Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Colombie : Un membre de la mission d'observation des droits de l'Homme refoulé et maltraité 

26 Mai 2021, 17:48pm

Publié par Bolivar Infos

L'entrée en Colombie a été refusée à Juan Grabois, représentant du Mouvement des Travailleurs Exclus (MTE) et membre de la mission internationale de solidarité et d'observation des droits de l'Homme venue réaliser un audit de ce qui se passe en ce moment en Colombie. Les 18 autres membres de la délégation sont passés sans problème avec les mêmes papiers et les mêmes lettres d'invitation.

 

Cette mission est composée par des représentas de différentes organisations parmi lesquelles le Service de Paix et de Justice (SERPAJ), l'Assemblée Permanente pour les droits de l'Homme (APDH), la Coordination contre la Répression Policière et Institutionnelle (CORREPI), l'Association Américaine des Juristes (AAJ), le Front des Organisations en Lutte (FOL) et l'Association des Travailleurs de l'Etat (ATE).

 

« Nous sommes tous passés avec les mêmes papiers et les mêmes lettres d'invitation et nous étions sur le même vol et le seul qu'ils ont écarté a été Juan. Ils ne lui ont donné aucun argument, ils ont dit que le pays était souverain et décidait de qui entre et qui n'entre pas et ils l'ont emmené dans une autre pièce, » a raconté l'un des membres de la mission, Gonzalo Armúa du mouvement Patria Grande, depuis Bogotá. 

 

Pour sa part, l'ex-président de la Colombie, Ernesto Samper, a critiqué la décision du Gouvernement d'Iván Duque. «Grabois est membre du conseil du pape François et très proche du président Alberto Fernández. Quelle erreur, » a-t-il écrit sur son compte Twitter. 

 

Juan Grabois a dénoncé le fait qu'il a été agressé par le personnel du service de l'émigration à l'aéroport international de Bogotá et qu'ils lui ont fait prendre un vol à destination de Lima, Pérou. La délégation argentine a fait savoir qu'Ismael Jalil, l'avocat de Correpi, avait été « retardé » pour avoir pris la défense de Grabois. L'idée de la mission est de rester en Colombie jusqu'au 2 juin et de visiter, en plus de Bogotá, d'autres villes qui dénoncent de nombreux abus des forces de sécurité comme Cali.

 

« Quand j'étais au service de l'immigration, il y a eu une alerte dans le système et j'ai été amené devant une contrôleuse qui m'a informé qu'on me refusait l'entrée. J'ai demandé qu'on me dise pourquoi et on m'a indiqué que je devais quitter les lieux et on m'a conduit dans un endroit inconnu, » a raconté Grabois à la porte des entrées dans la zone d'embarquement où il a été retenu en attendant un vol de retour vers l'Argentine.

 

« Etant donné les violations des droits de l'Homme qui ont déjà eu lieu en Colombie, le protocole sur lequel nous étions tombés d'accord avec les congressistes colombiens était de toujours être accompagnés par un avocat, un témoin. J'ai demandé la présence de l'avocat Jalil, et à ce moment-là, le personnel de sécurité est devenu très agressif, » a affirmé Grabois qui est, en outre, membre du ministère social et environnemental du Vatican. Ils les ont conduits tous 2 de force « à une porte sans connexion avec le reste des locaux où il a été agressé, bousculé par 2 fonctionnaires des services de l'immigration qui lui ont donné un coup au visage. »

 

Grabois a souligné que d'autres fonctionnaires, plus calmes, lui ont refusé l'accès car ils considéraient que sa présence « était une menace pour la sécurité de l'Etat colombien. » Quand il leur a demandé de reconsidérer leur décision, ils lui ont répondu « non. » Peu après, ils lui ont fait « Ils m'ont pris mes papiers et mes bagages. Ils m'ont fait prendre un vol pour Lima sous escorte sans explication sur ma destination ultérieure. Ce sont des temps de changement pour l’Amérique Latine. Rien ne va être facile. Mais nous partons. Adieu, Colombie, courage ! » a-t-il déclaré.

Ces dernières semaines, au moins 42 manifestants sont morts, des centaines ont été blessés et 129 ont disparu au milieu d'une politique de répression policière qui dure encore contre les protestations.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2021/05/25/colombia-el-gobierno-dictatorial-de-ivan-duque-expulso-a-juan-grabois-viajo-junto-a-una-delegacion-de-dd-hh-y-despues-de-maltratarlo-lo-deportaron/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/05/colombie-un-membre-de-la-mission-d-observation-des-droits-de-l-homme-refoule-et-maltraite.html