Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Argentine : Macri à Miami

9 Mai 2021, 17:13pm

Publié par Bolivar Infos

Par Andrés Fidanza

 

Son discours a débuté en même temps que celui du président Alberto Fernández à Ensenada. Avec 1 heure de décalage horaire, Mauricio Macri était au salon Granada de l' hôtel Biltmore de Miami. Le message de Macri était un miroir exact de celui de Fernández. Tous 2 ont signalé le pouvoir judiciaire en tant que victime et en tant qu'assassin mais Macri est allé un peu plus loin pendant ses 10 minutes de discours. Il s'est exprimé dans le forum « Défense de la démocratie dans les Amériques » organisé par l'Institut Interaméricain pour la Démocratie (IID). Le climat idéologique de cet événement favorisait la comédie anti-populiste.

 

« La démocratie est menacée en Argentina par un comportement destiné à affaiblir l'indépendance du Pouvoir Judiciaire en violant les Droits de l'Homme, » a-t-il déclaré. « Cela a un but : générer l'impunité pour les fonctionnaires qui sont l'objet d'une enquête pour des délits de corruption ou qui ont déjà été condamnés. Et ils déguisent tout sous la figure du lawfare. Ils disent qu'ils sont victimes des journalistes et des juges, » a-t-il ajouté. Il parlait essentiellement de Cristina Kirchner.

 

Dans ce forum, Macri a déclaré qu'il était persécuté dans l'affaire Correo, une entreprise au bord de la faillite : « Depuis qu'ils sont revenus au pouvoir, ils se sont consacrés à persécuter des journalistes, des juges, ma famille et moi, sans aucune limite. » Il s'est montré particulièrement préoccupé par la situation de ses fils qu'il a désignés comme actionnaires de SOCMA en 2009. Le Groupe Macri avait acheté le Courrier de l'Etat en 1997.

 

Macri prétend que la justice ne prend pas en considération la demande de bilan du procureur du Trésor de la Nation, Carlos Zannini et il pense qu'il existe « un paln de vengeance » contre sa famille et lui-même. 

 

« L'année dernière, j'ai dit que le coronavirus était moins dangereux que le populisme. Maintenant, j'ai trouvé une combinaison plus dangereuse : le populisme qui conduit à une crise sanitaire. C'est grave parce qu'ils mettent plus en évidence que jamais l'inaptitude et le mensonge, » a-t-il déclaré. 

 

« Il est clair que les démocraties ne meurent plus grâce à un coup d'Etat, nous ne voyons pas de tanks dans l'espace public mais maintenant, le processus se réalise grâce à des dirigeants qui gagnent une élection et qui, lentement, commencent à ronger et à affaiblir les institutions, à réduire la liberté d'expression et à attaquer l'indépendance du Pouvoir Judiciaire en se proclamant les défenseurs du peuple et en justifiant toute attaque. » Paradoxalement, Cristina Kirchner avait évoqué les « coups d'Etat » modernes mardi dernier, suite à la sentence de la Cour Suprême en faveur de l'autonomie de la Ville.

 

Macri a profité de l'occasion pour souligner une embrouille de 2 fonctionnaires jaunes : l'ex-ministre de la Justice Germán Garavano et l'ex-ambassadrice Paula Bertol qui ont présenté un rapport devant l'Organisation des Etats Américains (OEA) dénonçant « la détérioration des institutions » et alertant sur « la soumission du Pouvoir Judiciaire » dans le pays. Garavano y Bertol espèrent que le secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, lui donnera de la légitimité et le diffusera.

 

Durant son passage rapide à Miami, Mauricio Macri a fait du lobby personnalisé auprès de Luis Almagro qui participait au même panel que lui. Il l'a aussi fait auprès des ex-présidents Andrés Pastrana (Colombie), Luis Guillermo Solís (Costa Rica) et Osvaldo Hurtado (Equateur). Le président sortant de l' Equateur, Lenín Moreno a été chargé de l'acte de clôture de l'événement.

 

Avant le discours de Macri, un autre Argentin avait fait son éloge : Gerardo Bongiovanni, le directeur de la Fondation Liberté, qui a affirmé : « L'Argentine va vers l'autoritarisme, sans aucun doute » mais il a ajouté que cela pourrait être évité « parce que l'opposition a 41% des voix. » « Ce qui est important, c'est de résister au chavisme et de revenir à l'esprit républicain, » a-t-il conclu. La Fondation Liberté est une ONG proche de l'ambassade des Etats-Unis et qui fait partie d'un réseau de think tanks conservateurs.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2021/05/08/nuestramerica-la-extrema-derecha-tuvo-su-foro-en-miami-reunio-a-los-devaluados-almagro-macri-duque-pinera-y-moreno-entre-otros-dinosaurios/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/05/argentine-macri-a-miami.html