régime fasciste peut s'appliquer à certains régimes politiques dictatoriaux qu'ils soient totalitaires ou autoritaires d'Europe de l'entre 2 guerres et à pratiquement tous ceux qui ont été imposés par les puissances d'occupation sur le continent pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Tout d'abord à l'Italie de Benito Mussolini (1922) qui inaugure ce modèle invente ce terme. Ensuite, à l'Allemagne d'Adolf Hitler (1933) qui le conduit jusqu'à ses ultimes conséquences. Et à l'Espagne de Francisco Franco où il se prolonge beaucoup plus longtemps (de 1939 à 1975) et évolue hors de sa période d'origine. Les différences idéologiques et de parcours historique entre chacun de ces régimes sont importantes.

 

Les dictatures autoritaires : 

 

Le terme d'autoritarisme n'est pas aussi élaboré, la glorification du dirigeant se fait sous la forme de la propagande. Il ne cherche pas le soutien des masses mais seulement à les soumettre. Son but ultime n'est pas de faire de grands changementsdans la société mais uniquement d'imposer son pouvoir sur celle-ci. L'autoritarisme cherche à faire taire les dissidents et à éciter qu'ils s'expriment en public.

 

Dans les dictatures totalitaires, la concentration du pouvoir se fait sur une seule et même personne ou sur un très petit groupe, généralement un parti politique ou un mouvement ce qui peut même conduire au culte de la personnalité du dirigeant. On justifie l'action politique par une doctrine globale qui se manifeste dans toutes les sphères de l'action humaine : économie, culture, famille, religion. On emploie systématiquement la terreur grâce à la police ou à l'armée pour éliminer la dissidence ou l'opposition. On utilise des camps de concentration pour isoler l'opposition et les ennemis du régime. La dictature totalitaire ne cherche pas seulement à faire taire les opposants mais aussi à extirper les formes de pensée opposées par l'endoctrinement et le remodelage des mentalités.

 

Des dictatures qu'on qualifie de « modernes » se sont aussi développées dans lesquelles on peut arriver au pouvoir en étant élu lors d'élections populaires conçues par un parti unique ou une hiérarchie dominante de n'importe quelle tendance ou arriver au pouvoir en en héritant après la mort du parent qui le possédait. Elles restent en rapport avec les totalitarismes à travers la mise en place d'un système de légitimation du pouvoir public grâce à un système politique de force et de hiérarchie et grâce à l'idéologie du mouvement ou du parti.

 

La dictature constitutionnelle est une forme de gouvernement dans laquelle, bien qu'apparemment, la Constitution soit respectée, en réalité, le pouvoir est concentré de façon absolue dans les mains d'un dictateur (et parfois dans les mains de ses complices) qui contrôle les Pouvoirs directement ou indirectement. Le mécanisme par lequel le respect apparent de la Constitution est maintenu s'appelle « fraude constitutionnelle. » La fraude électorale en est un exemple.

 

Toutes ces sortes de dictatures sont caractérisées par une composante militaire qui, dans certains cas, s'est mise en place grâce à un coup d'Etat. C'est uen forme de gouvernement complètement contrôlée par les militaires.

 

Quelques caractéristiques des dictatures :

 

Pouvoir illimité. Dans les dictatures, il n'y a ni contrôle ni limite aux décisions prises par le dictateur. Ainsi, tout au long de l'histoire, ces dictateurs autoritaires ont brisé les barrières morales et juridiques sans un seul argument logiquepour jusitife rleurs actions. C'est ainsi qu'ont été commis des assassinats de masse, des privatiosn deliberté, des emprisonnements injustifiés, etc...

 

Il n'y a pas de Lois Constitutionnelles. Etant donné qu'il n'y a pas de séparation des pouvoirs dans les dictatures, les lois approuvées sont directement proposées par la figure monarchique qui est aux commandes. Les lois ne protègent pas les citoyens puisque, dans le meilleur des cas, la Constitution est adaptée aux besoins du dictateur et du groupe auquel il appartient et qu'il représente.

 

Ingérence dans la vie privée des personnes. En général, dans les dictatures, les forc es armées ont la capacité de priver de liberté tout citoyen si elles le considèrent comme nécessaire. Elles peuvent aussi demander des données, des objets personnels ou même faire irruption dans des propriétés privées.

