Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nicaragua : Démanteler un coup d'Etat pas limiter les candidatures

14 Juin 2021, 17:45pm

Publié par Bolivar Infos

par Fabricio Casari

Les mesures judiciaires contre certains participants au coup d'Etat ont alerté tous les présidents étasuniens et européens et la campagne médiatique et politique internationale a débuté. Les médias font leur travial sale de soutien à l'empire et les Italiens sont en première ligne. C'est une campagne de manipulation parce que ces mesures sont conformes aux lois de l'Etat et qu'il n'y a aucune raison de les considérer comme un abus.

 

L'enquête est destiné eà démanteler la structure politique et militaire du coup d'Etat. L'objectif n'est pas de limiter les candidatures d'opposition car les éventuels candidats ne sont pas les seuls à être poursuivis, tous ceux qui ont joué un rôle dans le coup d'Etat le sont. L'objectif est d'éradiquer le coup d'Etat, de jeter à terre leurs plans post-électoraux et de le faire en appliquant la loi. Les putschistes de droite ne sont pas l'objet d'une enquête à cause de leurs idées mais à cause des actes qu'ils ont commis. Ils ne risquent pas d'être condamnés pour leurs idées mais pour avoir enfreint la loi.

 

La loi qui s'applique est la loi 1055 et en particulier son article 9 qui sanctionne ceux qui, méprisant la patrie et contre l'intérêt national encouragent la subversion de l'étranger, demandent une intervention militaire, des sanctions et des embargos contre le pays. La loi 1055 est inspirée de la loi signée en février 1995 par Violeta Chamorro, votée et défendue par certains de ceux auxquels elle s'applique à présent. Que Chamorro la mère promulgue une loi qui, 25 ans plus tard, soit appliquée à Chamorro la fille est un excellent exemple de justice immanente.

 

On parle d'une attaque contre les candidats mais Ortega n'a aucune raison de troubler le panorama électoral : les sondages de tous les instituts n'accordent à la droite, même unie, que 26% des voix contre 68% d’indice d'approbation au Président et 46,7% pour le « vote dur » du FSLN. Le sondage de mai de 2021 de M&R Consultores donne 58,3% au Gouvernement et 22,7% à l'opposition. Penser que le Commandant Ortega pourrait perdre, c'est croire qu'en quelques mois, il y aurait un changement global et unidirectionnel de 45% des voix,c'est à dire d'environ 1 électeur sur 2. La droite peut rêver mais elle court le risque de se réveiller au pied du lit suant et soufflant.

 

C'est dans l'application ou la non application des lois que se joue le conflit entre l'Etat de Droit et le rejet de celui-ci. La droite putschiste rejette tout acte législatif parce qu'elle veut pas reconnaître la légitimité de l'Etat nicaraguayen. Ne pas reconnaître le Gouvernement, le Parlement et les lois qu'ils émettent est le fond et le sens du coup d'Etat. Nier les institutions du pays qui découlent du vote populaire et chercher à les renverser par un coup d'Etat leur semble soutenable face au monde. Là commence la nouvelle aventure putschiste.

 

Le réflexe de Pavlov

 

Comme tous les 2 mois, les Etats-Unis ont imposé des sanctions. Cette fois à Camila Ortega, coupable d'être la fille de Daniel et une excellente créatrice de mode, à Edwin Castro, l'efficace chef du groupe du FSLN au Parlement, au Président de la Banque Centrale, Ovidio Reyes et à Julio Modesto Rodríguez Balladares, un membre de l'armée. Coupables de rien d'autre que d'être sandinistes. Les nouvelles sanctions sont une preuve d'impuissance, un réflexe pavlovien. Washington cherche à consoler les dirigeants locaux de l'empire qui ont peur de devoir payer leurs factures. Un destin inévitable pour ceux qui sont candidats à tout sans être rien, qui croient qu'ils peuvent détourner les lois et les règles à laur ocnvenance.

 

Obligés de se défendre

 

L'actualisation du système législatif pour défendre l'intégrité du pays était la réponse indispensable aux plans de déstabilisation préparés par les Etats-Unis et la droite putschiste, l'oligarchie et le hiérarchie catholqiue.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

reçu par mail sans indication de source

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/06/nicaragua-demanteler-un-coup-d-etat-pas-limiter-les-candidatures.html