 

Effacement de la figure du Président. Etant donné que ce terme s'applqiue à la plus haute figure d'un Gouvernement démocratique (par opposition aux Gouvernements de fait), il existe un effacement de la figure du Président en tant que tel. Bienq ue dans certaines dictatures, le dictareur au pouvoir se fasse appeler «Président, »  ce n'est qu'un nom car l'appareil démocratique qui lui donne un sens est absent.

 

Contrôle des médias de masse

 

Toutes les dictatures supervisent les médias, les journalistes et les travailleurs. Ainsi, ils ont les médias sous leur contrôle et convainquent la population. Généralement, ils utilisent ces médias en les infiltrant et en inculquant à la population une vision positive du dictateur au pouvoir. Cela fait de la figure du dictateur une figure depère protecteur et de bienfaiteur du peuple.

 

Violation des Droits de l'Homme

 

Sous les Gouvernements de fait, le peuple n'a absolument aucun droit et les Droits de l'Homme n'existent pas non plus. Sous cette sorte de gouvernements on peut en arriver à utiliser des guerres ou des batailles (internes ou externes) oour justifier les violations des Droits de l'Homme que ce soit envers le peuple ou envers d'autres pays. 

 

Le contrôle par la peur 

 

Toutes les dictatures ont dominé et contrôlé leurs citoyens grâce à la peur. Elles génèrent et fomentent parmi le peuple la terreur d'être persécuté, torturé et assassiné s'il ne respecte pas les ordres stricts de la dictature. 

 

L'Eglise comme moyen de domination

 

En général, les dictatures ont besoin d'un aval spirituel. Du coup, elles accordent un pouvoir démesuré à l'Eglise (la plupart du temps à l’église catholique) qui est chargée « d'aiguiller » les âmes de ceux qui se sont détournés du chemin spirituel. Ainsi, les dictatures peuvent justifier moralement leur rejet des homosexuels, des Noirs ou des personnes qui ne partagent pas leur religion.

 

Les erreurs habituelles des dictatures

 

Etant donné que les dictatures instillent la peur non seulement parmi le peuple mais aussi parmi tous ceux qui entourent le dictateur, ses conseillers évitent d'exprimer leurs critiques ou des opinions différentes de celles du dictateur. C'est pourquoi il se crée une ambiance dans laquelle les erreurs sont fréquentes et dans certains cas, peuvent sigenr le fin du régime.

 

Différences entre démocratie et dictature : 

 

Ce sont en fait deux extrêmes opposés et aussi des formes de gouvernement très communes aujourd'hui. La démocratie est, selon la traduction litérale du mot, la gouvernement du peuple par le peuple, c'est à dire que ce sont les citoyens qui décident des lois et choisissent leurs représentants.

 

Ces décisions peuvent être prises directement grâce à des élections ou indirectement en donnant le pouvoir à des représentants pour rendre plsu facile l'approbation des lois, par exemple.

 

La démocratie est le système de gouvernement le plus répandu, surtout en Occident bien qu'elle ait été durement critiquée pour certaines faiblesses ou pour avoir caché, à l'occasion, une dictature non reconnue comme telle.

 

Démocratie : Le gouvernement est l'affaire de tous. Il y a des élections libres et périodiques. Le mandat des dirigeants est obtenu par consensus de ceux qui sont gouvernés. Le pouvoir est concentré dans la Constitution. L'opposition a accès aux médias. On permet la critique. On protège les libertés civiques. On respecte le droit des minorités. On ocnsidère comme opposants ceux qui sont contre le groupe politique au pouvoir.

 

Dictature : Le gouvernement est l'affaire d'un seul. Les élections libres n'existent pas. Le dictateur commande sans le consensus de ceux qui sont gouvernés. Les dirigeants rendent le peuple responsable de leurs actions. Il n'y a pas de Constitution en vigueur. Les médias sont contrôlés. On interdit la critique. On interdit les libertés civiques. On ignore complètement le droit des minorités. On considère comme des ennemis ceux qui sont contre celui qui est au pouvoir. 

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2021/04/17/venezuela-respuestas-a-preguntas-que-no-se-creen-sobre-dicho-pais-por-que-i/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/04/venezuela-les-reponses-que-personne-ne-croit.html